La France est-elle vraiment en guerre ?

… ou bien la France n’a-t-elle cessé de vivre sous occupation étrangère depuis 1940 ? Nicolas Sarkozy vient de déclarer « Nous sommes en guerre, une guerre totale. Nos ennemis n’ont pas de tabous, pas de frontières, pas de principes. Donc, ça sera eux ou nous »… Qui ça « eux » ? Pour Sarkozy, pas de place pour le doute : c’est le chiffon rouge agité devant son nez, à savoir Daech.
Pourtant, on ne peut s’empêcher d’évoquer le troublant portrait-robot dressé en 2012 par François Hollande : « Mon véritable adversaire, il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la Finance ». Il est vrai que, depuis, Hollande n’est jamais revenu sur le sujet.

La France est-elle vraiment en guerre… ou bien n’a-t-elle cessé de vivre sous occupation étrangère depuis 1940 ? Avec un certain recul, il semble qu’en 1945, un occupant en ait chassé un autre.

2016, l’état d’urgence a été proclamé puis prolongé. Nos sirènes sont restées muettes afin de ne pas alarmer la population du territoire français. Un état d’urgence dans toute sa normalité. Les ordres sont servilement exécutés, au prix de quelques contradictions :

la COP 21, « Nuit debout », la « Gay Pride », l’Euro 2016, le Tour de France, Paris plage etc. bénéficient de l’agrément des « autorités ».
Par contre, les « artistes controversés » sont résolument interdits et les manifestations ont vocation à être filtrées.

La précampagne présidentielle 2017 est sous contrôle :
aucun dérapage à signaler. Les thèmes y sont orchestrés.

L’Europe

  • encore tout récemment, il était de bon ton de vilipender les Roms. Officiellement, rien à voir avec la haine, de même que le lynchage médiatique de cette population n’a rien de « nauséabond ». On l’a bien compris, derrière les Roms se cache la véritable cible, à savoir l’Europe de l’Est (Roumanie, Bulgarie, Hongrie, Slovaquie…)… dans le projet inachevé de désagrégation de l’Europe continentale.
  • en France, une majorité de parlementaires se dresse contre le « sang impur » des « travailleurs détachés » (polonais, roumains et autres) qui viennent jusque dans nos bras voler le pain de notre immigration pourrie, tout en véhiculant le concept « nauséabond » de famille européenne. Travail, Famille, Identité, voilà qui irrite au plus haut point les collaborateurs (l’intégralité de notre classe politique) au projet de nouvel ordre mondial. Les citoyens qui se hasarderaient à un peu trop de clairvoyance se verraient discrédités au nom de la sempiternelle « théorie du complot ». Argument fallacieux car le complot se définit comme un dessein secret, concerté entre plusieurs personnes, avec l’intention de nuire à l’autorité d’une institution, éventuellement d’attenter à sa sûreté. La notion de complot implique l’anonymat. Or il s’avère que nous sommes bien régis par une « Société Anonyme », destructrice de l’État de droit.

L’islamisme

  • Ils sont bien loin les « égarements » de certains petits courageux contre la « Finance » [ 2012, dans un hangar du Bourget ] Tous sont rentrés dans le rang : désormais, l’ennemi juré c’est l’Islam (dernière poche de résistance contre l’Ordre Mondial). Bien évidemment, on ne va pas déclarer une guerre frontale à l’Islam. La perfidie restant la marque de fabrique multimillénaire de cette « Société Anonyme », on jette en pâture un ennemi factice (le chiffon rouge) : l’islamisme, dont on a prévu de se débarrasser à terme (la seconde guerre prétendument « mondiale » a en réalité visé le continent euro-asiatique légitimant la pire des épurations de l’histoire (60 millions de Soviétiques et d’Asiatiques, 9 millions d’Allemands et 5 millions de Juifs…). Comparativement, très peu de pertes en Amérique et en Afrique. La France et le Royaume-Uni ont été également épargnés en pertes humaines. Une abominable guerre sans fin (Vietnam, Corée etc.), (Bosnie-Herzégovine, Serbie-Kosovo etc.), (Afghanistan, Irak, Syrie etc.). Une guerre qui se perpétue au XXIe siècle sous diverses formes de destruction et de déstabilisation (Afghanistan, Irak, Libye, printemps arabes, Syrie etc.), (Union européenne, Russie, Ukraine etc).
  • Surgi de nulle part, l’islamisme a apporté son soutien militaire à la croisade US en Afghanistan, menée contre l’Union soviétique. En contrepartie, l’OTAN a redistribué les cartes en Bosnie-Herzégovine, puis en Serbie (Kosovo), a porté le coup fatal aux derniers bastions arabes anti islamistes (Irak, Libye), a délibérément brouillé le mouvement des « printemps arabes », a favorisé l’infiltration de l’Europe par l’organisation d’une invasion « pacifique » de réfugiés dont certains (aux dires de Fabius) « ont fait du bon travail » en Syrie.
  • Dans cette attaque en règle, on ne nous parle que de religions… Mais en réalité, que reste-t-il de ces religions ? Hormis les chrétiens orthodoxes qui sont très minoritaires, l’Eglise catholique s’est sabordée de l’intérieur depuis Jean XXIII, jusqu’à Jean-Paul II ; après l’intermède de Benoît XVI, François a repris le flambeau. A en croire « La Controverse de Sion » The Controversy of Zion, de Douglas Reed, il semblerait que les sionistes soient les pires ennemis de la religion Judaïque; de même les islamistes sont les pires ennemis des Musulmans, sans pour autant avoir les moyens militaires et financiers d’une ambition aussi globale. Enfin, il y a ce magma qualifié d’évangélique, chargé d’uniformiser, en toute discrétion, les populations du monde soumises à l’Ordre Mondial. Pas plus que le sionisme, la nébuleuse évangélique n’a de problème avec la Finance… Elle semble même en partager le contrôle.
[Cet article est une ébauche. L’actualité ne manquera pas d’en valider les orientations]
Le Figaro : Les images marquantes de la première journée d’évacuation du camp de Calais

migrants_1

migrants_2

Rien à voir avec l’invasion allemande de la seconde guerre mondiale: le déferlement de déserteurs du travail et de la guerre dans les villages français marque une offensive contre la civilisation occidentale.
L’appartenance de ces populations à l’Islam ne saute pas aux yeux. Qui donc rabat (finance) ces hordes d’Afrique subsaharienne sur l’Europe?

Une colonisation fondée sur la bâtardisation de l’espèce humaine, la négation de sa culture et de son histoire, jusqu’à imposer l’esclavage comme nouveau modèle de civilisation. Au profit de ces éternels ennemis de l’Europe.

Une telle colonisation demande énormément d’argent. De l’argent, il y en a chez ceux qui « aiment leur prochain plus qu’eux-mêmes » (les philanthropes tels que Bill Gates etc.), et puis il y a toujours les mêmes « anonymes » qui infestent la Finance (marchés, banques), les mafias etc. Tout un monde qui entend marquer l’humanité de son empreinte.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *