Hillary Clinton et Donald Trump courtisent les évangéliques de tout poil

Qui sont donc ces évangélistes ? S’agit-il de simples groupes de pression ? En France, ils encouragent l’afflux migratoire. Pour le compte de qui les pays d’origine de ces migrants sont-ils vidés de leur population active, tandis que les pays d’accueil sont totalement déstabilisés?

Campagne présidentielle aux USA. Hillary Clinton et la National Baptist Church, Donald Trump et les Evangéliques

Le Figaro: Hillary Clinton et Donald Trump font campagne sur la foi et les «valeurs»

La Chrétienté est une sorte de magma qui englobe en vrac les catholiques, les orthodoxes, les protestants, les chrétiens d’Orient etc.
Peut-on mettre dans le même sac la cause des chrétiens d’Orient et celle des « lycéennes » du Nigéria ? Les uns s’en tiennent à la foi tandis que les autres en appellent à une idéologie.

Pour en revenir à l’article du Figaro, nous aurions :

d’un côté Hillary Clinton, et la National Baptist Church
dont le public est « presque exclusivement noir, composé de pasteurs représentant 7,5 millions de fidèles et largement acquis aux idées démocrates ». Totale dévotion à Martin Luther King…

de l’autre, Donald Trump et les Évangéliques
avec « un public ultra majoritairement blanc, uni par un «conservatisme social» qui rejette le droit à l’avortement, le mariage gay et toute entrave de l’État à l’expression religieuse ».
[Hormis le rejet du droit à l’avortement, ces prises de position n’ont a priori rien de choquant].

________________________________________

Fondée en 1886, la Convention baptiste nationale des États-Unis est la plus ancienne et la plus grande convention religieuse afro-américaine aux États-Unis. En 1895, cette convention a fusionné avec deux autres conventions pour former la Convention baptiste nationale des États-Unis d’Amérique. La mission de la convention est d’accomplir la grande commission de Jésus-Christ par la prédication, l’enseignement, et la guérison. Il s’agit de consacrer tous les efforts jugés appropriés pour faire avancer ” la cause de Jésus-Christ ” dans le monde entier.

Comment l’Église évangélique se développe en France

Le Monde 2012: Comment l’Église évangélique conquiert les Français

Une stratégie militante de développement
Toutes les tendances de l’Église évangélique, historiquement marquée par de nombreux clivages, sont désormais réunies au sein d’une institution, le Conseil national des évangéliques de France (CNEF).

Une Église qui se veut à la portée de tous
Dans l’église du 11e, le pasteur lit un passage du Nouveau Testament. Nés en France métropolitaine ou outre-mer, en Haïti, en Afrique de l’Ouest et centrale, en Kabylie, en Asie, les fidèles suivent sur leur bible écornée ou sur leur application iPhone.
Eglise Paris Bastille. Lors du culte de 11 h 15, des voix s’élèvent spontanément. Ici “merci Seigneur”, là “je t’adore, je t’adore de tout mon cœur”(…) plus loin émergent des bribes d’une prière dispersée : “au rocher de ta foi”… Deux caméras professionnelles filment, le montage sera ensuite mis en ligne sur le site Internet de l’église. Entre deux chants, l’atmosphère reste électrique. Le temps de recueillement est interrompu par la reprise des chants, sur un des rythmes contemporains.

L’Église évangélique mise pleinement sur le réseautage
Luc Maroni, un pasteur à Lens qui “kiffe Internet” et fait ses prêches sur Power Point. Distribution, une fois par semaine, de deux cents à trois cents repas pour les plus démunis. Luc Maroni fait figure de pasteur “hyperactif” : il est également adjoint au maire de sa ville, investi à la Cimade (comité d’aide aux étrangers) et à la tête d’un CHRS (centre d’hébergement et de réinsertion sociale). Le réseautage est un des leviers de progression de l’Église évangélique.

L’aide aux migrants occupe une place importante dans l’Église évangélique.
L’œuvre sociale apparaît aussi comme une façon de séduire de nouveaux fidèles. “L’Église évangélique attire beaucoup de migrants, notamment en région parisienne”. L’évangélisme ne serait pas une religion de mémoire, mais une religion pour l’espoir. “Demain ce sera mieux”. Un message dans lequel les migrants se reconnaissent.

États-Unis : les Républicains seraient-ils embarrassés par les sorties de Donald Trump ?

A la convention démocrate à Philadelphie, un avocat musulman d’origine pakistanaise, qui a perdu son fils en Irak lors d’une opération militaire en 2004, s’exclame : «si cela avait été Donald Trump, mon fils n’aurait jamais pu être en Amérique». On pourrait lui rétorquer que dans ce cas, son fils ne serait peut-être pas mort inutilement au combat.

Comme à l’accoutumée, France 24 nous a concocté un petit reportage à peine orienté (voir la vidéo)
A l’exemple d’autres médias français, le bien nommé journal « l’Opinion » prend délibérément parti pour Hillary Clinton contre Donald Trump. Tout est bon pour manipuler l’opinion, y compris les grosses mises en scène dont les Américains, en l’occurrence les démocrates, raffolent.

Le journal français «l’Opinion» nous résume les faits à sa sauce : «le candidat du « Grand Old Party » (Donald Trump pour les non-initiés) continue d’alimenter la polémique qui l’oppose à la famille d’un soldat américain de confession musulmane décédé en Irak». «Donald Trump a critiqué les anciens combattants, une erreur stratégique dans une campagne disputée.»

En fait, Donald Trump a été interpellé par Khizr Khan lors de la dernière journée, le 28 juillet, de la convention démocrate à Philadelphie. Khizr Khan, c’est cet avocat musulman d’origine pakistanaise, qui a perdu son fils en Irak lors d’une opération militaire en 2004 (deux ans avant la mort de Saddam Hussein, deux ans avant la formation de l’Etat Islamique par le Conseil consultatif des Moudjahidines en Irak). Mais attention, ce n’est pas à son pays d’accueil (les États-Unis) qu’il en veut. En bon traître à ses semblables (les musulmans), il est fier d’avoir un fils qui a participé à un crime contre l’humanité, un crime contre d’autres musulmans.

De son côté, dénoncée pour son silence par Donald Trump, la mère se justifie par écrit :«En ne disant rien,tout le monde, tous les Américains ont ressenti ma douleur.//Lorsqu’il parle de l’Islam, Donald Trump est un ignorant».

Khizr Khanaurait déclare : «Si cela avait été Donald Trump, mon fils n’aurait jamais pu être en Amérique». On pourrait lui rétorquer que dans ce cas, son fils ne serait peut-être pas mort inutilement au combat.

Le journal «l’Opinion» estime que ce dernier week-end de juillet 2016 pourrait coûter cher à Donald Trump dans la course à la Maison-Blanche.

Source “L’Opinion”: États-Unis : les républicains embarrassés par les sorties de Donald Trump

Barack Obama s’en mêle: il a critiqué avec virulence le candidat républicain à sa succession, qu’il juge « terriblement mal préparé » à devenir président (c’est un peu ce que l’on reprochait à Obama en 2008.

Barack Obama a notamment rappelé les propos “très controversés” de Donald Trump à l’encontre des parents d’un capitaine musulman tué en Irak en 2004, invités de la convention d’investiture d’Hillary Clinton la semaine dernière. Le fait que M. Trump critique une famille « ayant fait des sacrifices extraordinaires pour ce pays (sic), le fait qu’il ne semble pas avoir les connaissances de base autour de sujets essentiels en Europe, au Moyen-Orient, en Asie, signifie qu’il est terriblement mal préparé pour ce poste », a-t-il asséné.

Source: “Le Monde”Barack Obama aux Républicains : « Pourquoi soutenez-vous encore Donald Trump ? »

Expulser tout étranger condamné pour violences : une idée qui embarrasse Manuel Valls…

Manuel Valls commence à paniquer : en mettant en cause le gouvernement, le préfet, le travail du procureur, ceux qui «incarnent et représentent» l’État, on met en cause l’État de droit et on s’attaque à la république… C’est dangereux pour les fondements de l’État | Par ses outrances, une partie de l’opposition est en plein dans la «Trumpisation »… Trump incarne la haine

Apolline de Malherbe (voir vidéo Bourdin direct) attaque de front : «… Manuel Valls vous êtes le premier ministre d’un pays qui doute. Il y a eu l’horreur et maintenant il y a le doute. Il y a le doute sur vous, il y a le doute sur le gouvernement, il y a le doute sur le ministre de l’intérieur, le doute sur l’efficacité du pays ».

« Une policière municipale de Nice raconte avoir été soumise à la pression du ministère de l’intérieur, pour influencer son rapport sur la présence de policiers nationaux, le soir du 14 juillet. Bernard Cazeneuve porte plainte… Alors, qui ment ? »
Mais pourquoi faudrait-il mentir demande Valls?… cette idée du complot, de la remise en cause du préfet, du ministre de l’intérieur, du procureur… La polémique politique vise à déstabiliser…

«Madame Malherbe, ne mélangez pas tout et ne mettez pas tout au même niveau, ça je ne le supporte plus…
Un ministre de l’intérieur et une policière municipale ?»

« Le doute n’est pas possible face au terrorisme… Le terrorisme cherche à nous diviser… il faut laisser la justice travailler dans la sérénité ».
« Nous devons faire bloc ». Mais, pour Manuel Valls, il s’agit surtout de faire bloc autour du président, de son gouvernement et de ses parlementaires. Lorsqu’il parle de faire bloc contre « l’ennemi », il reste dans l’abstrait.

À propos, qui est donc cet ennemi ?

1- Les victimes de l’agression armée de la coalition ?
En fait de libération, on a ruiné des pays, massacré des familles etc.
Alors, ces terroristes ne seraient-il pas plutôt des résistants ?
Dans ce cas, nous devrions livrer les dirigeants de la coalition (quelques Français dans le lot) aux mains d’une CPI renforcée.

2- Les prisonniers libérés des geôles de l’État agressé par la “coalition” ?
La France a toujours su choisir ses amis parmi la pègre internationale.
3- Le futur délinquant à qui on a appris à s’approprier son pays d’accueil
et qui considère les Français comme une population servile.
C’est contre ces deux catégories qu’il faut faire bloc. Or, on s’aperçoit qu’il n’y a pas réellement d’état urgence et qu’il n’y a pas un ennemi précis. Plus grave : en pleine « guerre » il est tout à fait irresponsable d’avoir maintenu des festivités telles que :
la COP 21, « Nuit debout », la « Gay Pride », l’Euro 2016, le Tour de France, Paris plage, festivals divers etc.».

4- Reste une catégorie qui prolifère : les fous, les déséquilibrés, les cas psychologiques
on peut se demander si l’internement résoudrait la question ou bien si ce sont précisément des thérapies qui ont suscité et aggravé ces présumés troubles psychologiques.

Enfin, contrairement à Gilbert Collard qui exprimait l’opinion pleine de bon sens du FN : “tout étranger qui commet une infraction de violence, quelle que soit la nature de la violence, je l’expulse”

«Expulser tous les étrangers condamnés pour violences ?» Manuel Valls est plutôt embarrassé par une telle idée…… «Et les binationaux ? » lance-t-il en désespoir de cause. A court d’arguments « Et quand il s’agira d’un Français, qu’est-ce qu’on fera ? C’est une solution de facilité»
Visiblement, cela contrecarrerait le plan d’immigration massive mijoté par toute une classe politique qui se querelle pour de simples questions d’alternance.

Gilbert Collard : “tout étranger qui commet une infraction de violence, quelle que soit la nature de la violence, je l’expulse”

« On n’a pas à tolérer sur le territoire des hommes et des femmes qui bénéficient des largesses de notre pays et qui commettent des infractions car ce sont eux qui sont les facteurs d’amalgame. À partir du moment où on prend la décision d’expulser tous ceux qui commettent une infraction, on sait que ceux qui restent sont respectables. »

Ce 21 juillet 2016, Gilbert Collard est reçu par Apolline de Malherbe (voir vidéo BFM – Bourdin direct).

Gilbert Collard. Parcours un peu déroutant (environ 28 ans au PS, de 1964 à 1992 avant de rejoindre le Rassemblement Bleu Marine en 2012). Hormis son aversion envers Jean-Marie Le Pen (Jean-Marie Le Pen «nous emmerde»), il faut reconnaître qu’aujourd’hui il tient son rôle au RBM. Reconnaissons-lui également un certain charisme (avocat). Maintenant, que penser de son implication politique ? On peut toujours craindre, qu’au moment venu, il cède au chant de certaines sirènes.

Gilbert Collard vient de voter pour la prolongation de l’état d’urgence, tout en se montrant réservé sur la capacité du gouvernement à le faire respecter (les caillassages de véhicules, les nuits debout, un véhicule de police incendié, les incidents à Marseille pendant l’Euro 2016, les désordres partout, les manifestations). Il estime que le maintien des fan-zones était un non-sens dans un état d’urgence. On les a maintenues, ça s’est bien passé, au prix d’un déploiement de policiers dont on paye les conséquences aujourd’hui, car on ne peut pas à la fois épuiser les policiers et les mobiliser, lorsqu’il y a un rassemblement comme à Nice.

Gilbert Collard préconise l’introduction d’une catégorie « T » (dédiée au terrorisme) au fichier « S », lequel est ingérable en l’état actuel car il englobe beaucoup trop de choses.

Gilbert Collard ne partage pas le point de vue de Laurent Wauquiez qui préconise d’enfermer un individu sous prétexte qu’il est fiché « S », dans la mesure où l’on n’a pas de conditions judiciaires du fichage. Il précise même qu’il est un des rares, à la tribune de l’assemblée, à avoir demandé à Manuel Valls, dans le cadre de l’État d’urgence, de laisser le contrôle – au nom de l’État de droit – à l’autorité judiciaire. Fin de non-recevoir.

En revanche, tout étranger qui commet une infraction de violence, quelle que soit la nature de la violence, je l’expulse. » On n’a pas à tolérer sur le territoire des hommes et des femmes qui bénéficient des largesses de notre pays et qui commettent des infractions car ce sont eux qui sont les facteurs d’amalgame. À partir du moment où on prend la décision d’expulser tous ceux qui commettent une infraction, on sait que ceux qui restent (en France) sont respectables.

Certains élus, comme le député LR, Georges Fenech, préconisent l’ouverture d’un Guantanamo à la française, pour y enfermer de manière préventive ceux qui reviennent de Syrie et d’Irak. Guantanamo est une initiative « hors-la-loi ». Gilbert Collard est prêt à soutenir cette proposition sous certaines conditions.

C’est alors que, de manière inattendue, il nous fait un inquiétant petit rappel d’histoire : les « lois scélérates » (au nombre de trois) ont été votées en 1893 – 1894 pour en finir avec les mouvements anarchistes, responsables de nombreux attentats. La gauche et notamment Léon Blum avaient parlé de « lois scélérates ». Pour Gilbert Collard, la IIIe République n’a pas eu peur de voter ces lois contre les mouvements anarchistes qu’elle a réussi à éradiquer. Dès que la situation a été rétablie, ces lois auraient été abrogées [toujours est-il que la troisième loi scélérate de juillet 1894 n’a été abolie que sous François Mitterrand en 1992].
S’inspirant de cet exemple, Gilbert Collard estime qu’il nous faut avoir le courage de créer un espace légal pour enfermer ceux qui reviennent de Syrie et d’Irak.

En admettant la similitude entre les attentats anarchistes et les attentats islamistes, n’oublions pas que les anarchistes cherchaient à déstabiliser le pouvoir en attaquant directement ses détenteurs. Ce n’est pas le cas des “islamistes radicaux” qui s’en prennent aux innocents désarmés.

Quoiqu’il en soit, on ne saurait tourner en dérision les propos de Léon Blum qui estimait que ces lois « abrogent les garanties conférées à la presse en ce qu’elles permettent la saisie et l’arrestation préventive ; elles violent une des règles de notre droit public en ce qu’elles défèrent des délits d’opinion à la justice correctionnelle ; elles violent les principes du droit pénal en ce qu’elles permettent de déclarer complices et associés d’un crime des individus qui n’y ont pas directement et matériellement participé ; elles blessent l’humanité en ce qu’elles peuvent punir des travaux forcés une amitié ou une confidence, et de la relégation un article de journal. »… On devrait plutôt s’inquiéter des dégats collatéraux de ces lois et de la dérive totalitaire qui s’installe en ce XXIe siècle.

Pour Alain Juppé, c’est l’État islamiste (Daech) et l’islamisme radical qui nous ont déclaré la guerre

C’est l’islamisme radical qui nous a déclaré la guerre |l’Europe doit être avant tout une Europe de la défense | La France n’est pas un pays de race blanche. Il faut respecter la « diversité » |Il faut faire respecter la Shoah dans les établissements scolaires |Le Travail détaché est un système de dumping social qui doit être remis en cause : à travail égal, salaire égal et cotisations sociales du pays hôte

 Apolline de Malherbe recevait Alain Juppé, maire de Bordeaux et candidat à la primaire de la droite, dans “Bourdin Direct” sur BFMTV et RMC, en ce 19 juillet 2016. (voir vidéo)

En 20 minutes, Alain Juppé a réussi l’exploit de faire quatre fois référence à son livre : « Pour un État fort ».

Pour Alain Juppé, c’est l’État islamiste (Daech) et l’islamisme radical qui nous ont déclaré la guerre. [même s’il n’en a pas été question dans l’interview, il ne faudrait pas oublier pour autant que Juppé laisse le souvenir d’un ministre des affaires étrangères sous Sarkozy, à l’ombre de BHL sur la Libye. Autrement dit, l’intervention en Libye n’était pas une erreur et l’assassinat de Kadhafi était légitime. Rappelons pourtant, qu’au même titre que Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi aura été un rempart dissuasif contre les islamistes, et qu’Alain Juppé a milité pour une intervention française en Syrie afin de destituer Bachar El-Assad, autre rempart contre les islamistes].

De cette interview, on retiendra que l’Europe doit être avant tout une Europe de la défense. Probablement un auxiliaire dévoué de l’OTAN.

Alain Juppé développe le concept d’une « identité heureuse ».
La France n’est pas un pays de race blanche. Il faut respecter la « diversité ».

Au programme de 2017 :
la création de 10 000 prisons, ne plus tolérer la contestation de la Shoah dans les établissements scolaires, pénaliser la consultation régulière de sites djihadistes etc. … Et les Français dans tout ça ?

Enfin, un internaute pose la question : pourquoi Juppé est-t-il parti à la retraite à 57 ans et demi ? Parce que c’était légal, répond Alain Juppé. [le cumul des mandats, le cumul des retraites, le cumul emploi-retraite… Tout cela est apparemment légal dans la fonction publique]

À propos du travail détaché, Alain Juppé s’est récemment exprimé :

Ce système doit  être remis en cause. A travail égal, salaire égal et cotisations sociales du pays hôte, cela me semble une mesure de bon sens” [le travail détaché s’apparenterait à du dumping social. Mais, à l’inverse, Alain Juppé inciterait-il les expatriés français à cotiser aux taux pratiqués dans les pays hôtes (chantiers dans les pays incriminés ? Qu’en pensent les expatriés ? A contrario, est-il normal de faire supporter à des pays défavorisés le surcoût de nos charges sociales ?

En réalité, le travail détaché contrecarre sérieusement le plan d’immigration sociale intensive de l’Europe, essentiellement alimenté par le continent africain]

 

La dette publique en 2014 : une ardoise de plus de 30.000 euros par Français

Selon les informations du Figaro, le taux d’endettement du pays grimpera jusqu’à 95,1% du PIB fin 2014, soit environ 1950 milliards qui équivaudront, en théorie, à une ardoise de plus de 30.000 euros par Français [Le Figaro du 16-09-2013].

Dette publique : la traque du contribuable (fraudeur présumé).
On ne peut s’empêcher de repenser à cette fameuse scène du film “Le Sucre”. L’ardoise des gros porteurs et de plusieurs banques est effacée par l’Etat. Les petits épargnants victimes de la spéculation sont, quant à eux, sommés de rembourser leur dette. La ressemblance flagrante avec des personnages actuels ne peut être que fortuite (le film date de 1978).


Le sucre (1978) Jacques Rouffio
Jean Carmet (petit épargnant, victime de la spéculation)
Gérard Depardieu (courtier matières premières)
Jean-Paul Muel (huissier mandaté pour le recouvrement de créances

A l’origine: spéculation sur les marchés – avec Michel Piccoli

________________________________________

La dette de la France augmente de 12 milliards d’euros par mois

La dette publique de la France a augmenté de 36,5 milliards d’euros entre le 4e trimestre 2012 et le 1er trimestre 2013, s’établissant à 1.870,3 milliards fin mars, soit 91,7% du produit intérieur brut, a annoncé vendredi 28 juin l’Insee dans un communiqué.
C’est 36,5 milliards d’euros de dette brute de plus que fin 2012, soit une hausse de près de 12,17 milliards d’euros par mois au cours du premier trimestre. [lire l’article de Challenges du 28-06-2013]

.

Le “pirate informatique” du Pentagone et de la Nasa échappe à l’extradition vers les USA

Gary McKinnon, est accusé de piratage informatique par les Etats Unis.
Aux termes d’une bataille acharnée de dix ans, avec le soutien actif de sa mère Janet Sharp le Britannique échappe finalement à l’extradition, pour raisons médicales. La vidéo Europe – Al Jazeera English relate l’affaire

Selon les Etats-Unis, Gary McKinnon aurait réussi le plus grand piratage informatique militaire de tous les temps. Il est accusé d’avoir piraté des dizaines d’ordinateurs du Pentagone et de la NASA sur une période de 13 mois. Il aurait opéré à partir de sa chambre, dans le nord de Londres.
Il a été arrêté en mars 2002. Il n’empêche que le piratage de la Nasa serait une pratique “courante”, comme en témoignent les quelques liens sélectionnés en fin d’article.

Gary McKinnon a reconnu avoir exploité des failles dans la sécurité
mais a nié toute intention malveillante.

Les responsables américains évaluent les dommages à plusieurs centaines de milliers de dollars. McKinnon encourt une peine d’emprisonnement de 60 ans.
Dix ans de lutte, avec le soutien actif de sa mère Janet Sharp, contre son extradition aux Etats-Unis. A 46 ans, il va être fixé sur son sort. Selon des rapports médicaux, il serait atteint du syndrôme d’Asperger et pourrait ne pas supporter le stress d’une extradition (risque de suicide).

TheGuardian 12 October 2012 : Gary McKinnon medical report offers hope against US extradition.
Study says British man wanted in US for hacking Pentagon computers
could be very likely to attempt suicide if extradited

________________________________________

Gary McKinnon cherchait à établir l’existence des OVNIS
(les Américains auraient réussi à récupérer une technologie antigravité extra-terrestre).
Dans une interview accordée à Spencer Kelly, présentateur de « Clic » sur la BBC, Gary s’en explique :

« J’étais à la recherche d’éléments d’une technologie qu’on laisse au placard, désignée par moquerie sous le nom de technologie Ovni. Je pense que c’est le secret le mieux gardé au monde en raison de sa charge de dérision, mais c’est une chose très importante. Les retraités ne peuvent pas payer leurs factures de carburant, des pays sont envahis pour que des nations occidentales s’attribuent des contrats pétroliers, et pendant ce temps des membres du gouvernement secret dissimulent des technologies concernant l’énergie libre ».

Lire l’article entier sur le site ovni-usa.com (Veille Ufologique Américaine)

L’intérêt de cet article est de détailler une information à partir de sources vérifiables.
Il n’en est pas de même lorsque l’on cherche à se documenter
sur la “technologie antigravité extra-terrestre” évoquée par McKinnon.

________________________________________

UNE PLETHORE DE CAS SIMILAIRES QUI LAISSE PERPLEXE.
LE MÊME SCENARIO SE REPETE A L’INFINI. Y AURAIT-IL MANIPULATION ?

Affaire “Stakkato” Mai 2009
Le ministère américain de la justice a inculpé un Suédois de 21 ans
,

accusé d’avoir piraté le système informatique de la NASA. Les faits remontent à 2004.

Affaire Robert Butyka Novembre 2011 :
Un jeune Roumain, pirate présumé, a été arrêté par les services de police de Roumanie

pour s’être infiltré dans les installations informatiques de la Nasa.
En décembre 2010, les dégâts causés par son piratage avaient été estimés à plus de 500 000 dollars…

Par le passé, de nombreux hackers roumains ont été arrêtés,
condamnés à de lourdes peines de prison ou extradés vers les Etats-Unis.

Piratage de la NASA,
rencontre avec Idahc, un jeune hacker libanais, qui s’est également attaqué à SONY
.

Il esquisse un état des lieux et parle de ses motivations personnelles.
Meet The Lebanese Hacker Tormenting Sony “For Moral Reasons

Cette ébauche de liste est loin d’être exhaustive

WikiLeaks : Dow Chemicals aurait fait espionner les militants pour les victimes de Bhopal

Révélations de WikiLeaks : Dow Chemicals a fait appel aux services de Stratfor (Bureau de renseignement privé américain) pour espionner les militants qui travaillent pour les victimes de la catastrophe de Bhopal. Ces révélations apportent une nouvelle dimension à la dureté de la Multinationale vis-à-vis de la tragédie 1984.

La catastrophe de Bhopal est survenue dans la nuit du 3 décembre 1984.

L’explosion d’une usine Union Carbide (Dow Chemical maintenant) de pesticides a dégagé 40 tonnes d’isocyanate de méthyle (CH3-N=C=O) dans l’atmosphère de la ville.

Cet accident industriel tua officiellement 3 500 personnes, mais fit en réalité entre 20 000 et 25 000 décès selon les associations de victimes. Il y aurait eu 3 500 morts la première nuit et un grand nombre par la suite : la moitié dans les premières semaines et l’autre moitié de maladies provoquées par l’exposition aux gaz. Dans un article du Washington Post consacré aux catastrophes industrielles et notamment la marée noire imputée à BP dans le Golfe du Mexique, le journaliste Paul Farhi évoque un bilan d’ « au moins 12 000 personnes » pour la catastrophe de Bhopal.

Le PDG de l’époque de l’entreprise, Warren Anderson, est accusé de « mort par négligence » pour cette catastrophe et déclaré fugitif par le chef judiciaire de Bhopal le 1er février 1992 pour ne pas s’être présenté à la Cour lors d’un procès. Il vivrait actuellement paisiblement à Long Island dans l’État de New York.
[Lire article Wikipédia]

Le même Dow Chemicals, qui a ardemment résisté à toutes les demandes d’indemnisation et a refusé de nettoyer le site contaminé de Bhopal, n’a pas eu de difficultés à payer les services de Stratfor.[Dailymail 29-02-2012]

Les allégations de Wikileaks sur le recours à des professionnels par Stratfor, y compris les journalistes pour travailler comme informateurs devraient être examinées par les agences en Inde, car il pourrait s’agir d’un problème éthique et juridique.

Les révélations montrent jusqu’où les multinationales peuvent aller pour faire avancer leurs intérêts.

Industrial accidents such as Bhopal are not just an Indian or even a Third World problem
but are industrial disasters waiting to happen.

Les messages couvrent une période allant de juillet 2004 à décembre 2011. Dans un communiqué de presse, Wikileaks révèle les web informateurs de Stratfor, les modes de rétribution, les techniques de paiement par blanchiment et les méthodes psychologiques.

[ARTICLE EN COURS D’ELABORATION]

Stratégie géopolitique USA – Iran – Arabie saoudite – Bahrein

[wpvideo DR4BsJ18]

Géopolitique Arabie Saoudite Iran Bahrein

L’ambassadeur d’Arabie Saoudite se dit victime d’un « projet d’attentat » qu’il attribue à l’Iran.

Troublant: il y a un an (novembre 2010) Wikileaks révélait que l’Arabie Saoudite se prononçait faveur d’une attaque contre l’Iran pour mettre fin à son programme nucléaire:

Les documents révèlent que le roi Abdallah d’Arabie saoudite aurait été le plus direct dans ses pressions sur les États-Unis, appelant “fréquemment les États-Unis à attaquer l’Iran pour mettre fin au programme nucléaire du pays”, dit ainsi, le 17 avril 2008, l’ambassadeur d’Arabie saoudite à Washington, Adel al-Jubeir, cité par des documents émis par des ambassades américaines.

Le roi a conseillé aux Américains “de couper la tête du serpent” auquel il compare l’Iran et a souligné que travailler avec les États-Unis pour combattre l’influence iranienne en Irak était une priorité stratégique de son gouvernement, selon cette source.

Les révélations avaient été officiellement publiées par The Guardian, New York Times et Le Monde.
L’Arabie Saoudite a toujours refusé de les commenter

Déclaration émanant d’une autre “démocratie”: le Bahrein.:
«Ce programme doit être stoppé», insiste le roi de Bahrein Hamad ben Issa Al-Khalifa le 1er novembre 2009 en recevant le général américain David Petraeus, selon le document cité par Le Monde. «Le danger de le laisser se poursuivre est supérieur à celui de le stopper», ajoute-t-il à propos du programme nucléaire iranien.

________________________________________

Bahrein: les deux clans qui s'opposent

RYAD – L’Arabie saoudite en proie à des soulèvements chiites.
Le pays a menacé de frapper d’une main de fer tout “fauteur de trouble”
après des violences dans l’Est chiite du royaume dans lesquelles des analystes saoudiens voient la main de l’Iran.
Aucune mise en garde de la “communauté internationale”.

________________________________________

http://youtu.be/dkWEEQDbxHk

Bahreïn, plongée dans un pays interdit
Des images d’une révolution réprimée avec l’aval de la “Communauté Internationale”.

Cette île, petite monarchie du Golfe Persique de 600 000 habitants, est fermée aux journalistes. Pour réaliser ce tournage, Stéphanie Lamorré est restée un mois dans la clandestinité, aux côtés du ceux qui se battent pour la démocratie, face à une répression quotidienne, violente, implacable.

Depuis l’intérieur des villages assiégés, elle a filmé la situation politique et sociale, les manifestations quotidiennes violemment réprimées. Aux côtés de trois femmes, Zahra, Nada et Zainab, la réalisatrice plonge au coeur de la réalité du pays : trois regards croisés d’activistes qui expliquent leur besoin vital de visibilité.

Pour le reste du monde, Bahreïn est un pays riche, moderne, en plein essor. En réalité, la monarchie sunnite du roi Al Khalifa est une dictature pratiquant la torture, les arrestations arbitraires, la discrimination à l’égard d’une population chiite à plus de 75%. L’élite est sunnite.

Bahreïn est avant tout un satellite de l’Arabie Saoudite et un allié occidental.
Au printemps 2011, lors du début du soulèvement, l’armée saoudienne a envoyé ses chars à Bahreïn pour rétablir l’ordre.
Depuis plus d’un an, chaque jour, des femmes et des hommes de toutes les générations défient le pouvoir de Manama pour demander plus de démocratie.
Une population opprimée dans l’indifférence.

Au bout du compte, les États-Unis et Israël ne sont-ils pas le véritable obstacle à la paix?

BFMTV : Martine Aubry soutient sans réserve l’intervention de Nicolas Sarkozy en Libye

http://youtu.be/6HGk_SH9v_Q

Victoire de la rébellion en Libye : la France va devoir aider à la reconstruction du pays.

Nous avons soutenu l’intervention de la France derrière l’ONU, bien évidemment, et c’est avec plaisir que nous voyons les rebelles entrer dans la capitale. Et je crois qu’il faut que nous pensions déjà travailler avec le CNT, mais aussi aider les villes qui vont avoir des difficultés. J’ai par exemple décidé, avec trois autres villes socialistes, Toulouse Lyon et Strasbourg, de jumeler ma ville (Lille) avec Misrata.

Retrait des troupes françaises d’Afghanistan

Il n’y a plus de solution militaire en Afghanistan.
Je souhaite qu’il n’y ait plus de troupes françaises à la fin 2012.
Si je suis élue présidente de la république, je le dirai au mois de juin à l’ONU.

La crise économique et financière a démarré en 2008,

Mais depuis trois ans, aucune mesure concrète n’a été prise.
Distinction des banques de dépôt et des banques d’affaires pour éviter une spéculation sur les dépôts des Français.
Création d’agence de notation indépendantes des banques.
Mise en oeuvre de la taxation des transactions financières.

Sortie de crise: suppression partielle des niches fiscales chiffrées à 50 milliards
pour combler le déficit de 10 milliards des finances publiques.

Croissance et compétitivité: relancer l’investissement
Les banques n’accompagnent pas les projets d’investissement des PME innovates et créatives. Martine Aubry préconise le recours à des incitations fiscales :
– application d’un taux réduit de l’IS à 20%, aux bénéfices réinvestis par les PME
– majoration du taux de l’IS à 40% pour les bénéfices distribués.

Emploi : création de 100 000 emplois jeunes
Exemple: réalisation de bilans énergétiques dans les appartements et maisons.
Ces jeunes travailleront plus tard avec des entreprises de bâtiment pour réduire les dépenses énergétiques.

Une stratégie de quartiers face aux enjeux planétaires.
Dans sa critique de la mondialisation et de la politique de Nicolas Sarkosy, la gauche ne se démarque pas de Marine Le Pen.
Marine Le Pen a cependant été accusée d’amateurisme en matière économique. Que dire alors de Martine Aubry ? Ces mêmes économistes feront-ils preuve d’autant d’intransigeance à son encontre ?
Les solutions de Martine Aubry sont des recettes de proximité.