Vote blanc – seule parade au vide idéologique des campagnes électorales

A l’heure où les galeux de la Chapelle ont remplacés les Gaulois, la classe politique s’accommode parfaitement d’une abstention supérieure à 40 pour cent (les suffrages exprimés étant ramenés à 100 pour cent). Il en irait tout autrement – au second tour – avec ne serait-ce que 20 pour cent de bulletins blancs… le moment de remettre les compteurs à zéro (le fameux « reset » qui réinitialise une configuration défectueuse).

Clin d’œil au "carré blanc sur fond blanc" de Kasimir Malevitch
“Carré blanc sur fond blanc” Kasimir Malevitch
VOTE BLANC :
la classe politique s’accommode parfaitement d’une abstention supérieure à 40% (les suffrages exprimés étant ramenés à 100%)..
Il en irait tout autrement avec ne serait-ce que 20% de bulletins blancs.

Pour valider sa légitimité, le candidat victorieux devrait obtenir 50,5% des votes incluant les bulletins blancs et nuls, soit au moins 63% des suffrages exprimés (29,5% pour son adversaire).
Sinon, les vraies questions finiront par se poser tôt ou tard, et ce n’est pas un simple changement de constitution qui réglera l’affaire.

Petite réflexion: la France ne s’est pas toujours appelée la France.
Les galeux de Paris A l’heure où les galeux ont remplacés les Gaulois (Paris : le camp de migrants de la Chapelle touché par une épidémie de gale )
le moment est peut-être venu de remettre les compteurs à zéro (le fameux « reset » qui réinitialise une configuration défectueuse).

________________________________________

emmanuel-macron-marine-le-pen-2017

Le récent débat Marine Le Pen – Emmanuel Macron aura été particulièrement affligeant.

La faute en incombe, pour l’essentiel, à Marine Le Pen.
Qui peut se rallier à cet étendard de « laissés-pour-compte » qu’elle appelle les « patriotes » ? Quelle fierté aurions-nous à nous identifier à un peuple qui se laisse abuser sans broncher ?

Beaucoup de points de divergence entre les deux candidats,
mais avantage incontestable à Emmanuel Macron dont l’argumentaire aura été plus structuré, plus mesuré et plus positif. À l’opposé, Marine Le Pen a fait figure de militante « gauchiste » de sorties d’usines, de petits marchés de quartier, de bouches de métro. De cette campagne présidentielle, il ressort que Marine Le Pen n’a pas d’idées personnelles : elle s’approprie ce qu’elle considère comme les « bonnes idées » de ses concurrents. Au final, un amas « d’antisèches » dont elle a négligé la synthèse… Malheureusement, une synthèse, cela ne s’improvise pas.

Parmi les quelques points de convergence entre les deux candidats :
Les travailleurs détachés.

Rappelons que les « travailleurs détachés » sont des citoyens de l’Union Européenne (Europe de l’Est, Espagne, Portugal etc.). Ils ne sont – par définition – pas des immigrés et, à ce titre, ne coûtent comparativement rien à la société française. À la différence d’un immigré, futur naturalisé avec option de double nationalité, le « travailleur détaché » conserve un point d’attache dans son pays d’origine. Il en va tout autrement de l’immigration massive qui, n’en déplaise à Marine Le Pen, est africaine avant d’être musulmane. Or le continent africain bénéficie d’aides au développement (parmi lesquelles l’aide française allouée chaque année), qui sont souvent détournées pour financer des opérations commerciales en Afrique. Une délocalisation qui ne dit pas son nom, mais dont l’objectif est de créer une classe moyenne en Afrique [aux frais du contribuable français] qui consommera en Afrique. Des aides au développement dont on omet délibérément de déduire la prise en charge par la France de l’hébergement social, de la santé, de la scolarité etc. des ressortissants de ce continent qui affluent massivement dans notre pays. L’impact de cette politique d’immigration, qu’aucun des onze candidats n’a remis en cause (y compris Marine Le Pen), est largement plus destructeur de richesses que le travail détaché qui choque la quasi-unanimité de la classe politique. A noter que plusieurs candidats de droite sont allés jusqu’à accorder la priorité au « développement de l’Afrique ».

Dans ces conditions, la seule alternative, c’est le VOTE BLANC.

François Fillon appelle à un minimum “d’humanité” pour l’accueil des migrants

Un auditeur RMC interpelle François Fillon : “Quand on voit ces millions de Français qui n’ont pas de repas, ceux qui n’ont presque plus de retraites… et on va m’expliquer que mon argent va servir pour des causes ailleurs ou des gens qui viennent en France en surnombre. Non !” Apparemment, chacun des candidats à la présidence respecte une sorte d’omerta sur le sujet migratoire.

Invité sur tous les plateaux TV, François Fillon rôde sa candidature aux primaires. Dernier en date, son passage sur BFMTV, suivi des questions d’auditeurs sur RMC. Pas très convainquant sur certains sujets.

LE CONFLIT SYRIEN ET L’ÉTAT ISLAMIQUE

Tout à fait dans la ligne politique de BFMTV,
Bourdin [direct] attaque sur la Syrie et l’Irak :
Jean-Jacques Bourdin commence par planter le décor : « avec les avions français qui ont décollé du porte-avions Charles-de-Gaulle, qui apparemment pourraient commencer à bombarder autour de Mossoul »…

ratgemini-comments1N’avait-il pas été question d’opérations conjointes avec la Russie, en novembre 2015, pour lutter contre les terroristes ?

19 novembre 2015 – Vladimir Poutine et François Hollande sont convenus d’une « coordination plus étroite » entre les armées des deux pays, ainsi qu’entre les services secrets dans la gestion du dossier syrien. Dans la foulée, le chef de l’Etat russe a ordonné à ses navires de guerre déployés en mer Méditerranée d’entrer en « contact direct » avec le porte-avions Charles-de-Gaulle et de « coopérer avec les alliés » français. Ce navire, qui permettra de « tripler » la capacité de frappe de l’armée française en Syrie, sera « sur zone » en Méditerranée orientale, prêt à engager ses avions en Syrie « à la fin de la semaine », selon Paris.

Le Monde : La France et la Russie conviennent d’une « coopération » militaire « plus étroite »

ratgemini-comments1Vladimir Poutine s’invite à Paris, titre Le Figaro du 6 octobre.

En fait, Vladimir Poutine vient inaugurer la nouvelle cathédrale russe et visiter également la collection Chtchoukine, où figurent les tableaux de grands maîtres de la peinture française, en cette année de la Culture franco-russe

Mais la date du 19 octobre, pourrait être repoussée par l’Elysée [pourquoi pas au 19 novembre – date d’anniversaire d’une promesse (une de plus) de François Hollande non tenue] : le 19 novembre 2015, devant Poutine, Hollande (sur indication de Jean-Yves Le Drian) affirmait que l’armée française, serait prête à engager ses avions en Syrie « à la fin de la semaine » (!!!). Ce n’est qu’un an plus tard, en octobre 2016, que l’on apprend que des tirs sont envisagés sur Daesh.
L’Élysée aurait-il eu besoin d’alléguer “une situation [préoccupante] à Alep” pour différer la date de la visite de V. Poutine, si “la parole de la France” avait été tenue?…

Qu’a fait de concret la France pendant tout ce temps, alors que les Russes et les Iraniens se sont engagés depuis longtemps dans le conflit ? La parole d’un président français ne vaut décidément plus grand chose.

Pourtant, ce qui choque Jean-Jacques Bourdin, ce n’est pas la passivité de la France, mais l’entrée en action des Russes qui, aux côtés de l’armée syrienne, « ont bombardé sans relâche la ville d’Alep, tuant de nombreux civils »… et de bousculer François Fillon : « je vous pose la question, est-ce que les Syriens et les Russes commettent là un crime contre l’humanité ? »

François Fillon estime qu’il faut lutter en priorité contre l’État islamique car c’est lui qui menace le monde et non le régime syrien.

Il parle de crimes de guerre qui ont été commis, dès le début par l’État islamique tout en incluant les forces de Bachar El-Assad. Mais Fillon ajoute qu’il fut l’un des premiers – il y a deux ans – à demander « que l’on saisisse le Tribunal Pénal International des crimes de guerre commis par l’État islamique en Irak ». Bourdin insiste : « et par l’État syrien ?… et par les Russes ? » (il fait une fixation pathologique sur les Russes et sur Poutine). Fillon veut bien admettre la responsabilité des Syriens et des Russes, à condition d’y ajouter celle des Saoudiens, des Qataris… des Américains. Peut-être aurait-il été plus judicieux de commencer par dénoncer l’ingérence des Américains, responsables du chaos dans la région. Tous ces crimes de guerre ne sont que le résultat de ce chaos.

________________________________________

vaincre-le-totalitarisme-islamique

« Il y a un totalitarisme islamique, c’est-à-dire une menace mondiale qui est comparable au nazisme, avec une tentative génocidaire ».

________________________________________

la-fabrique-des-terroristes

Le Père Patrick Desbois à Europe1: “ : ce que fait Daech à 5 h des frontières françaises est un génocide. Ils entourent un village, disent qu’ils ne vont rien faire, demandent de se convertir à l’islam et d’aller à l’administration comme il était fait pour les Juifs.

________________________________________

ratgemini-comments1

Sur le même thème:
La France est-elle vraiment en guerre ?
A propos de l’islamisme
Lorsque le Sage pointe du doigt Daesh…
Et si Daesh était un leurre ?

Dans le même temps, François Fillon dénonce l’attitude qui consiste à s’en prendre aux libertés religieuses (notamment l’islam) en votant des lois qui durcissent la laïcité au motif de s’attaquer au totalitarisme islamique. Fillon estime qu’il faut contraindre les musulmans à rentrer dans un dialogue républicain, comme cela s’est passé pour les catholiques, les juifs et les protestants. Par ailleurs, sur les questions de sécurité, la France dispose de tous les instruments nécessaires pour lutter contre le danger terroriste. La seule loi supplémentaire que propose François Fillon, porte sur l’obligation des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) à signaler des « échanges suspects ».

ratgemini-comments1Reste à préciser
ce que l’on entend par « échanges suspects »
… Cela peut varier du tout au tout en fonction du régime politique en place.

________________________________________

ACCUEIL DES MIGRANTS ET DES REFUGIES
au nom des valeurs chrétiennes

Bourdin : « des hommes, des femmes, des enfants meurent en Syrie et ailleurs, et pendant ce temps-là on débat en France pour savoir si on peut répartir dans un pays de 66 millions d’habitants, 8, 9 ou 10 000 réfugiés… Est-ce que vous (il s’adresse à François Fillon) signez la pétition de Laurent Wauquiez qui s’oppose à l’ouverture de mini jungles, partout en France ? » Non, au nom des valeurs chrétiennes, François Fillon ne signera pas la pétition. Cependant, s’il est pour le démantèlement de la jungle, Fillon souhaite que la répartition sur le territoire français reste sous contrôle.

QUESTION D’UN AUDITEUR SUR RMC :

RMC – 30-09-2016 | L’ancien Premier ministre a été interpellé par un auditeur (Jean-Charles) qui lui reprochait de ne pas s’occuper suffisamment de la pauvreté en France. “Nous sommes le pays au monde qui consacre le plus d’argent à la lutte contre la pauvreté”, lui a répondu François Fillon.[…] “Quand on voit ces millions de Français qui n’ont pas de repas, ceux qui n’ont presque plus de retraites… et on va m’expliquer que mon argent va servir pour des causes ailleurs ou des gens qui viennent en France en surnombre. Non!”, s’est agacé Jean-Charles.

François Fillon lui a répondu qu’il y avait “un minimum d’humanité à avoir”. “Votre colère contre la pauvreté est paradoxale au moment où vous voulez qu’on mette dehors des gens malheureux qui sont venus en Europe pour trouver du travail”.

ratgemini-comments1Une fois encore, on cherche à brouiller les pistes.
Il ne s’agit évidemment pas de 10 000 étrangers devant s’intégrer à 66 millions de Français. On omet les immigrés que la France a déjà accueillis et continue d’accueillir en dépit de la dégradation des conditions de vie, de l’éducation, de l’emploi et de la santé. Les naturalisations à outrance brouillent les statistiques. Le procédé est particulièrement malhonnête, mais apparemment, chacun des candidats à la présidence se résigne à respecter l’omerta.

A propos des travailleurs détachés (dans une interview à Ouest France), François Fillon veut aller au delà de la discussion qui est engagée à Bruxelles : “Je veux agir dans deux directions : baisser les charges, sans toucher au salaire des ouvriers agricoles et exiger un salaire plus élevé pour les travailleurs détachés. Je veux que l’on exige un niveau de charge qui empêche tout dumping social”…
Question: exige-t-on de nos expatriés, qu’ils s’alignent sur les salaires et charges locaux?.

________________________________________

Sur le même thème:
La France est-elle démographiquement suicidaire?
L’immigration massive subsaharienne

Eric Zemmour : en finir avec la « religion des droits de l’individu tout-puissant »

une alternative anglo-saxonne aux droits de l’homme et du citoyen, « qui place l’individu au-dessus de tout », et par conséquent désintègre la société, la nation. Mais lorsqu’il prétend que cette alternative anglo-saxonne est le cheval de Troie de l’islam, Zemmour perd en crédibilité.

[16-09-2016] Jean-Jacques Bourdin reçoit Eric Zemmour pour son dernier ouvrage:
« Un quinquennat pour rien – Chroniques de la guerre de civilisations ».
Au fil du temps, Éric Zemmour affine son discours.(voir vidéo BFM – Bourdin direct).

Marine Le Pen serait-elle de gauche ? Zemmour confirme – à juste titre – que « Marine Le Pen a des réflexes de gauche ».

Zemmour poursuit : au Front National, « ils ont 25 ans de retard ». « Aujourd’hui la France ne se bat plus pour retrouver sa souveraineté, mais pour ne pas perdre son identité ». Hommage en passant aux « Corses de Sisco qui ont raison de défendre leur territoire et leur identité ».
« L’analyse de Marine Le Pen est surannée »
. Dans la vidéo, il explique avec brio la différence entre la souveraineté et l’identité, à partir de l’exemple de la Pologne. La démonstration est pertinente, malgré le recours à un État islamique fictif pour démontrer la plausibilité d’un regain de souveraineté s’accompagnant d’une perte d’identité.

Éric Zemmour dit avoir été informé de l’existence d’un plan qui prévoirait l’intervention de l’armée dans les banlieues, tout en s’empressant d’ajouter que de toute façon la décision finale reviendra aux politiques. Une intervention qui pourrait s’inspirer du modèle israélien dans la bande de Gaza. De fait, nous avons des banlieues qui sont littéralement « colonisées » :

Et Zemmour de déclarer « Quand des étrangers – et ils sont nombreux – qui vivent sur le territoire français, non seulement refusent de vivre comme les Français, mais imposent le mode de vie qu’ils avaient au pays, pour moi cela s’appelle des colonisateurs ». Tout en prenant un maximum de précautions oratoires, Éric Zemmour en conclut que l’on pourrait très bien envisager la libération des territoires colonisés.
Expliqué de la sorte, on serait tenté de donner raison à Zemmour. On aurait même envie de pousser le raisonnement jusqu’au bout : ne devrait donc pas parler de collusion des autorités françaises avec un ennemi identifié voire de « collaboration avec un occupant » ? A priori rien ne s’y oppose. Mais là où nos chemins divergent, c’est dans l’identification de l’ennemi/occupant.

S’agit-il vraiment de l’Islam ? La ficelle paraît un peu grosse.

C’est alors que Jean-Jacques Bourdin déverse un tombereau de « personnalités » du showbiz, volontairement noires ou maghrébines pour tenter de déstabiliser Éric Zemmour en répétant avec insistance : « sont-ils français comme vous et moi ? » Mission partiellement accomplie… Éric Zemmour n’avait évidemment pas le temps de faire le tri entre les binationaux, les exilés fiscaux (résidents sportifs aux USA, en Suisse etc.) et les éventuels bénéficiaires du « droit du sol » et du « rapprochement familial ». Jean-Jacques Bourdin a sciemment embourbé la fin de son émission dans des manœuvres partisanes.

La faiblesse d’Éric Zemmour, c’est de s’entêter pour une « assimilation à tout prix »… Fréquentes références à l’Empire Romain. Éric Zemmour oublie que la France n’est pas et n’a jamais été l’Empire Romain… La France, c’est cette ancienne province gauloise. Les vestiges de l’époque ne sont d’ailleurs pas gaulois, mais « gallo-romains ». Le siège d’Alésia illustre parfaitement la supériorité stratégique des Romains : Gaulois en surnombre face à l’organisation et au génie militaire des Romains appuyés par une stratégie militaire. Un épisode qui n’est pas sans rappeler la « Bataille de France » (1940), la plus grande défaite militaire française où les Français disposaient pourtant d’un matériel plus performant que celui de l’ennemi (SOMUA S35 et B1/B1 bis vs Panzer II, III et IV).

Il reste cependant des raisons de s’enorgueillir (Louis XIV, Napoléon etc.). Malheureusement, nos occupants actuels cherchent à estomper la mémoire de ces monarques et empereurs. En rejetant son passé, la France a capitulé. Mais cette révision de l’histoire n’est certainement pas l’œuvre de l’Islam.

Zemmour et une bonne partie de la droite semblent ignorer que l’Islam est ouvertement instrumentalisé depuis le 11 septembre 2001. L’Islam reste le dernier bastion de la résistance à la « mondialisation ».

Les Musulmans sont en quelque sorte les nouveaux Juifs de l’histoire. Toujours les mêmes forces à la manœuvre. La lumière sera-t-elle faite un jour sur toutes les parties prenantes du programme d’extermination des Juifs ?

Alors, à quelle assimilation Éric Zemmour nous invite-t-il ?
Une assimilation n’a de raison d’être que lorsqu’une culture est incontestablement plus avancée qu’une autre. Dans ces conditions, au nom de quoi les Chinois [à titre d’exemple], désireux de venir s’installer en France, devraient-ils renoncer à leur culture ? Impensable : le véritable multiculturalisme est une richesse : triste perspective que d’imaginer toute une nation qui devrait se soumettre à une culture en déclin, au nom de l’assimilation.

Il ne s’agit pas pour autant d’opter pour une « diversité » à la Frankenstein, qui ne serait qu’un infect compost de sous-cultures. Le déclin de la France vient précisément de ce subterfuge. Les sous-cultures sont artificiellement rehaussées au niveau de cultures séculaires, voire millénaires. Il en ressort une nation bâtarde, facilement manipulable, car privée d’un idéal commun. Enfin, cet afflux migratoire, prétendument inexorable, est destiné à porter le coup de grâce aux « vieilles » nations européennes. Nos dirigeants français sont directement impliqués.

________________________________________

Beaucoup de vérités dans cette interview de Jacob Cohen.
Juif antisioniste, auteur de «Le printemps des sayanim »

« Éric Zemmour a rejoint le camp sioniste le plus extrémiste. Dans la logique des sionistes et du lobby juif, il cherche à tétaniser les musulmans. Il ne faut pas que les musulmans relèvent la tête. Il faut qu’ils rasent les murs. Il faut même qu’ils aient honte de porter le voile, de nommer leurs enfants Mohamed ou Zora. En fait, le système tend à faire des musulmans des citoyens soumis qui courbent la tête, comme des colonisés. »

Prochains décrets d’application de la Loi Travail relatifs aux dispositions sur le travail détaché

Une collusion affichée, qui va du PS au FN, en passant par toutes les nuances de la droite et du centre. Les candidats à la présidence 2017 se retrouvent pour faire barrage aux Européens et ouvrir le pays à l’immigration d’Afrique “qui n’est qu’à 13 kilomètres de l’Europe”… cette Afrique omniprésente qui serait “l’avenir” de l’Europe..

Batiactu : “Il faut aller plus loin pour lutter contre les fraudes”, Myriam El Khomri

La ministre franco marocaine Myriam El Khomri annonce qu’en France, « nous allons dans les prochaines semaines adopter différents décrets d’application de la Loi Travail et parmi lesquels, ceux relatifs aux dispositions sur le travail détaché, qui ont pour objet d’alourdir les sanctions et étendre encore les responsabilités des donneurs d’ordres en cas de manquement ». Disons-le clairement : « nous disposons, avec cette réglementation, de l’arsenal juridique le plus strict parmi les pays européens »…

Myriam El Khomri s’en prend aux travailleurs détachés Européens. Que les âmes sensibles se rassurent, les travailleurs clandestins – parmi lesquels, des Africains (au sens continental du terme) – sont épargnés.

Myriam El Khomri attend que « la Commission Européenne publie sa proposition de révision du règlement de coordination des systèmes de sécurité sociale. »

« C’est une proposition que nous attendons car la question du détachement doit être appréhendée de manière globale, pas seulement au regard des seules questions de droit du travail mais également du paiement des cotisations sociales, puisque c’est justement à ce niveau-là que nous observons le plus de fraudes. Tout ceci confirme que, pour construire une Europe forte et unie, il nous faut avancer vers une forme d’harmonisation sociale ».

Harmonisation sociale?
Les expatriés français cotisent en France et non dans les pays d’accueil. Myriam El Khomri l’ignore-telle?

Et puis, que penser de la Sécurité Sociale française qui rechigne à rembourser des opérations chirurgicales effectuées dans un pays de l’Union européenne en alléguant un prétendu « tourisme médical »?

Myriam El Khomri s’emploie à « faire face au blocage des onze pays membres notamment de l’Est avec énergie » [Ndlr. Visiblement, El Khomri estime que ce n’est pas aux Européens à faire la loi chez eux]. El Khomri nous parle de respect de règles équitables. Les fraudes [la ministre parle évidemment du travail détaché et non du travail clandestin] minent notre modèle social [lequel favorise une immigration massive et non désirée] et font naître « un climat de défiance préjudiciable à tous ».

Pour le travail détaché, on aurait détecté des entreprises “boîtes aux lettres” contre lesquelles il faut lutter. Bien entendu, rien de semblable pour le travail clandestin. El Khomri prétend vouloir garantir les droits des travailleurs détachés. Qu’elle commence d’abord par garantir les droits des Français qui cotisent et ont cotisé toute leur vie sans prestations en retour. Clamer que « la France s’opposera toujours à un modèle qui place dans une concurrence déloyale les entreprises et les travailleurs des différents pays de l’Union », est une véritable imposture. Un Marocain immigré en France qui gagne au minimum le SMIC, avec ou sans aides sociales, tandis que ses proches restés au pays ne gagnent que 200 € par mois. Un Français, contraint de déclarer ses revenus et d’en extraire des cotisations pour le bien-être des immigrés, aura toutes les peines du monde à parvenir au même train de vie.

Hillary Clinton et Donald Trump courtisent les évangéliques de tout poil

Qui sont donc ces évangélistes ? S’agit-il de simples groupes de pression ? En France, ils encouragent l’afflux migratoire. Pour le compte de qui les pays d’origine de ces migrants sont-ils vidés de leur population active, tandis que les pays d’accueil sont totalement déstabilisés?

Campagne présidentielle aux USA. Hillary Clinton et la National Baptist Church, Donald Trump et les Evangéliques

Le Figaro: Hillary Clinton et Donald Trump font campagne sur la foi et les «valeurs»

La Chrétienté est une sorte de magma qui englobe en vrac les catholiques, les orthodoxes, les protestants, les chrétiens d’Orient etc.
Peut-on mettre dans le même sac la cause des chrétiens d’Orient et celle des « lycéennes » du Nigéria ? Les uns s’en tiennent à la foi tandis que les autres en appellent à une idéologie.

Pour en revenir à l’article du Figaro, nous aurions :

d’un côté Hillary Clinton, et la National Baptist Church
dont le public est « presque exclusivement noir, composé de pasteurs représentant 7,5 millions de fidèles et largement acquis aux idées démocrates ». Totale dévotion à Martin Luther King…

de l’autre, Donald Trump et les Évangéliques
avec « un public ultra majoritairement blanc, uni par un «conservatisme social» qui rejette le droit à l’avortement, le mariage gay et toute entrave de l’État à l’expression religieuse ».
[Hormis le rejet du droit à l’avortement, ces prises de position n’ont a priori rien de choquant].

________________________________________

Fondée en 1886, la Convention baptiste nationale des États-Unis est la plus ancienne et la plus grande convention religieuse afro-américaine aux États-Unis. En 1895, cette convention a fusionné avec deux autres conventions pour former la Convention baptiste nationale des États-Unis d’Amérique. La mission de la convention est d’accomplir la grande commission de Jésus-Christ par la prédication, l’enseignement, et la guérison. Il s’agit de consacrer tous les efforts jugés appropriés pour faire avancer ” la cause de Jésus-Christ ” dans le monde entier.

Comment l’Église évangélique se développe en France

Le Monde 2012: Comment l’Église évangélique conquiert les Français

Une stratégie militante de développement
Toutes les tendances de l’Église évangélique, historiquement marquée par de nombreux clivages, sont désormais réunies au sein d’une institution, le Conseil national des évangéliques de France (CNEF).

Une Église qui se veut à la portée de tous
Dans l’église du 11e, le pasteur lit un passage du Nouveau Testament. Nés en France métropolitaine ou outre-mer, en Haïti, en Afrique de l’Ouest et centrale, en Kabylie, en Asie, les fidèles suivent sur leur bible écornée ou sur leur application iPhone.
Eglise Paris Bastille. Lors du culte de 11 h 15, des voix s’élèvent spontanément. Ici “merci Seigneur”, là “je t’adore, je t’adore de tout mon cœur”(…) plus loin émergent des bribes d’une prière dispersée : “au rocher de ta foi”… Deux caméras professionnelles filment, le montage sera ensuite mis en ligne sur le site Internet de l’église. Entre deux chants, l’atmosphère reste électrique. Le temps de recueillement est interrompu par la reprise des chants, sur un des rythmes contemporains.

L’Église évangélique mise pleinement sur le réseautage
Luc Maroni, un pasteur à Lens qui “kiffe Internet” et fait ses prêches sur Power Point. Distribution, une fois par semaine, de deux cents à trois cents repas pour les plus démunis. Luc Maroni fait figure de pasteur “hyperactif” : il est également adjoint au maire de sa ville, investi à la Cimade (comité d’aide aux étrangers) et à la tête d’un CHRS (centre d’hébergement et de réinsertion sociale). Le réseautage est un des leviers de progression de l’Église évangélique.

L’aide aux migrants occupe une place importante dans l’Église évangélique.
L’œuvre sociale apparaît aussi comme une façon de séduire de nouveaux fidèles. “L’Église évangélique attire beaucoup de migrants, notamment en région parisienne”. L’évangélisme ne serait pas une religion de mémoire, mais une religion pour l’espoir. “Demain ce sera mieux”. Un message dans lequel les migrants se reconnaissent.

La France est-elle démographiquement suicidaire comme le suggère le Figaro?

La mise en place “d’Africa France” devrait favoriser l’émergence d’une classe moyenne locale. L’immigration massive va largement y contribuer (les diverses aides sociales collectées en France et partiellement rapatriées, équivalent à de bons mois de salaires locaux)

TRIBUNE – Alors que va s’ouvrir l’université d’été du Medef, Jean-Michel Boussemart et Michel Godet invitent l’Europe à pratiquer une politique de quotas en fonction des besoins du marché du travail et à encourager la relance de la fécondité.
Mais la France – idem pour l’Europe – est-elle pour autant démographiquement suicidaire, comme le suggère Le Figaro ou bien victime d’une “république” désespérément corrompue ?

Le Figaro: Suicide démographique de l’Europe et explosion de l’Afrique

Africa France

Avec François Hollande, la FrançAfrique a fait peau neuve :
La FrançAfrique a été supprimée pour être remplacée en 2013 par Africa France… tout comme la taxe professionnelle qui a été remplacée en 2010 par la Contribution Economique Territoriale (CET)

« Africa France pour une croissance partagée » se présente comme une « communauté associative des acteurs économiques africains et français ». La création de cette association a été décidée lors du sommet de l’Élysée des 6 et 7 décembre 2013 rassemblant les Chefs d’Etat français et africains. Son siège est à deux pas de l’Assemblée Nationale. Toutes les apparences d’un lobby. Toujours est-il que les 22 et 23 septembre prochain au Palais d’Iéna à Paris se tiendront les Rencontres Africa 2016. Le Medef se tient à l’écart de cette initiative qui serait due “à la seule volonté de Marc Bouteiller, directeur général adjoint Afrique au Quai d’Orsay”. Pour preuve, le ministre Jean-Marc Ayrault, qui devait ouvrir les Rencontres, sera en fait à l’Assemblée générale de l’ONU. Il s’agirait en fait, de l’éternelle foire d’empoigne franco-française en Afrique entre le Quai d’Orsay, les organisations patronales et les réseaux des chambres économiques. De son côté, le Medef soutient le sommet Afrique-France (un de plus) prévu à Bamako début 2017.

Dès 2015, le marketing AfricaFrance a fait saliver toute l’industrie du capital-investissement en quête de relais de croissance :
au premier semestre 2014, les fonds internationaux de private equity auraient investi 1,5 milliard de dollars en Afrique, un montant en hausse de 137 % sur un an.

Fébrilité affichée du capital-investissement français:
L’approche et les slogans ne sont pas sans rappeler Ubifrance (aujourd’hui « Business France », qui sonne comme « Africa France ») et le réseau des CCI : après les dragons asiatiques, il y aurait les « lions » africains, ces pays qui tireraient la croissance économique de l’Afrique, nouvelle terre de conquête du capital-investissement, nouvelle brique aux Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine… certains y ajoutent l’Afrique du Sud – S de Brics pour South Africa).

On reprend alors les « bonnes » vieilles recettes : on parle d’une croissance économique africaine qui serait de l’ordre de 5 % en moyenne et des besoins de financement estimés par la Banque mondiale à 90 milliards de dollars par an au cours des quinze à vingt prochaines années.

Le FIGARO 29-08-2016 : François Hollande a appelé la Banque mondiale (BM) à intensifier son effort “dans les pays fragiles et vulnérables”

Dans ces eaux troubles, on trouve des intervenants comme le fonds Amethis Finance créé en 2012 par Luc Rigouzzo et Laurent Demey, des anciens de l’Agence française de développement (dont le budget annuel est voté au Sénat), en partenariat avec la compagnie Benjamin de Rothschild, un fonds dont la stratégie d’investissement fait la part belle aux critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance).

En matière de capital-investissement, l’Afrique de l’Est serait plus tentante que l’Afrique francophone car, malgré la présence anglo-saxonne, cette partie du continent africain, étant en plein développement, a encore besoin de renforcer son expertise dans ce domaine.

Le FIGARO 30-08-2016 : secours d’environ 6500 migrants au large de la Libye

Les gardes-côtes italiens, qui ont coordonné lundi le secours d’environ 6500 migrants au large de la Libye, redoutent une nouvelle affluence record mardi dans cette zone de la Méditerranée.

Le Figaro : Affluence record de migrants en Méditerranée

L’IMMIGRATION MASSIVE EN FRANCE EST TOUT SAUF UN HASARD,
cette immigration subsaharienne que l’on tente de minimiser, quand on ne fait pas mine de l’ignorer. Lampedusa n’est pas une fatalité

Le Figaro : Les images marquantes de la première journée d’évacuation du camp de Calais

xvm8b563858-99f7-11e6-9cc3-b255a704759d-805x453

xvmf82d0332-99ff-11e6-9cc3-b255a704759d-805x453

Rien à voir avec l’invasion allemande de la seconde guerre mondiale: le déferlement de déserteurs du travail et de la guerre dans les villages français marque une offensive contre la civilisation occidentale. L’appartenance de ces populations à l’Islam ne saute pas aux yeux. Qui donc rabat (finance) ces hordes d’Afrique subsaharienne sur l’Europe?

Une colonisation fondée sur la bâtardisation de l’espèce humaine, la négation de sa culture et de son histoire, jusqu’à imposer l’esclavage comme nouveau modèle de civilisation. Au profit de ces éternels ennemis de l’Europe.

Une telle colonisation demande énormément d’argent. De l’argent, il y en a chez ceux qui « aiment leur prochain plus qu’eux-mêmes » (les philanthropes tels que Bill Gates etc.), et puis il y a toujours les mêmes « anonymes » qui infestent la Finance (marchés, banques), les mafias etc. Tout un monde qui entend marquer l’humanité de son empreinte.

Les lobbys de l’Afrique subsaharienne estiment pouvoir rapidement refaire le handicap de l’Afrique auprès des fonds de private equity, attirés par « l’émergence d’une classe moyenne locale » qui les autorise à rêver d’investissements ailleurs que dans le traditionnel secteur des ressources naturelles.

L’immigration massive subsaharienne va largement contribuer à l’émergence de cette classe moyenne locale (entre autres, grâce aux diverses aides sociales collectées en France, et partiellement rapatriées, équivalent à de bons mois de salaires locaux)

Si, officiellement, les secteurs d’activité les plus porteurs en Afrique restent l’agroalimentaire, les infrastructures, la santé, l’énergie, il faut noter le développement des services financiers, avec une bancarisation qui devrait progresser grâce à l’essor spectaculaire du mobile en Afrique

Les Echos : L’avenir de la banque mobile s’écrit en ce moment en Afrique

[Lire également :
Les banquiers débordent d’ingéniosité – Société Générale]

L’essentiel est d’être les premiers sur le terrain.
La stratégie viendra plus tard
:

Tous ces prédateurs sont bien conscients que le continent africain, comme toute économie émergente, présente de nombreux risques, qu’il s’agisse de troubles politiques, d’une gouvernance d’entreprise encore balbutiante ou de marchés de capitaux trop peu développés pour céder aisément des participations en Bourse. Mais en réalité, ces “entrepreneurs” ne prennent eux-mêmes quasiment aucun risque dans cet univers de corruption : l’État – via les institutionnels – couvre leurs risques. En cas de difficultés, ils pourront toujours compter sur la « solidarité » des contribuables français.

________________________________________

SUR LE MEME THEME:

COP21, une aubaine pour Jean-Louis Borloo qui lance sa fondation dédiée au développement de l’Afrique

Conférence de Berlin en 1885 le partage de l’Afrique

Bangladesh │ où en sont les objectifs du Millénaire pour le développement (Onu)?

Mise à jour le 24 avril 2015 de l’article publié le 1er mai 2013

Le groupe de textile italien Benetton (United Colors of Benetton) était jusqu’à présent accusé de ne pas vouloir participer au fonds d’indemnisation mis en place huit mois après le drame qui a fait 1.138 victimes. Il devra verser 1 million d’euros aux victimes. Le cabinet d’experts PwC avait réalisé pour Benetton son estimation en se basant sur un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT) préconisant 40 millions de dollars pour le fonds d’indemnisation

Source: Rana Plaza : Benetton versera un million d’euros aux victimes

De son côté, Groupe Auchan a décidé de contribuer à hauteur de 1,5 million de dollars au Rana Plaza Donor’s Trust Fund, fond mis en place sous l’égide de l’OIT, l’organisation internationale du travail
Source:
Rana Plaza: Auchan versera 1,5 million de dollars à un fonds d’indemnisation

Commerce : ce que le Rana Plaza a changé

Après le drame du Rana Plaza, le débat demeure vif sur les responsabilités des multinationales en matière sociétale et environnementale. Les industriels s’inquiètent d’éventuels freins à la compétitivité si une loi sanctionne davantage le défaut de vigilance sur les sous-traitants. Mais certains n’ont pas attendu la loi pour prendre les devants.

Source: Commerce : ce que le Rana Plaza a changé

Recherche de survivants dans l'effondrement du bâtiment au Bangladesh [NBCNews.com]
Recherche de survivants dans l’effondrement du bâtiment au Bangladesh [NBCNews.com]

Le bilan du pire accident industriel au Bangladesh le 23 avril 2013 à Dacca, 1.138 personnes sont mortes et plus de 2.000 autres ont été blessées dans l’effondrement de l’immeuble Rana Plaza, qui abritait des ateliers de confection travaillant pour de nombreux groupes étrangers, dont Benetton.

La colère grimpe. [ Le Monde du 9 mai 2013 ]
pourtant, le Bangladesh n’aura eu droit qu’à de simples articles de presse et quelques reportages TV superficiels.

Profondément indécente, la visite appuyée de Valérie Trierweiler au Mali
La France, au travers de grandes marques de l’habillement, dont la responsabilité est engagée dans les récentes catastrophes du Bangladesh aurait été bien inspirée de dépécher sur place Valérie Trierweiler, car c’est au Bangladesh que se trouvent les vraies victimes, car c’est au Bangladesh que se trouvent les esclaves d’aujourd’hui.

Tout autant coupable, le silence de François Hollande à l’égard des victimes du Bangladesh.

Il préfère recevoir avec tous les honneurs, le Président du Mali à l’Elysée.
François Hollande a promis 250 millions d’euros, au profit de la population noire du Mali. Pour quelles contreparties ? (d’autant que Bill Gate a récemment soutiré de l’argent à la France, au profit de cette même Afrique). En outre, des bailleurs de fonds internationaux se sont joints à hauteur de 3 milliards en faveur du Mali.

Cette nouvelle catastrophe du Bangladesh soulève de graves questions:
Théoriquement, le Bangladesh bénéficie d’aides publiques au développement, telles que le programme onusien du Millénaire pour le développement (OMD).

La mise aux normes de sécurité et environnementales de l’industrie manufacturière du Bangladesh ne figure-t-elle pas parmi les objectifs du Millénaire pour le développement ? Et dans ce cas, ne se trouve-t-on pas à financer deux fois un même projet ? C’est peu vraisemblable. Alors, où va le surplus ?

“Les huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) forment un plan approuvé par tous les pays du monde et par toutes les grandes institutions mondiales de développement. Date butoir du 31 décembre 2015”. [site officiel de l’ONU]

1. Réduire l’extrême pauvreté et la faim.
2. Assurer l’éducation primaire pour tous.
3. Promouvoir l’égalité et l’autonomisation des femmes.
4. Réduire la mortalité infantile.
5. Améliorer la santé maternelle.
6. Combattre les maladies
7. Assurer un environnement humain durable.
8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

A l’évidence, l’émancipation économique des pays les moins avancés (PMA) tels que le Bangladesh ne constitue pas un objectif prioritaire. Ce programme ne serait-il qu’un subterfuge?

Autre constat: on vit de plus en plus mal en Europe, mais également en Afrique.

Pourtant, l’Afrique est omniprésente dans les programmes d’aide…
alors, qu’en est-il dans les faits? Comment expliquer l’exode africain?

Le rapport d’activité de 2012 évoque le Bangladesh, sans trop de précisions.
Ce programme onusien est-il piloté par un organe indépendant?
Qui contrôle le circuit des flux financiers (dixaines de milliards d’euros)?
Qui coordonne l’exécution du programme ? L’anonymat est de rigueur.

Des mouvements de révolte ont précédé la tragédie du Bangladesh. Autant de signes avant-coureurs de la désagrégation d’un régime basé sur l’exploitation humaine, la manipulation, les conflits armés.
Les Objectifs du Millénaire pour le développement serviraient-ils d’alibi à des transactions douteuses ?

Dans ces conditions, l’idée de surtaxer les importations de marchandises fabriquées par une main-d’oeuvre restée au pays est tout à fait déplacée.

Il y va de l’intérêt de tous de donner les moyens aux populations de vivre dignement de leur travail, dans leur pays d’origine, plutôt que d’encourager financièrement la désertion vers les pays “développés”, pays eux même en proie au chômage.

________________________________________

L’industrie du textile embarrassée par le drame au Bangladesh [Figaro du 28-04-2013]

Seuls Primark et Mango ont admis travailler avec des ateliers du Rana Plaza, l’immeuble qui s’est effondré. Benetton, C&A, Carrefour et Wal-Mart sont également soupçonnés d’avoir des relations avec ces fournisseurs. Ce drame soulève à nouveau la question des conditions de travail de la main-d’œuvre à bas coût.

Bangladesh map
Bangladesh map

Les militants de Clean Clothes Campaign (CCC) ont réussi à pénétrer dans les ruines de «Rana Plaza, et ont trouvé les étiquettes et des documents conduisant à de grandes enseignes européennes: l’Espagnol Mango et le Britannique Primark. Sur leur site web, d’autres clients renommés tels le groupe européen C & A, l’Allemand KIK et le Canadien Wal-Mart. Ces marques ont été également impliquées dans l’incendie de l’usine Tazreen, non loin de Savar, où 112 travailleurs sont morts dans un incendie il y a cinq mois. L’Allemand KIK (textile discounter) a été également impliqué dans l’incendie d’Ali Enterprises au Pakistan, qui a fait 300 morts en septembre dernier.

Pour éviter que ces effondrements ne se reproduisent, la CCC invite les entreprises qui pratiquent le sourcing au Bangladesh à signer au plus vite le Bangladesh Fire and Building Safety Agreement.

Bill Gates au dîner d’Unitaid 2014 à Paris : un invité d’honneur insatiable

02-04-2014 de gauche à droite : Bono, François Hollande et Bill Gates
02-04-2014 de gauche à droite : Bono, François Hollande et Bill Gates

Bill Gates est assurément un philanthrope comblé:
grâce à sa fondation, il a fait de l’aide au développement un business lucratif.

Invité d’honneur du dîner d’Unitaid,
Bill Gates reste l’homme le plus riche du monde.
Bill Gates est conseiller spécial auprès du secrétaire général des Nations Unies et président d’Unitaid.
Il exerce un véritable lobby en organisant des achats massifs de médicaments en Afrique,
sur fonds d’Aides Publiques.

A priori, le dîner d’Unitaid, présidé par Philippe Douste-Blazy,
pourrait rappeller le dîner du CRIF :

personnalités politiques et autres people [diaporama de quelques invités people]…
les journalistes se pressent et se bousculent pour approcher Bill Gates.

La similitude s’arrête là : Bill Gates n’est pas un sioniste… il n’est d’ailleurs pas juif…
tout au plus pourrait-on le suspecter d’être évangéliste (autre courant doctrinaire).

Bill Gates est-il un activiste évangéliste ou un sioniste?
Probablement ni l’un ni l’autre.

Bill Gates ne cherche pas à dominer les Banques et la Finance internationales.
Il préfère opter pour l’alibi humanitaire et développer sa fortune sur le compte des programmes des Nations Unies.

________________________________________

Objectif prioritaire: réaliser les huit Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)
que se sont fixés les pays membres de la communauté internationale (ONU).

Dans les années 2000, la communauté internationale cherche à accélérer les efforts pour la réalisation des huit Objectifs du Millénaire pour le développement, particulièrement ceux liés à la santé, une nouvelle forme de financement du développement est réfléchie : les financements durables. Un processus qui aboutit à la création d’Unitaid et de la première contribution de solidarité internationale, la taxe sur les billets d’avion (Jacques Chirac 2006). Les fonds collectés (2,5 milliards de dollars) sont reversés à Unitaid pour contribuer au financement de la lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme.

La taxe sur les transactions financières :
les pays en voie de développement bénéficient aujourd’hui de 15 % des fonds collectés par cette taxe
qui servent la mise en œuvre des programmes d’aide des organisations internationales et non gouvernementales dans le cadre de la politique étrangère de la France.

Ce programme est assez similaire au premier abord à celui d’Unitaid,
mais il n’est pas question pour autant de réduire la dotation par le Gouvernement du budget d’aide publique au développement
.
Alors, on songe à élargir la taxe à plusieurs pays et à confier cet argent à une organisation similaire à Unitaid qui pourrait financer d’autres secteurs de développement.

Lire article :
Derrière Unitaid et la TTF : la France, un laboratoire de financements durables pour le développement
[Le Cercle des Echos 02-04-2014]

Conférence de Berlin en 1885: le partage de l’Afrique (MAJ 30-10-2016)

Les premiers fondements de notre politique africaine – (Voir contenu de l’Acte Général)

[Article initialement publié le 26-07-2011] [Lire la mise a jour du 19-03-2014 : LE SALAIRE DE LA DETTE – en fin d’article]

Lors de la conférence de Berlin en 1884-1885, les puissances coloniales se sont partagé l’Afrique . Participation du baron Alphonse Chodron de Courcel, qui avait su convaincre Jules Ferry de se lancer dans l’aventure coloniale. Jules Ferry s’est pleinement engagé dans l’expansion coloniale française.

Achille M’Bembe (Université de Johannesbourg)

« La mentalité de Berlin, c’est de dire :
on va vous faire du bien malgré vous, en dépit de tout. On veut votre bien, on va vous faire du bien, que vous le vouliez ou non. Et surtout, soyez reconnaissants »

Godefrey N. Uzoigwe (Mississippi University)

« C’est la première fois, que la totalité d’un continent, de
30 millions de kilomètres carrés, est découpée par les Européens, entre eux,
sans même demander leur avis aux Africains »

Isidore Ndaywel (Universität Kinshasa)

« Les plénipotentiaires qui siègent à Berlin sont inconscients et ignorants. Ils se croient bien informés sur une situation qui leur échappe totalement. D’abord les populations africaines ont leur culture, leur civilisation, leur manière d’être, et ce n’était pas évident que les questions qu’ils considéraient les plus importantes à leur niveau, étaient celles qui préoccupaient les Africains à ce moment. Ils transposaient, sur les Africains, leurs préoccupations, leurs intérêts et leurs problèmes. »

Achille M’Bembe (Université de Johannesbourg)

« Une question centrale généralement associée à la conférence de Berlin, c’est celle de l’esclavage. Dans le projet colonial on négocie des tas de contradictions : d’un côté les colons disent qu’ils veulent mettre fin à l’esclavage et donc, ils ne peuvent pas reproduire l’esclavage. De l’autre côté, ils ont très peur du « travail libre ». Ils adoptent donc une solution intermédiaire : le travail forcé (un travail qui n’est pas rémunéré, alors que l’on n’est pas esclave). Bien sûr, le travail forcé a servi à construire des routes, des voies ferrées, des ports, mais au fond on aurait pu construire ces voies ferrées et ces ports, à partir d’un travail libre. Le problème, c’est qu’on voulait faire une colonisation qui ne coûtât pas cher ».

« Il faut bien dire qu’avant Berlin, les frontières existaient dans l’Afrique pré-coloniale. Mais ces frontières avaient très peu à voir avec les frontières modernes. La frontière ne constituait jamais une limite infranchissable. La frontière était une zone d’échanges (de négociations et de marchandage). Elle était en fait un espace de mixité, de rencontre. Elle n’était jamais une séparation. L’institution frontalière avait pour fonction principale de tisser des liens. »

Partage de l'Afrique
Partage de l'Afrique

________________________________________

Jules Ferry
Jules Ferry
Jules Ferry (1832-1893), figure emblématique de la laïcité française, apparaît comme l’un des pères fondateurs de l’identité républicaine.

On connaît moins son engagement pour l’expansion coloniale française. Devenu franc-maçon, Jules Ferry a été reçu au Grand Orient de France en 1875.

________________________________________

Discours de Jules Ferry, prononcé à la Chambre des députés, le 28 juillet 1885 : « Les fondements de la politique coloniale » :

« Messieurs, il y a un second point, un second ordre d’idées que je dois également aborder (…) : c’est le côté humanitaire et civilisateur de la question. (…) Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement qu’en effet les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures. (…) Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. (…) Ces devoirs ont souvent été méconnus dans l’histoire des siècles précédents, et certainement quand les soldats et les explorateurs espagnols introduisaient l’esclavage dans l’Amérique centrale, ils n’accomplissaient pas leur devoir d’hommes de race supérieure. Mais de nos jours, je soutiens que les nations européennes s’acquittent avec largeur, grandeur et honnêteté de ce devoir supérieur de la civilisation.»

________________________________________

Vidéo Ina: Christine OCKRENT reçoit Jean Marie LE PEN – 15/09/1996
Jean Marie LE PEN cite Jules FERRY et Léon BLUM qui parlent de “race supérieure”.

________________________________________

A PROPOS DE LA POLITIQUE COLONIALE DE LA FRANCE
Mein Kampf Tome II Le Mouvement National Socialiste
Chapitre 14 « Orientation vers l'Est ou politique de l'Est »
Hitler y écrit:
[…] « Si nous ne considérons que le point de vue purement territorial, la superficie du territoire allemand disparaît entièrement en regard de ce que l’on appelle les puissances mondiales. Et l’on ne doit pas présenter l’Angleterre comme preuve du contraire, car la métropole anglaise n’est, à vrai dire, que la grande capitale de l’empire mondial anglais, qui s’étend presque sur le quart de la surface du globe.
Nous devons encore considérer en première ligne comme États géants les États-Unis, puis la Russie et la Chine. Il s’agit là de formations territoriales qui, pour partie, ont une surface plus de dix fois supérieure à celle de l’empire allemand actuel. La France même doit être comptée au nombre de ces États. Non seulement du fait qu’elle complète son armée, dans une proportion toujours croissante, grâce aux ressources des populations de couleur de son gigantesque empire, mais aussi du fait que son envahissement par les nègres fait des progrès si rapides que l’on peut vraiment parler de la naissance d’un État africain sur le sol de l’Europe. La politique coloniale de la France d’aujourd’hui n’est pas à comparer avec celle de l’Allemagne de jadis. Si l’évolution de la France se prolongeait encore trois cents ans dans son style actuel, les derniers restes du sang franc disparaîtraient dans l’État mulâtre africano-européen qui est en train de se constituer : un immense territoire de peuplement autonome s’étendant du Rhin au Congo, rempli de la race inférieure qui se forme lentement sous l’influence d’un métissage prolongé. C’est là ce qui distingue la politique coloniale française de l’ancienne politique coloniale allemande.
Cette dernière était toute en demi-mesures, comme tout ce que nous faisions. Elle n’a ni agrandi les territoires de peuplement de la race allemande, ni entrepris la tentative – encore que criminelle – de renforcer la puissance du Reich par un recours au sang noir. Les Ascaris de l’Afrique orientale allemande furent un timide essai dans cette voie. En réalité, ils servirent seulement à la défense de la colonie même. L’idée de transporter des troupes noires sur un théâtre européen d’opérations, abstraction faite de son impossibilité manifeste durant la guerre mondiale, n’a jamais existé, même comme un projet appelé à se réaliser en cas de circonstances favorables ; au contraire, chez les Français, elle a de tous temps été considérée comme une des raisons profondes de leur activité coloniale.
Ainsi nous voyons aujourd’hui sur la terre un certain nombre de puissances qui non seulement, pour certaines, l’emportent de loin par le chiffre de leur population sur notre peuple allemand, mais qui trouvent surtout dans leur étendue territoriale la principale raison de leur prépondérance.
Jamais encore la comparaison entre l’empire allemand et les autres puissances mondiales, au point de vue de la surface du territoire et du chiffre de la population, ne nous a été aussi défavorable qu’aujourd’hui, à moins de revenir de deux mille ans en arrière, au commencement de notre histoire. Alors, tout jeune peuple, nous faisions notre entrée impétueuse dans un monde de grands États qui menaçaient ruine, et nous contribuâmes à abattre le dernier de ces géants : Rome. Aujourd’hui, nous nous trouvons dans un monde de grands et puissants États en cours de formation, et, au milieu d’eux, notre propre empire déchoit chaque jour jusqu’à perdre toute importance.
Il faut que nous gardions devant les yeux, avec calme et sang-froid, cette amère vérité. Il est nécessaire que nous suivions et que nous comparions, sous le rapport du chiffre de la population et de l’étendue territoriale, l’empire allemand et les autres États à travers les siècles. Je sais qu’alors chacun en arrivera avec consternation au résultat que j’ai déjà exprimé au début des présentes considérations : l’Allemagne n’est plus une puissance mondiale, peu importe à cela que sa situation militaire soit forte ou faible.
Nous ne pouvons plus être comparés à aucun autre grand État du globe ; et ceci n’est dû qu’à une conduite franchement néfaste de notre politique extérieure, grâce à son manque complet d’un attachement- je pourrais presque dire testamentaire – à un but déterminé ; grâce, enfin, à la perte de tout instinct sain et de tout sentiment de la conservation. » […]
________________________________________


L'Aide Internationale participe à la ruine des… par Ratgemini

VERSION INTEGRALE EN 3 PARTIES :

Le salaire de la dette 1_3

Le salaire de la dette 2_3

Le salaire de la dette 3_3

Opération Mali (MAJ) : sommes nous tenus d’être solidaires de notre classe politique?

{Article initialement publié le 15 janvier 2013]

Mise à jour le 17 mars 2014
Voir en fin d’article, la vidéo et le document sur la mine d’or Sadiola

________________________________________

Où sont passées ces armées africaines qui, le 14 juillet 2010, paradaient sur les Champs Elysées
à l’invitation de Nicolas Sarkozy? Au Mali, ce sont les troupes françaises qui combattent.

Coût estimé de l’ingérence au Mali : 400 000 euros, 1,4 million ou 1,7 million d’euros par jour. {Le Point du 14 janvier 2013]

Coût ahurissant, en cette période de sacrifices inflgés à la population française,
cela pour une cause qui n’est pas la nôtre. Devons nous de surcroît, couvrir tous les agissements de nos grosses entreprises dans les pays en développement?

Enfin, sommes nous qualifiés pour jouer les gendarmes quand les droits de l’homme sont entachés par la corruption de certains de nos acteurs économiques, politiques etc.?

____________________________________

[dailymotion id=xxelz0]

Tariq Ramadan s’exprime sur l’Intervention au Mali
A l’occasion d’un débat organisé par la TV Suisse et diffusé sur TV5 Monde le 22 janvier 2013

[Voici esquissées les principales idées dont on peut lire l’intégralité sur le blog de Tariq Ramadan] :
La France interviendrait au Nord du Mali pour le bien du peuple,
avec cette seule intention de protéger ce pays « ami » du danger des extrémistes désormais alliés des rebelles touaregs.
Le monde observe, et la classe politique française semble unanime sur le principe d’une intervention militaire au Nord du Mali contre les « islamistes », « jihadistes », « extrémistes ».

Troublante absence de données économiques et géostratégiques
dans la présentation politique et médiatique des faits.

La région ne compte pas moins de cinq bassins des plus prometteurs. Le bassin de Touadenni, à la frontière mauritanienne, a déjà révélé l’importance de ses ressources. Il faut y ajouter les bassins du Tamesna et des Iullemeden (frontaliers avec le Niger), le bassin de Nara (proche de Mopti) et le graben de Gao. L’Autorité pour la Recherche Pétrolière (AUREP) confirme le potentiel du sous-sol du nord Mali en matière de ressources minières (essentiellement gaz et pétrole).

Le gouvernement français et les responsables des multinationales du gaz et du pétrole ont toujours, officiellement, relativisé ou minimisé les découvertes en matière de ressources minières dans la région sahélienne entre la Mauritanie, le Mali, le Niger et l’Algérie (on a même parlé de « mirage malien »). Pourtant les données sont bien plus connues et certifiées qu’on ne le laisse entendre et Jean François Arrighi de Casanova, le directeur Afrique du Nord de Total, n’a pas hésité à parler « d’un nouvel Eldorado » avec d’immenses découvertes gazières et pétrolifères.

Le Mali, la Mauritanie, l’Algérie et le Niger sont les premiers concernés et – avec la chute du colonel Kadhafi – les perspectives d’exploitation se sont ouvertes pour les compagnies françaises (au premier chef Total), italiennes (ENI) et algérienne (Sipex, filiale de Sonatrach) qui ont déjà investi plus de 100 millions de dollars (selon les estimations) en études et forages malgré les difficultés dues à l’aridité et à l’insécurité.

On ne dit rien, non plus, de la longue histoire
des alliances de la France avec les gouvernements maliens successifs,

or, dans les coulisses des bouleversements politiques récents, la France n’a eu de cesse d’interférer, de faire pression, d’écarter les acteurs maliens gênants (politiques ou militaires) et de créer des alliances utiles, aux sommets de l’Etat comme sur les terrains tribal, civil et militaire. Amadou Toumani Touré, renversé par un coup d’Etat le 22 mars 2012, a été grandement fragilisé et isolé après la chute du colonel Kadhafi. Il semble avoir payé le prix de sa politique vis-à-vis du Nord et de ses vues quant à l’attribution des futurs marchés d’exploitation pétrolière. Les liens (parfois difficiles) de la France avec l’organisation sécessionniste, « Le Mouvement National de Libération d’Azawad » (MNLA), ne sont un secret pour personne et permettaient d’établir une zone de fracture entre le Sud et le Nord du Mali bien utile à la lumière des visées d’exploitation de richesses minières très prometteuses.

Nul ne songe à nier l’existence de groupuscules extrémistes et radicalisés qui ont une compréhension coupable et inacceptable de l’islam. Il faut les condamner.
On peut néanmoins s’interroger légitimement sur leur infiltration possible.

Les services de renseignements américains, comme européens, ont admis faire usage de l’infiltration en s’appuyant sur des agents instigateurs. Leurs lieux d’installation et leurs méthodes d’opération pourraient bien être encouragés et orientés.
On constate que ces groupes ont des stratégies politiques contradictoires et ont une propension à s’installer aux lieux exacts où les ressources minières sont un enjeu capital. On le savait en Afghanistan (dans une région immensément riche de pétrole, gaz, or, lithium, etc.) et voilà – on ne comprend pas bien pourquoi – que les « fous » extrémistes s’installent dans le Sahel malien pour y appliquer leur « shari’a » inhumaine et si peu islamique. Dans le Sahel désertique !

On le savait avec George W.Bush, on le voit au Mali, on peut faire un usage utile « des terroristes ». Un chef militaire malien nous disait son trouble lors de notre dernière visite : « On a ordre de les exterminer, de les ‘détruire’ (sic), même quand ils sont désarmés. Pas de prisonniers ! On fait tout pour les rendre fous et les radicaliser ».

Plus largement, le Canard Enchaîné révèle que l’allié de la France, le Qatar, aurait signé un accord avec Total – quant aux exploitations du Sahel – et, paradoxalement, soutiendrait financièrement et logistiquement des groupes radicalisés tels que « les insurgés du MNLA (indépendantistes et laïcs), les mouvements Ansar Dine, Aqmi et Mujao (djihad en Afrique de l’Ouest) ». [Lire l’intégralité de l’article de Tariq Ramadan]

________________________________________

[dailymotion id=xxf72y]

Des villages en ruines: l’envers de l’intervention française au Mali.

Au lendemain du voyage victorieux de François Hollande à Tombouctou,
les trois grandes villes du nord du Mali ont été déclarées libérées des rebelles.
Le désastre a frappé de nombreuses familles, de nombreuses maisons.

Beaucoup en arrivent à se demander si pareille victoire en vaut la peine.
Les gens qui ont souffert sous le joug de groupes terroristes et de trafiquants de drogue, affrontent désormais les souffrances de la guerre.

Ne s’agit-il pas, en fin de compte, de crimes de guerre devant être poursuivis en vertu des Conventions de Genève?

________________________________________

Mais le Mali, ce sont également des Touaregs.
Voici la vidéo officielle “Aratan N Tinariwen”
réalisée par Tamikrest, groupe de musiciens touaregs de notoriété mondiale.

Tamikrest (mot en tamasheq pour le nœud, la coalition, l’avenir) est un groupe de musiciens issus du peuple des touaregs. Le groupe a été créé en 2006. Ils mélangent la musique traditionnelle africaine avec le pop et le rock occidental et chantent en langue tamaschek. L’auteur principal des chansons est le leader du groupe Ousmane Ag Mossa.

Il n’en demeure pas moins que les Touaregs du Mali sont pourchassés
[voir extrait de vidéo de ARTE sur l’exode des touaregs]

Assimilés aux terroristes par les populations noires,
les « hommes bleus » se réfugient de l’autre côté de la frontière.

Dans le nord-est du Burkina Faso, près de Dori, le camp de Goudebou accueillait déjà de nombreux réfugiés touaregs, conséquence dramatique de la rébellion menée de l’autre côté de la frontière en mars dernier par les groupes islamistes comme Ansar Dine ou le Moujao. Jérôme Bonnard et Quentin Cébe – ARTE GEIE (France, 2013, 52mn).

Depuis l‘intervention de l’armée française au Mali le 11 janvier dernier, leur nombre a fortement augmenté. Quasi quotidiennement, des dizaines de camions transportent des familles entières vers Goudebou.

Ces réfugiés seraient aujourd’hui près de 5 000, à 90 % selon HCR qui administre le camp, d’origine touareg. Aujourd’hui dans leur propre pays, ces maliens « à la peau claire » sont souvent assimilés aux « terroristes » par les populations noires qui ont eu à souffrir des exactions des jihadistes. Certains d’entre eux se disent victimes d’une «chasse aux turbans».

Dans un abri de fortune vit désormais Amidi Ag Habo, le maire d’Intahaka, petit village du Nord du Mali victime de récents pillages…

________________________________________

MAJ du 17-03-2014

[dailymotion id=x1htu2u]

La Mine d’or Sadiola est située au sud-ouest du Mali,
près de la frontière qui sépare le Sénégal du Mali

La mine est située à 500 kilomètres au nord-ouest de la capitale Bamako.
Le Mali, est un pays d’Afrique occidentale sans accès à la mer, entouré de l’Algérie au nord, du Niger à l’est, du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire au sud, de la Guinée au sud-ouest et du Sénégal et de la Mauritanie à l’ouest.
Superficie : 1 240 000 kilomètres² – Population 12 000 000 hb

A la fin des années 80, le gouvernement du Mali entreprit un grand levé géochimique régional, dans le cadre d’un programme d’aide financé par le Fonds européen de développement. Le programme a montré des anomalies importantes d’or, d’arsenic et d’antimoine près des villages de Sadiola et de Dinnguilou.

En 1990, IAMGOLD (producteur aurifère basé à Toronto) obtient les droits d’exploration de la colline de Sadiola et de ses environs.
En 1992, les réserves étaient estimées à 22,3 millions de tonnes de minerai oxydé d’une teneur de 3,3 g Au/t.

IAMGOLD et AngloGold Ashanti (à l’époque, Anglo American) forment une coentreprise afin de construire le site minier. Les actifs aurifères d’Anglo American ont par la suite servi pour créer la plus grande partie d’une entreprise dérivée : AngloGold Ashanti, l’exploitant actuel de la mine d’or Sadiola. IAMGOLD (38 %), AngloGold Ashanti (38 %), gouvernement du Mali (18 %) et Société financière internationale – membre de la Banque mondiale (6 %).

Mali - Morila Mine

Voici un bel exemple de la politique française d’aide au développement, au Mali:
– en août 2006, Bakchich titrait : Bouygues fait grise mine.

Tout commence il y a quelques années quand la Banque Mondiale pousse le Mali – troisième plus grande réserve d’or d’Afrique – à privatiser son industrie aurifère. A Morila (région de Sikasso dans le sud du Mali), la société qui exploite la mine est confiée à deux grandes firmes sud-africaines, Anglogold Ashanti et Randgold Resources, qui se partagent 80% du capital de l’entreprise. L’Etat malien doit quant à lui se contenter des 20% restant, de maigres royalties et de quelques promesses de «développement» de la région.

Satisfaites de cette belle répartition, les multinationales s’empressent de vider le site, inauguré début 2001, de son précieux métal.

Mais, alors que les travaux d’excavation étaient prévus pour durer jusqu’en 2011, les deux tiers des réserves – estimées à 120 tonnes – ont été extraits en seulement… quatre années. Or, les multinationales bénéficient d’exonérations fiscales pendant leurs trois premières années d’activité.

Dans son rapport d’activités de 2006, Randgold Resources’ major indiquait :

Morila Mine – Les activités minières sont sous-traitées à Somadex, qui est une filiale de DTP Terrassement, le bras de l’exploitation minière de l’entreprise de construction française, Bouygues. L’accord de partenariat prévoit le partage des économies qui auront été réalisées par l’entrepreneur sur la base des hypothèses de productivité retenues dans la perspective d’un retour sur investissement.

Alors que Somadex a réussi à maintenir la production en début d’année, vers le milieu de l’année le manque de personnel de maintenance expérimenté a contribué à l’augmentation de pannes de l’usine mobile. Résultat, la production minière a chuté en dessous des prévisions. Des mesures ont été prises par le partenariat pour rétablir la productivité et la situation a commencé à s’améliorer en fin d’année. Somadex s’est également engagé à acheminer une flotte d’équipement minier supplémentaire sur le site, à leurs propres risques, afin de maintenir les niveaux prévisionnels de production

C’est la Somadex, Société Malienne d’Exploitation (sic) filiale de DTP Terrassement(Bouygues)
qui recrute et « gère » la main d’œuvre locale pour le compte des compagnies sud-africaines.

Une « gestion » stakhanoviste et pour le moins musclée, à en croire ceux qui ont travaillé pendant des années à l’ombre des barbelés inviolables de l’usine.
Les griefs abondent : travail douze heures par jour, six jours sur sept ; précarité institutionnalisée ; non-paiement des heures supplémentaires, des congés, des primes de risque ; harcèlement continuel des responsables syndicaux ; surveillance permanente des employés ; vexations en tout genre ; accidents du travail à répétition ; etc.

________________________________________

La mine d’or de Morila en fin de vie
| Jeuneafrique 18-11-2008
La mine de Morila sera transformée en complexe agricole dès le mois d’avril 2009. Exploité depuis octobre 2000, le principal gisement aurifère du pays s’arrêtera donc après épuisement de sa cinquième carrière. Le traitement des stocks s’étalera toutefois jusqu’en 2013. En huit ans, cette mine aura fourni 5 millions d’onces d’or. 246 milliards de F CFA (492 millions de dollars) de taxes et de droits ont été reversés à l’État. Le projet agro-industriel actuellement à l’étude qui se substituera à l’activité minière devrait réutiliser une partie des équipements déjà présents sur le site.

________________________________________

Quelques témoignages de la population locale
recueillis dans un article de RFI publié en décembre 2005
:

«Les étrangers ramassent l’or sous nos pieds. Mais ici, c’est pire qu’avant». La misère et le chômage n’ont pas reculé depuis l’ouverture, en juillet 2000, de la mine de Morila, à 280 kilomètres au sud-est de Bamako, dans la région de Sikasso, tout près des frontières du Burkina et de la Côte d’Ivoire.

Les villageois font leurs comptes. «La vie coûte plus cher» : les prix ont monté au voisinage des 84 expatriés et sous la pression de la consommation des 688 employés, inscrits dans les registres de Morila SA, avec des contrats de travail à durée plus ou moins déterminée.

«Il n’y a plus de place pour nos enfants dans les écoles surchargées» par les enfants des travailleurs qui se sont succédé sur le site, ces cinq dernières années.

Pollution des eaux usées chargées de cyanure et d’arsenic,
que la mine déverse dans son champ d’épandage.

________________________________________

DE LEUR COTE, LES FRANCAIS NE SONT PAS EPARGNES :

Abattoirs bretons : des Maliens musulmans à la chaîne porcine
Collinée, « le petit Mali de Bretagne »
La montée d’un certain communautarisme a provoqué des heurts.
Le Maire socialiste préfère parler de « non-Maliens », plutôt que de « Bretons ».
«Le problème c’est que nous avons voulu une intégration tellement forte qu’on en a oublié les autres, les « non-Maliens » »

________________________________________

COMMENTAIRES RATGEMINI CENSURES PAR LA PRESSE

FIGARO – Mali: la France ralentit le retrait de ses soldats

Plutôt que de connaître la « feuille de paye » des élus, les Français seraient beaucoup plus intéressés à ce que l’utilisation de leurs impôts au profit des « valeurs de la République » soit diffusée. Au final, le Mali creuse-t-il le gouffre financier de la France, ou (peu vraisemblablement) constitue-t-il une source de revenus providentielle pour les Français (hormis les Maliens de Montreuil et de Navarre) ?
En conclusion, soyons clairs: nous demande-t-on de respecter les « valeurs de la République » ou les « voleurs de la République » ? (subterfuge prémédité ou non).
Une chose est sûre : les décisions viennent d’ailleurs. Le gouvernement Français ne serait plus qu’un nid d’emplois fictifs. Encore des dépenses dont on se passerait bien.

FIGARO – Un militaire français tué au Mali

La liste s’allonge…
Mais que l’on ne nous dise pas qu’ils sont morts pour la France. Ces soldats sont morts pour le Mali. Dans le contingent français, pas un seul représentant du Mali (Français d’origine malienne). Pourquoi ? Peu fiables ?
François Hollande devra s’en expliquer tôt ou tard.