Ivan Krastev ébranlerait-il la pensée conventionnelle, comme l’imagine Georges Soros?

INTERVIEW – Pour le politologue bulgare, cette crise marque un tournant dans la dynamique du projet européen. Elle sera au cœur du Conseil européen qui s’ouvre ce jeudi.
Intellectuel très influent en Europe de l’Est et dans les pays anglo-saxons, le politologue bulgare Ivan Krastev dirige le Center for Liberal Strategies à Sofia. Il est membre de l’Institut des sciences humaines de Vienne en Autriche, où il réside. Il vient de publier en français Le Destin de l’Europe…[article réservé aux abonnés]

Le Figaro :
Ivan Krastev : «La crise des migrants est le 11 Septembre de l’Europe»

________________________________________

UNIVERSITY OF PENNSYLVANIA PRESS: After Europe | Ivan Krastev

After Europe (2017):

« Peu de gens remettent en question la pensée conventionnelle, comme Ivan Krastev. »
George Soros est l’auteur de cette flatterie.

Pourquoi un tel engouement outre-Atlantique envers ce politoloque bulgare? Ivan Krastev considère – à juste titre – que la crise des réfugiés menace d’élargir le fossé entre les élites et les électeurs de manière à menacer l’avenir de tout le projet européen.

«LA CRISE DES MIGRANTS EST LE 11 SEPTEMBRE DE L’EUROPE».

Toutefois, pas plus que le 11 Septembre, la crise des migrants ne saurait être classée parmi les phénomènes « naturels »,

Les pyromanes se mêlent à la foule des témoins espérant une fois de plus brouiller les pistes. Jusqu’à présent, l’Histoire a su avaler bien des couleuvres. Désormais on est passé au stade du gavage intensif. No limits. Après ces prédateurs, le déluge… ou l’apocalypse.
Mais Ivan Krastev se garde bien de franchir la ligne rouge:
la crise n’est finalement qu’une fatalité, sans paternité.

Democracy Disrupted (2014): La Politique des Protestations Globales. Les manifestants rejettent les partis politiques établis, s’interrogent sur les motivations des grands médias, refusent de reconnaître la légitimité d’une direction spécifique et rejettent toutes les organisations formelles. Ils ont clarifié ce qu’ils ne veulent pas – le statu quo – mais ils n’ont pas de vision positive d’un autre avenir.

In Mistrust We Trust (2013) :
La démocratie peut-elle survivre lorsque nous ne faisons pas confiance à nos dirigeants?

Yuval Noah Harari | Comment et pourquoi Sapiens a conquis le monde

Les animaux n’utilisent leur système de communication que pour décrire la réalité. Les hommes, eux, utilisent le langage pas seulement pour décrire la réalité, mais aussi pour inventer de nouvelles réalités, des réalités fictives, des normes, des valeurs, un Dieu et des droits de l’homme dans lesquels nous devrons croire et auxquels nous devons nous plier avant de pouvoir coopérer.

Je veux croire, concernant mon corps, mon cerveau que je suis bien supérieur à un chien, à un cochon ou à un chimpanzé, mais je dois avouer avec embarras que je suis [physiquement] semblable à un chimpanzé. Et si moi et un chimpanzé, on nous laissait seuls sur une île déserte, je parierais sans hésiter sur la survie du chimpanzé et non la mienne.
De même, je pense que si l’on prenait n’importe qui d’entre vous et qu’on le laissait avec le chimpanzé, le chimpanzé s’en sortirait mieux.

« La vraie différence entre les hommes et tous les animaux ne se trouve pas sur le plan individuel. Les hommes contrôlent la planète parce que ce sont les seuls animaux capables de communiquer et coopérer de façon flexible et en très grand nombre ».
[…] Nous pouvons coopérer de façon flexible avec un nombre infini d’étrangers parce que nous sommes seuls, parmi tous les animaux de la planète, à pouvoir créer et croire à la fiction, aux histoires fictives.

Tandis que le monde [humain] croit à la même histoire, aux mêmes normes et valeurs, tous les autres animaux n’utilisent leur système de communication que pour décrire la réalité.
Les hommes, eux, utilisent le langage pas seulement pour décrire la réalité, mais aussi pour inventer de nouvelles réalités, des réalités fictives, des normes, des valeurs, un Dieu et des droits de l’homme dans lesquels nous devrons croire et auxquels nous devons nous plier avant de pouvoir coopérer.

Les insectes sociaux, comme les abeilles ou les fourmis, sont capables de coopérer en grand nombre, mais ils ne le font pas de façon flexible. Une ruche ne peut en fait fonctionner que d’une seule façon. Si une nouvelle opportunité ou un nouveau danger se présente les abeilles ne peuvent pas bouleverser leur système social du jour au lendemain. […] D’autres animaux, comme les mammifères sociaux ne réagissent qu’en petits nombres. Dans la coopération entre les chimpanzés, « j’ai besoin de te connaître personnellement : je suis un chimpanzé et tu es un chimpanzé. […] Si je ne te connais pas, comment puis-je coopérer avec toi ? »

A un contre un, ou même à dix contre dix, l’avantage peut-être aux chimpanzés… Mais si on met 1000 hommes contre 1000 chimpanzés, les hommes l’emporteront facilement pour la simple raison qu’un millier de chimpanzés ne peuvent pas coopérer.

[À SUIVRE]

________________________________________

À PROPOS DE HOMO DEUS

Les scientifiques semblent animés par les éternels démons de la manipulation

« Si, demain, toute notre civilisation se trouvait détruite, l’Homme aurait tout à recommencer, il repartirait du même point d’où il est parti voilà quelques cent ou deux cent mille ans […] La civilisation de l’Homme ne réside pas dans l’Homme, elle est dans les bibliothèques, dans les laboratoires, dans les musées et dans les codes » écrivait Jean Rostand dans son ouvrage “Hérédité et racisme” paru en 1939.

Article initialement publié le 26-12-2012 – Mis à jour le 04-09-2017


Chaque espèce a son DNA spécifique, chaque individu son DNA individuel, et chaque gène a sa composition chimique définie… »
Mais nous finirons par modifier cette ADN, par la frelater en y introduisant des molécules étrangères

« L’homme en général ne reste pas longtemps spectateur, la science n’est pas longtemps passive, elle est active, elle intervient. Nous finirons par intervenir, non pas nous les biologistes, mais les chimistes qui finiront bien par modifier ce DNA.
Déjà, en 1928, le biologiste anglais Frederick Griffith (1879–1941) réussit, sans le savoir à modifier le patrimoine héréditaire d’un microbe ».

« Il est certain que, par un moyen ou par un autre, les chimistes finiront par modifier le DNA il feront une sorte d’industrie du DNA, comme on fait avec l’industrie des matières plastiques. On fabriquera des super DNA on finira par falsifier le DNA naturel, par le frelater en y introduisant des molécules étrangères. Et alors vous voyez tout ce que cela ouvre d’espoir, de perspectives pour l’homme… mais aussi, disons le, d’inquiétude… »

« On pourra toucher à l’espèce humaine.
On pourra peut-être créer des surhommes… ou des sous-hommes.


Il n’est pas besoin d’insister sur le danger que représente un tel pouvoir[…] Toutefois, je doute que l’homme soit actuellement mûr pour prendre en main la commande chimique de son destin. »

________________________________________

Jean Rostand Hérédité et Racisme

Jean Rostand : Hérédité et racisme – Gallimard (1939).

Dans sa revue Kritiken und Rezensionen, le philosophe Walter Benjamin (1892–1940) juge l’exposé de Rostand remarquable par sa clarté, sa prudence et son courage.
Par sa clarté : l’auteur réussit à donner un aperçu parfaitement transparent de ce qui est actuellement acquis de la théorie de l’hérédité. Il explique comment l’activité des chromosomes et des gênes est comprise par la science; pour Jean Rostand, l’hypothèse d’une transmission des propriétés acquises doit dès à présent être écartée. Ce qui peut être considéré comme le fond héréditaire des races – races dont l’auteur souligne l’interpénétration sur toute la terre, et particulièrement en Europe – se réduit à un certain nombre de qualités physiques d’une importance relative. »
[…] Toujours selon Walter Benjamin, Jean Rostand affronte, dans ce livre, la théorie biologiste du progrès, s’en prenant à Auguste Comte qui considérait le progrès biologique comme une des bases de l’histoire.
Jugeant que cette théorie était invalidée par la biologie même, Rostand écrit:

« Si, demain, toute notre civilisation se trouvait détruite, l’Homme aurait tout à recommencer, il repartirait du même point d’où il est parti voilà quelques cent ou deux cent mille ans. Toute son œuvre, tout son labeur, toute sa souffrance passés lui compteraient pour rien, ils ne lui conféreraient aucune avance… La civilisation de l’Homme ne réside pas dans l’Homme, elle est dans les bibliothèques, dans les laboratoires, dans les musées et dans les codes »…(p. 79/80).

C’était en 1939.
– 8 ans plus tard, les Nazis étaient vaincus.
– 52 ans plus tard, l’URSS se désagrégeait et pourtant…
– 78 plus tard, jamais la menace n’a autant pesé sur l’avenir de l’homme civilisé.
La dématérialisation de l’information liée à la dépendance à l’informatique, au web et aux réseaux ont vulnérabilisé la civilisation.
On va peut-être pouvoir créer des surhommes,
mais l’option des sous-hommes n’est pas écartée.

Alors, qui sont ces scientifiques anonymes animés par les éternels démons de la manipulation?

________________________________________

Interview de Jean Rostand – Les scientifiques se sont toujours défendus de vouloir normaliser l’espèce humaine, mais en dépit des risques, les recherches des scientifiques semblent animées par les éternels démons de la manipulation :

« Les chromosomes, ce sont des particules microscopiques qui se trouvent dans les noyaux de toutes les cellules. Chaque être vivant est constitué de milliards de cellules, chaque cellule contient un noyau, et chacun de ces noyaux contient un certain nombre de chromosomes.
Ce nombre est constant à chaque espèce : 46 chez l’homme… 8 chez la mouche du vinaigre ».

« Chacun des chromosomes a une structure extrêmement complexe… Ils sont formés d’une sorte de chaînes de particules beaucoup plus petites que l’on appelle les gènes, chacun de ces gènes ayant des propriétés définies en rapport avec la production de certains caractères héréditaires. Ces gènes sont probablement formés chacun par une très grosse molécule, et cette molécule a pour constituant principal, l’acide désoxyribonucléique, terme heureusement abrégé en DNA [l’appellation française est l’ADN – le DNA anglo-saxon correspondant au Deoxyribonucleic acid]. Le DNA paraît être la base chimique de l’hérédité, ce qu’on pourrait appeler “l’hérédine”.

________________________________________

Tératogénèse : méthodes de production de monstruosités

– les travaux d’Etienne Wolff (1904-1996) sur la tératogenèse au moyen de rayons X

– la chimio-tératogenèse développée par le professeur Paul Ancel (1873-1961)
– le procédé par carence, du professeur Antoine Giroud
la prévention de monstruosités héréditaires est encore à l’état expérimental

Ces vidéos sont accessibles intégralement et séparément sur le site de l’INA
Vidéo 1 Etienne LALOU s’entretient avec le biologiste Jean ROSTAND
Vidéo 2 Pierre DESGRAUPES rencontre Jean ROSTAND dans sa maison de Ville d’Avray
Vidéo 3 Jean Rostand : vers la création d’un surhomme ou d’un sous-homme

________________________________________

Le professeur Etienne Wolff donne son point de vue sur l’utilisation des découvertes scientifiques

« Il y a une très grande tentation [pour les scientifiques] d’appliquer les lois de la vie que nous connaissons et que nous appliquons aux animaux, en améliorant certaines races, en faisant de la génétique normative…

Il y a certainement une tendance à vouloir les [les lois de la vie ] appliquer à l’homme, mais je dois dire que des doctrines et des expériences passées qui ont été faites dans certains états totalitaires me retiennent et nous réfrènent de vouloir continuer les expériences de cette sorte. »

Travaux de recherche :
par irradiation ou microchirurgie de régions précises de l’embryon,
Etienne Wolff réussit à obtenir à volonté presque toutes les malformations qu’on peut rencontrer chez les vertébrés, y compris l’espèce humaine.

Tous ces travaux valurent à Etienne Wolff une étiquette qui lui colle encore : « J’étais devenu l’homme des monstres, comme Jean Rostand, l’homme des grenouilles. »

A une époque où les connaissances en endocrinologie étaient bien minces Wolff réussit, grâce aux hormones sexuelles préparées à l’état de substances chimiques pures, à en démontrer l’extraordinaire pouvoir.
Par exemple:
transformer un embryon de poulet mâle en femelle et vice versa,
ou obtenir toute une série d’intermédiaires entre les deux sexes
.

Etienne Wolff prend position sur la querelle entre l’inné et l’acquis :

« Les dons des humains sont d’origine génétique, qu’il s’agisse de dons physiques ou intellectuels, répond-il. Ils sont héréditaires, fixés dès la fécondation, même avant peut-être. Mais l’acquis peut avoir une très grosse influence. On peut dire que si tout est fixé dans l’embryon, rien n’est encore rigoureusement déterminé. »
[…] A travers le monde vivant, on voit pointer les facultés :
mémoire, accoutumance, souffrance, facultés supérieures. Je ne vois là que des transitions vers l’humanité, qu’on ne doit pas mettre à part du monde animal.
Pour beaucoup de ses capacités, l’homme n’est pas au-dessus des animaux.

Pays du Golfe : le Qatar soupçonné d’un excès de complaisance à l’égard de l’Iran

L’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn, ainsi que l’Égypte, ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha, lui reprochant son soutien aux islamistes et une complaisance à l’égard de l’Iran (Article de Georges Malbrunot)

Le Figaro : Le Qatar mis en quarantaine par ses voisins du Golfe

ratgemini A propos de l’excellent article de Georges Malbrunot il ressort que le Qatar est accusé – par l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn etc. – de soutenir le terrorisme. Mais l’accusation porte également (et SURTOUT) sur sa « complaisance à l’égard de l’Iran ».

Le Qatar encouragerait les « activités de groupes terroristes soutenus par l’Iran dans la province de Qatif (est)», où se concentre la minorité chiite du royaume saoudien, ainsi qu’à Bahreïn, secoué depuis plusieurs années par des troubles animés par la majorité chiite de ce pays.

Donc, le crime du Qatar, c’est de n’avoir – contrairement à l’Arabie saoudite, aux Émirats [ajoutons Israël et les États Unis] – jamais affiché une politique foncièrement hostile à l’égard de l’Iran, pays avec lequel Doha partage un immense champ gazier dans les eaux du Golfe persique. «Le Qatar n’a jamais eu une lecture chiite-sunnite des événements qui se passent au Moyen-Orient».

Soutenus par Donald Trump, Saoudiens, Émiriens et Israéliens ont fait de l’Iran leur ennemi numéro un. Quant à la France, elle arme les deux camps, tant il est vrai que l’argent n’a pas d’odeur, parole de Breton (sauf peut-être lorsqu’il s’agit de l’argent des Russes).

Climat : la décision de Trump porte un coup aux prédateurs onusiens

De Barack Obama à Emmanuel Macron en passant par le PDG de Tesla, Elon Musk, le président américain s’est attiré les foudres du monde entier [NdT: l’ingénierie financière mondiale], après son annonce de la sortie immédiate des États-Unis de l’accord de Paris.

LE FIGARO | Climat : la décision de Trump suscite un tollé international

ratgeminiEn réalité, très peu parmi ceux qui s’indignent outrancièrement, s’attardent sur les arguments de Donald Trump. Leur urgence est d’opérer un déminage par un recours au « décryptage » intensif sur les plateaux TV.

Tous les prédateurs de la terre refont surface, au bord de l’asphyxie… Des lobbys qui comptaient sur une manne de plusieurs centaines de milliards d’euros/dollars, extorqués aux populations des pays développés (ceux que l’on s’acharne à anéantir, depuis la première guerre « mondiale »). Ces pays rançonnés au nom d’« aides au développement » ruineuses au profit d’une véritable mafia mondiale, devraient de surcroît financer les tenants d’une idéologie « climatique », destructrice de civilisations.

L’Amérique, elle-même, est depuis longtemps infestée. Aujourd’hui, elle tente de relever la tête et cela suscite « un tollé international »… La France, pays traditionnellement inféodé, rejoint le camp des « indignés ». Nos pitoyables présidents de la république se bousculent pour faire de la figuration. Les campagnes présidentielles, législatives, régionales, municipales sont intentionnellement sabotées par des « affaires » de dernière minute qui compensent la vacuité des programmes politiques.
LE VOTE BLANC doit se généraliser.

Les pays qui auront redressé la tête en s’opposant au chantage du « climat » et de « l’aide au développement », s’exposent-ils à des attentats de représailles par les « islamistes » ? Peu crédible.
La véritable menace pourrait venir d’ailleurs…

Vote blanc : la sempiternelle manipulation des statistiques

Sur les 47,5 millions d’électeurs inscrits sur les listes électorales
le Ministère de l’Intérieur dénombre 35,5 millions de votants, dont :

Emmanuel Macron 58,52%
Marine Le Pen 30,01%
Bulletins blancs et nuls 11,47%

On préfère se concentrer sur les 31 millions de « suffrages exprimés »
(66,1% pour Emmanuel Macron et 33,9% pour Marine Le Pen)

Grâce à ce filtrage des « suffrages exprimés », les 4 millions de bulletins
blancs et nuls passent de 11,47% des votants à 8,55%
des inscrits.
Un modèle de subtilité…

Présidentielle 2017
Source: Ministère Intérieur

RAPPEL:

Présidentielles 2012
Source : interieur.gouv

“Quand l’Afrique s’éveillera” Yves Calvi – LCI 24 h en questions du 31 octobre 2016

Jean-Joseph Boillot auteur de « L’Afrique pour les nuls »…Que de balivernes déversées en une soirée.. Débordant de mépris envers l’Europe, il va jusqu’à justifier la montée d’un racisme anti blanc en Afrique. Il ne craint pas les contradictions: “tout le monde va là-bas [en Afrique] pour mettre du pognon sur la table”. On a du mal à suivre.

Jean-Joseph Boillot auteur de Chindiafrique La Chine, l'Inde et l'Afrique feront le monde de demain
Jean-Joseph Boillot
auteur de “L’Afrique pour les Nuls”

Selon Valls : « l’Afrique est la nouvelle frontière sur laquelle l’Europe doit bâtir en partie son avenir, pour des raisons démographiques, stratégiques et économiques ».

Replay: “Quand l’Afrique s’éveillera” Yves Calvi – LCI 24 h en questions du 31-10-2016

Nous ne devons pas ignorer ces 3 – 4 milliards d’habitants à quelques kilomètres de nous. Le continent africain connaît sa « transition démographique » historique telle que celle que l’Europe a connu, il y a deux siècles.
[…] Les différentiels de niveau de vie et de salaires sont porteurs de migrations : l’Africain n’a que quelques kilomètres à parcourir pour multiplier par 20 son espérance de gain.
Et puis l’Afrique c’est aussi un désir de la jeunesse qui a le désir de voyager, de voir le monde… On ne peut pas les mettre en prison.Jean-Joseph Boillot

Quant aux tentes de migrants sur toute la France, J-J Boillot admet qu’une partie est due aux conflits [se gardant bien de critiquer les politiques criminelles qui nous ont menés au Moyen-Orient]. Mais en Afrique, il y a bien d’autres causes que les conflits.

C’est la goutte d’eau… « NOTRE » problème, c’est que nous n’avons plus de prospective. C’est-à-dire qu’on n’a pas regardé les choses à 10, 15, 20 ans. On voit ces flux arriver et on n’est pas préparé. Si on intégrait ce phénomène majeur que dans les 20 à 30 prochaines années vous avez 50 millions d’Africains qui vont émigrer en dehors de l’Afrique pour des raisons « normales », alors on se donnerait les moyens de travailler sur les deux bouts de la chaîne : le développement en Afrique, c’est une chose, mais il ne faut pas croire qu’on n’a pas à accueillir des forces de travail « aussi intelligentes, aussi dynamiques » que ceux que je peux connaître dans les centres informatiques.

Il suffit d’aller voir sur le chantier de construction de la région parisienne… qui travaille aujourd’hui ? La plupart du temps bien sûr ce sont des gens d’Afrique qui sont venus et qui font ces boulots. Mais on se cache la figure : 50 % des Français vont avoir plus de 65 ans… Qui va financer leur retraite ? L’Europe dans son ensemble a besoin d’une force de travail jeune.Jean-Joseph Boillot

quand-lafrique-seveillera-4

Bonne intervention de Louis-Magloire Keumayou :

Quand vous avez des pêcheurs en Mauritanie, au Sénégal au Cameroun, qui vont en mer et qui n’arrivent plus à trouver du poisson parce que des compagnies qui ont des bateaux plus importants l’on vidée, que voulez-vous que ces pêcheurs fassent de plus ? Il mette les barques à la disposition de trafiquants d’êtres humains qui vont leur proposer la possibilité d’aller en Europe. Ils deviennent loueurs de bateaux à des prix intéressants.

En Afrique, vous avez la concurrence de la main-d’œuvre chinoise et indienne, meilleur marché, qui vient travailler sur les chantiers.

L’Afrique, c’est un continent de 54 Etats avec des réalités complètement différentes. Pendant une dizaine d’années on nous a raconté que l’Afrique avait un taux de croissance très élevé (7 %, 8 % et parfois 9 %)… Ce qu’on n’a pas ajouté, c’est que l’Afrique elle-même n’y était pour rien… La plupart du temps c’est une conjoncture qui faisait que, à la faveur de la hausse du pétrole et d’autres éléments de ce type, la croissance allait très vite vers le haut. Aujourd’hui, lorsque l’on met la croissance démographique en adéquation avec les taux de croissance, on a du mal à voir les retombées positives de cette croissance. Pour s’en sortir, l’Afrique devrait augmenter son commerce intra-africain. L’Afrique n’est qu’à moins de 3 % d’échanges avec elle-même.
Louis Magloire Keumayou

________________________________________

Sur le thème de l’Afrique:

La fondation Borloo en Afrique Aide au Développement (9,4 milliards euros en 2013) La Conférence de Berlin 1885 – MAJ 30-10-2016

« Comment le Djihad est arrivé en Europe » – Handschar – la Waffen-SS en Bosnie

11 septembre 2001 : effondrement des tours du World Trade Center… Les principaux suspects du 11 septembre auraient appris les rudiments du terrorisme dans les Balkans pendant les années 1990, avec le soutien des services secrets de l’OTAN.

Il y a 10 ans, en 2006, les éditions Xienia publiaient la version française de « Wie der Dschihad nach Europa kam » – Gotteskrieger und Geheimdienste auf dem Balkan (2005): « Comment le Djihad est arrivé en Europe » – les moudjahidin et les services de renseignement dans les Balkans, ouvrage de 282 pages, de Jürgend Elsässer, préfacé par Jean-Pierre Chevènement. Ce livre reste très actuel, avec la candidature de la Bosnie pour intégrer l’Europe.
[Ce qui suit, est un condensé du chapitre II du livre].

Retour sur la seconde guerre mondiale.

L’Allemagne nazie a envahi la Yougoslavie le 6 avril 1941 sans déclaration de guerre. Dès le 10 avril, Berlin et Rome ont reconnu le nouvel Etat croate indépendant, sous la coupe du mouvement catholique croate des Oustachis et du Poglavnik (Führer) Ante Pavelic. Le premier camp de concentration a vu le jour le 29 avril de la même année.

Une grande partie de la Bosnie a été annexée par le nouvel Etat croate.

Ante Pavelic
Ante Pavelic
Pour Ante Pavelic, les musulmans y étaient les Croates les plus ” authentiques “, puisqu’ils avaient maintenu leur population racialement pure après leur conversion à l’Islam 500 ans auparavant.
Pour le Reichsführer SS Heinrich Himmler, ils étaient à mettre au nombre des ” peuples les plus valables racialement parlant en Europe ” avec qui il partageait une ” communauté de vues sur le monde “. C’étaient en quelque sorte ” des Musul-germains “.
Le rapprochement s’est fait : le 10 août 1941, l’organisation yougoslave musulmane (JMO) s’inféoda au nouvel Etat croate, et reçut en récompense de nombreux postes de responsabilité.

Mais voici ce qui ressort d’un ” rapport sur les atrocités commises par les musulmans oustachis ” rédigé par un administrateur allemand le 17 août 1941. On y lit que les musulmans se conduisaient en bourreaux si sanguinaires que même les nazis se sentaient mal à l’aise, dans la mesure où de tels agissements poussaient la population des campagnes, traditionnellement apolitique ou même anticommuniste, dans les bras des partisans. En voici un extrait :

« Ce ne sont en aucune façon des Serbes qui combattent l’État croate, ni des francs-tireurs, ni des communistes qui sont raflés, mais des citoyens lambda. Les Oustachis ont organisé des provocations qui ont abouti au soulèvement de Krupa, dont les 6 000 habitants sont à 60 % serbes et à 40 % musulmans – avec quelques Croates. En manière de représailles pour ce soulèvement, les musulmans ont massacrés tous les Serbes âgés de plus de 14 ans […] Les musulmans génèrent plus de rancœur en Krajina bosniaque que n’en ont jamais suscité les Turcs, qui ont toujours et sans répit oppressé les Infidèles. »

C’est donc en toute logique que la majorité des musulmans bosniaques a soutenu les empires centraux, Allemagne, Autriche-Hongrie et Turquie, lors de la Première Guerre mondiale, tandis que les Serbes étaient du côté de l’Entente franco-russo-britannique.
Avec l’écrasement de la Yougoslavie par l’Allemagne nazie au début de la Seconde Guerre mondiale, les anciens maîtres de la Bosnie se sont vu offrir l’occasion de renverser le cours de l’histoire.

Le degré d’influence du fascisme et du nazisme
sur les musulmans est sujet à controverse.

C’est ainsi qu’un journal musulman de Sarajevo, Ljiljan, écrira rétrospectivement : ” Dès le début des exactions commises par la junte oustachi envers la population serbe, la communauté bosniaque a pris ses distances vis-à-vis de la politique sanglante et criminelle du NDH (l’État croate fasciste).

Une aide décisive vint d’Amin al Husseini, grand mufti de Jérusalem.


Handschar (Handžar en Bosnien) – la Waffen-SS en Bosnie
[Notre article paru en 2009]

Le grand mufti avait dû fuir Jérusalem, déclaré persona non grata par la puissance mandataire pour avoir dirigé le soulèvement antijuif et antibritannique de 1936-1939.

Pour la première fois, grâce à la création de la division SS musulmane Handžar (désignant un sabre recourbé), le lien entre Islam et national-socialisme se fonde sur une base solide et visible de tous. En 1942 s’ouvre l’Institut musulman central à Berlin, afin de coordonner le travail de propagande. Himmler s’est donné beaucoup de peine pour que la division soit dirigée selon le principe du Coran. Il avait refusé plusieurs fois ce traitement de faveur aux unités chrétiennes. Il rejetait le christianisme en raison de son caractère trop mou. Par contre, l’espoir du paradis de Mahomet était propice aux vocations de héros, et donc à promouvoir avec la dernière énergie devant les Bosniaques.

Lors de l’instruction de la division Handžar,
un raté aux lourdes conséquences se produisit.

La division est envoyée dans le sud de la France pour son baptême du feu, en été 1943. Dans le même temps, les partisans de Tito déclenchent une offensive majeure en Bosnie et des dizaines de milliers de musulmans prennent la fuite: les hommes de la division voulaient rentrer chez eux pour faire rendre gorge à ces communistes sans foi ni loi. Ce n’est que fin février 1944 que la division Handžar regagne les Balkans. Elle est engagée dans les grandes manœuvres de nettoyage connu sous le nom de ” Kugelblitz “, en Bosnie centrale et orientale. À cette époque la troupe n’a aucune miséricorde à l’égard des partisans de Tito et se signale par sa cruauté.

[Article à suivre: « le terrorisme d’une ampleur effroyable]

Nos ancêtres les Gaulois… un « roman national » tiré par les cheveux

Pour beaucoup d’historiens, la «Gaule» n’est qu’une fiction : diverses ethnies évoluant dans un espace géographique. On en profite pour nous inculquer que la France est un pays de “diversité”… C’est ce « roman national » qui est censé stimuler notre élan patriotique. Un roman qui commence bien mal, avec un Vercingétorix, soumis à la domination romaine et un Napoléon III prisonnier des Prussiens.

xvm365cc6fe-7f22-11e6-8dff-7de7d03cae34-250x320

« Autrefois, notre pays s’appelait la Gaule et ses habitants, les Gaulois. »: C’est par ces mots simples que débutait le manuel d’histoire d’Ernest Lavisse, véritable catéchisme patriotique de la Troisième République après la défaite de Sedan en 1870.

Pour Nicolas Sarkozy, nos ancêtres étaient les Gaulois mais aussi « les tirailleurs (détachés?) musulmans »

En campagne pour la primaire Les Républicains, Nicolas Sarkozy a déclaré: «dès que l’on devient Français, nos ancêtres sont Gaulois». Des propos mal compris au sein même de sa famille politique, sans compter les grammairiens et académiciens francophones.

En soutien à Nicolas Sarkozy, Gilles Platret (maire LR de Chalon-sur-Saône) estime, quant à lui, que le mythe gaulois reflète la grande tradition française d’hospitalité, ainsi que l’aspiration à l’unité nationale:
Les Gaulois ou la grande querelle de l’héritage
« Depuis des décennies, la qualité de Français s’est trouvée reléguée, poussée en second rideau par un impératif qui l’écrasait: il ne s’agissait plus de se dire Français, il s’agissait de se revendiquer l’Autre vivant en France. Plus de rechercher l’unité, mais de donner en tout la priorité à la pluralité. Plus de viser l’universalité, mais d’additionner les singularités. Plus de trouver le commun, mais d’encenser le divers. Plus de se trouver comme cousins, mais de se supporter en voisins ».

XVM091ea06e-81b5-11e6-9c43-d957f3b3814a

LE FIGARO – Le philosophe Redeker vient lui aussi au secours de Nicolas Sarkozy : «L’hérédité nationale est politique et non biologique».

Recourir au roman national pour rafistoler une nation
renan-ernest_3-242x300
Troisième République – Parallèle est fait entre les Gaulois tentant vainement de résister aux Romains (de 58 à 51/50 av. J.-C.) et la France, qui a perdu, après un siège long et pénible, face aux Prussiens à Sedan (1870). A la même époque qu’Ernest Lavisse, Ernest Renan écrit dans Qu’est-ce qu’une nation? :
«Le Français n’est ni un Gaulois, ni un Franc, ni un Burgonde. Il est ce qui est sorti de la grande chaudière où, sous la présidence du roi de France, ont fermenté ensemble les éléments les plus divers.» La France ne serait donc qu’une nation de « bâtards » ?… pas très glorieux, ni poétique. On imagine alors de forger la nation à travers un récit commun, celui du « roman national » reposant sur une fiction historique. On y retrouve en vrac, nos ancêtres les Gaulois, Charles Martel à Poitiers, Roland à Roncevaux, Godefroi de Bouillon à Jérusalem, Jeanne d’Arc, Bayard, tous nos héros du passé, parfois enveloppés de légendes.

le-mythe-nationalMais voilà qu’à partir des années 1960, l’expression «nos ancêtres les Gaulois» est critiquée d’un point de vue historique et également (surtout?) d’un point de vue idéologique. En forgeant la nation sur une ethnicité, elle ne permettrait pas l’inclusion des minorités, nourrissant ainsi la xénophobie et niant les richesses du multiculturalisme. C’est ce qu’explique, avec un peu plus de subtilité, Suzanne Citron dans son livre Le Mythe national, l’histoire de France revisitée.

Et pourquoi pas les Francs, plus valorisants que les Gaulois ?
Le Figaro s’appuie sur une citation (article intitulé «Nos ancêtres les Gaulois»…histoire d’une expression controversée) :

dans Qu’est-ce que le Tiers État?, l’abbé Sieyès appelle à « renvoyer dans les forêts de la Franconie toutes ces familles qui conservent la folle prétention d’être issues de la race des conquérants ».

Hormis cette brève digression, on doit recommander la lecture de ce petit ouvrage “Qu’est-ce que le Tiers État?” qui est assez instructive.
Nos hommes politiques devraient s’en inspirer. Ce livre ne se limite pas à de simples réflexions partisanes.

La France est-elle démographiquement suicidaire comme le suggère le Figaro?

La mise en place “d’Africa France” devrait favoriser l’émergence d’une classe moyenne locale. L’immigration massive va largement y contribuer (les diverses aides sociales collectées en France et partiellement rapatriées, équivalent à de bons mois de salaires locaux)

TRIBUNE – Alors que va s’ouvrir l’université d’été du Medef, Jean-Michel Boussemart et Michel Godet invitent l’Europe à pratiquer une politique de quotas en fonction des besoins du marché du travail et à encourager la relance de la fécondité.
Mais la France – idem pour l’Europe – est-elle pour autant démographiquement suicidaire, comme le suggère Le Figaro ou bien victime d’une “république” désespérément corrompue ?

Le Figaro: Suicide démographique de l’Europe et explosion de l’Afrique

Africa France

Avec François Hollande, la FrançAfrique a fait peau neuve :
La FrançAfrique a été supprimée pour être remplacée en 2013 par Africa France… tout comme la taxe professionnelle qui a été remplacée en 2010 par la Contribution Economique Territoriale (CET)

« Africa France pour une croissance partagée » se présente comme une « communauté associative des acteurs économiques africains et français ». La création de cette association a été décidée lors du sommet de l’Élysée des 6 et 7 décembre 2013 rassemblant les Chefs d’Etat français et africains. Son siège est à deux pas de l’Assemblée Nationale. Toutes les apparences d’un lobby. Toujours est-il que les 22 et 23 septembre prochain au Palais d’Iéna à Paris se tiendront les Rencontres Africa 2016. Le Medef se tient à l’écart de cette initiative qui serait due “à la seule volonté de Marc Bouteiller, directeur général adjoint Afrique au Quai d’Orsay”. Pour preuve, le ministre Jean-Marc Ayrault, qui devait ouvrir les Rencontres, sera en fait à l’Assemblée générale de l’ONU. Il s’agirait en fait, de l’éternelle foire d’empoigne franco-française en Afrique entre le Quai d’Orsay, les organisations patronales et les réseaux des chambres économiques. De son côté, le Medef soutient le sommet Afrique-France (un de plus) prévu à Bamako début 2017.

Dès 2015, le marketing AfricaFrance a fait saliver toute l’industrie du capital-investissement en quête de relais de croissance :
au premier semestre 2014, les fonds internationaux de private equity auraient investi 1,5 milliard de dollars en Afrique, un montant en hausse de 137 % sur un an.

Fébrilité affichée du capital-investissement français:
L’approche et les slogans ne sont pas sans rappeler Ubifrance (aujourd’hui « Business France », qui sonne comme « Africa France ») et le réseau des CCI : après les dragons asiatiques, il y aurait les « lions » africains, ces pays qui tireraient la croissance économique de l’Afrique, nouvelle terre de conquête du capital-investissement, nouvelle brique aux Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine… certains y ajoutent l’Afrique du Sud – S de Brics pour South Africa).

On reprend alors les « bonnes » vieilles recettes : on parle d’une croissance économique africaine qui serait de l’ordre de 5 % en moyenne et des besoins de financement estimés par la Banque mondiale à 90 milliards de dollars par an au cours des quinze à vingt prochaines années.

Le FIGARO 29-08-2016 : François Hollande a appelé la Banque mondiale (BM) à intensifier son effort “dans les pays fragiles et vulnérables”

Dans ces eaux troubles, on trouve des intervenants comme le fonds Amethis Finance créé en 2012 par Luc Rigouzzo et Laurent Demey, des anciens de l’Agence française de développement (dont le budget annuel est voté au Sénat), en partenariat avec la compagnie Benjamin de Rothschild, un fonds dont la stratégie d’investissement fait la part belle aux critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance).

En matière de capital-investissement, l’Afrique de l’Est serait plus tentante que l’Afrique francophone car, malgré la présence anglo-saxonne, cette partie du continent africain, étant en plein développement, a encore besoin de renforcer son expertise dans ce domaine.

Le FIGARO 30-08-2016 : secours d’environ 6500 migrants au large de la Libye

Les gardes-côtes italiens, qui ont coordonné lundi le secours d’environ 6500 migrants au large de la Libye, redoutent une nouvelle affluence record mardi dans cette zone de la Méditerranée.

Le Figaro : Affluence record de migrants en Méditerranée

L’IMMIGRATION MASSIVE EN FRANCE EST TOUT SAUF UN HASARD,
cette immigration subsaharienne que l’on tente de minimiser, quand on ne fait pas mine de l’ignorer. Lampedusa n’est pas une fatalité

Le Figaro : Les images marquantes de la première journée d’évacuation du camp de Calais

xvm8b563858-99f7-11e6-9cc3-b255a704759d-805x453

xvmf82d0332-99ff-11e6-9cc3-b255a704759d-805x453

Rien à voir avec l’invasion allemande de la seconde guerre mondiale: le déferlement de déserteurs du travail et de la guerre dans les villages français marque une offensive contre la civilisation occidentale. L’appartenance de ces populations à l’Islam ne saute pas aux yeux. Qui donc rabat (finance) ces hordes d’Afrique subsaharienne sur l’Europe?

Une colonisation fondée sur la bâtardisation de l’espèce humaine, la négation de sa culture et de son histoire, jusqu’à imposer l’esclavage comme nouveau modèle de civilisation. Au profit de ces éternels ennemis de l’Europe.

Une telle colonisation demande énormément d’argent. De l’argent, il y en a chez ceux qui « aiment leur prochain plus qu’eux-mêmes » (les philanthropes tels que Bill Gates etc.), et puis il y a toujours les mêmes « anonymes » qui infestent la Finance (marchés, banques), les mafias etc. Tout un monde qui entend marquer l’humanité de son empreinte.

Les lobbys de l’Afrique subsaharienne estiment pouvoir rapidement refaire le handicap de l’Afrique auprès des fonds de private equity, attirés par « l’émergence d’une classe moyenne locale » qui les autorise à rêver d’investissements ailleurs que dans le traditionnel secteur des ressources naturelles.

L’immigration massive subsaharienne va largement contribuer à l’émergence de cette classe moyenne locale (entre autres, grâce aux diverses aides sociales collectées en France, et partiellement rapatriées, équivalent à de bons mois de salaires locaux)

Si, officiellement, les secteurs d’activité les plus porteurs en Afrique restent l’agroalimentaire, les infrastructures, la santé, l’énergie, il faut noter le développement des services financiers, avec une bancarisation qui devrait progresser grâce à l’essor spectaculaire du mobile en Afrique

Les Echos : L’avenir de la banque mobile s’écrit en ce moment en Afrique

[Lire également :
Les banquiers débordent d’ingéniosité – Société Générale]

L’essentiel est d’être les premiers sur le terrain.
La stratégie viendra plus tard
:

Tous ces prédateurs sont bien conscients que le continent africain, comme toute économie émergente, présente de nombreux risques, qu’il s’agisse de troubles politiques, d’une gouvernance d’entreprise encore balbutiante ou de marchés de capitaux trop peu développés pour céder aisément des participations en Bourse. Mais en réalité, ces “entrepreneurs” ne prennent eux-mêmes quasiment aucun risque dans cet univers de corruption : l’État – via les institutionnels – couvre leurs risques. En cas de difficultés, ils pourront toujours compter sur la « solidarité » des contribuables français.

________________________________________

SUR LE MEME THEME:

COP21, une aubaine pour Jean-Louis Borloo qui lance sa fondation dédiée au développement de l’Afrique

Conférence de Berlin en 1885 le partage de l’Afrique