“Quand l’Afrique s’éveillera” Yves Calvi – LCI 24 h en questions du 31 octobre 2016

Jean-Joseph Boillot auteur de « L’Afrique pour les nuls »…Que de balivernes déversées en une soirée.. Débordant de mépris envers l’Europe, il va jusqu’à justifier la montée d’un racisme anti blanc en Afrique. Il ne craint pas les contradictions: “tout le monde va là-bas [en Afrique] pour mettre du pognon sur la table”. On a du mal à suivre.

quand-lafrique-seveillera-1
Jean-Joseph Boillot auteur de Chindiafrique La Chine, l'Inde et l'Afrique feront le monde de demain
Jean-Joseph Boillot
auteur de “L’Afrique pour les Nuls”

Selon Valls : « l’Afrique est la nouvelle frontière sur laquelle l’Europe doit bâtir en partie son avenir, pour des raisons démographiques, stratégiques et économiques ».

Replay: “Quand l’Afrique s’éveillera” Yves Calvi – LCI 24 h en questions du 31-10-2016

Nous ne devons pas ignorer ces 3 – 4 milliards d’habitants à quelques kilomètres de nous. Le continent africain connaît sa « transition démographique » historique telle que celle que l’Europe a connu, il y a deux siècles.
[…] Les différentiels de niveau de vie et de salaires sont porteurs de migrations : l’Africain n’a que quelques kilomètres à parcourir pour multiplier par 20 son espérance de gain.
Et puis l’Afrique c’est aussi un désir de la jeunesse qui a le désir de voyager, de voir le monde… On ne peut pas les mettre en prison.Jean-Joseph Boillot

Quant aux tentes de migrants sur toute la France, J-J Boillot admet qu’une partie est due aux conflits [se gardant bien de critiquer les politiques criminelles qui nous ont menés au Moyen-Orient]. Mais en Afrique, il y a bien d’autres causes que les conflits.

C’est la goutte d’eau… « NOTRE » problème, c’est que nous n’avons plus de prospective. C’est-à-dire qu’on n’a pas regardé les choses à 10, 15, 20 ans. On voit ces flux arriver et on n’est pas préparé. Si on intégrait ce phénomène majeur que dans les 20 à 30 prochaines années vous avez 50 millions d’Africains qui vont émigrer en dehors de l’Afrique pour des raisons « normales », alors on se donnerait les moyens de travailler sur les deux bouts de la chaîne : le développement en Afrique, c’est une chose, mais il ne faut pas croire qu’on n’a pas à accueillir des forces de travail « aussi intelligentes, aussi dynamiques » que ceux que je peux connaître dans les centres informatiques.

Il suffit d’aller voir sur le chantier de construction de la région parisienne… qui travaille aujourd’hui ? La plupart du temps bien sûr ce sont des gens d’Afrique qui sont venus et qui font ces boulots. Mais on se cache la figure : 50 % des Français vont avoir plus de 65 ans… Qui va financer leur retraite ? L’Europe dans son ensemble a besoin d’une force de travail jeune.Jean-Joseph Boillot

quand-lafrique-seveillera-4

Bonne intervention de Louis-Magloire Keumayou :

Quand vous avez des pêcheurs en Mauritanie, au Sénégal au Cameroun, qui vont en mer et qui n’arrivent plus à trouver du poisson parce que des compagnies qui ont des bateaux plus importants l’on vidée, que voulez-vous que ces pêcheurs fassent de plus ? Il mette les barques à la disposition de trafiquants d’êtres humains qui vont leur proposer la possibilité d’aller en Europe. Ils deviennent loueurs de bateaux à des prix intéressants.

En Afrique, vous avez la concurrence de la main-d’œuvre chinoise et indienne, meilleur marché, qui vient travailler sur les chantiers.

L’Afrique, c’est un continent de 54 Etats avec des réalités complètement différentes. Pendant une dizaine d’années on nous a raconté que l’Afrique avait un taux de croissance très élevé (7 %, 8 % et parfois 9 %)… Ce qu’on n’a pas ajouté, c’est que l’Afrique elle-même n’y était pour rien… La plupart du temps c’est une conjoncture qui faisait que, à la faveur de la hausse du pétrole et d’autres éléments de ce type, la croissance allait très vite vers le haut. Aujourd’hui, lorsque l’on met la croissance démographique en adéquation avec les taux de croissance, on a du mal à voir les retombées positives de cette croissance. Pour s’en sortir, l’Afrique devrait augmenter son commerce intra-africain. L’Afrique n’est qu’à moins de 3 % d’échanges avec elle-même.
Louis Magloire Keumayou

________________________________________

Sur le thème de l’Afrique:

La fondation Borloo en Afrique Aide au Développement (9,4 milliards euros en 2013) La Conférence de Berlin 1885 – MAJ 30-10-2016

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *