Yuval Noah Harari | Comment et pourquoi Sapiens a conquis le monde

Les animaux n’utilisent leur système de communication que pour décrire la réalité. Les hommes, eux, utilisent le langage pas seulement pour décrire la réalité, mais aussi pour inventer de nouvelles réalités, des réalités fictives, des normes, des valeurs, un Dieu et des droits de l’homme dans lesquels nous devrons croire et auxquels nous devons nous plier avant de pouvoir coopérer.

Je veux croire, concernant mon corps, mon cerveau que je suis bien supérieur à un chien, à un cochon ou à un chimpanzé, mais je dois avouer avec embarras que je suis [physiquement] semblable à un chimpanzé. Et si moi et un chimpanzé, on nous laissait seuls sur une île déserte, je parierais sans hésiter sur la survie du chimpanzé et non la mienne.
De même, je pense que si l’on prenait n’importe qui d’entre vous et qu’on le laissait avec le chimpanzé, le chimpanzé s’en sortirait mieux.

« La vraie différence entre les hommes et tous les animaux ne se trouve pas sur le plan individuel. Les hommes contrôlent la planète parce que ce sont les seuls animaux capables de communiquer et coopérer de façon flexible et en très grand nombre ».
[…] Nous pouvons coopérer de façon flexible avec un nombre infini d’étrangers parce que nous sommes seuls, parmi tous les animaux de la planète, à pouvoir créer et croire à la fiction, aux histoires fictives.

Tandis que le monde [humain] croit à la même histoire, aux mêmes normes et valeurs, tous les autres animaux n’utilisent leur système de communication que pour décrire la réalité.
Les hommes, eux, utilisent le langage pas seulement pour décrire la réalité, mais aussi pour inventer de nouvelles réalités, des réalités fictives, des normes, des valeurs, un Dieu et des droits de l’homme dans lesquels nous devrons croire et auxquels nous devons nous plier avant de pouvoir coopérer.

Les insectes sociaux, comme les abeilles ou les fourmis, sont capables de coopérer en grand nombre, mais ils ne le font pas de façon flexible. Une ruche ne peut en fait fonctionner que d’une seule façon. Si une nouvelle opportunité ou un nouveau danger se présente les abeilles ne peuvent pas bouleverser leur système social du jour au lendemain. […] D’autres animaux, comme les mammifères sociaux ne réagissent qu’en petits nombres. Dans la coopération entre les chimpanzés, « j’ai besoin de te connaître personnellement : je suis un chimpanzé et tu es un chimpanzé. […] Si je ne te connais pas, comment puis-je coopérer avec toi ? »

A un contre un, ou même à dix contre dix, l’avantage peut-être aux chimpanzés… Mais si on met 1000 hommes contre 1000 chimpanzés, les hommes l’emporteront facilement pour la simple raison qu’un millier de chimpanzés ne peuvent pas coopérer.

[À SUIVRE]

________________________________________

À PROPOS DE HOMO DEUS

« Comment le Djihad est arrivé en Europe » – Handschar – la Waffen-SS en Bosnie

11 septembre 2001 : effondrement des tours du World Trade Center… Les principaux suspects du 11 septembre auraient appris les rudiments du terrorisme dans les Balkans pendant les années 1990, avec le soutien des services secrets de l’OTAN.

Il y a 10 ans, en 2006, les éditions Xienia publiaient la version française de « Wie der Dschihad nach Europa kam » – Gotteskrieger und Geheimdienste auf dem Balkan (2005): « Comment le Djihad est arrivé en Europe » – les moudjahidin et les services de renseignement dans les Balkans, ouvrage de 282 pages, de Jürgend Elsässer, préfacé par Jean-Pierre Chevènement. Ce livre reste très actuel, avec la candidature de la Bosnie pour intégrer l’Europe.
[Ce qui suit, est un condensé du chapitre II du livre].

Retour sur la seconde guerre mondiale.

L’Allemagne nazie a envahi la Yougoslavie le 6 avril 1941 sans déclaration de guerre. Dès le 10 avril, Berlin et Rome ont reconnu le nouvel Etat croate indépendant, sous la coupe du mouvement catholique croate des Oustachis et du Poglavnik (Führer) Ante Pavelic. Le premier camp de concentration a vu le jour le 29 avril de la même année.

Une grande partie de la Bosnie a été annexée par le nouvel Etat croate.

Ante Pavelic
Ante Pavelic
Pour Ante Pavelic, les musulmans y étaient les Croates les plus ” authentiques “, puisqu’ils avaient maintenu leur population racialement pure après leur conversion à l’Islam 500 ans auparavant.
Pour le Reichsführer SS Heinrich Himmler, ils étaient à mettre au nombre des ” peuples les plus valables racialement parlant en Europe ” avec qui il partageait une ” communauté de vues sur le monde “. C’étaient en quelque sorte ” des Musul-germains “.
Le rapprochement s’est fait : le 10 août 1941, l’organisation yougoslave musulmane (JMO) s’inféoda au nouvel Etat croate, et reçut en récompense de nombreux postes de responsabilité.

Mais voici ce qui ressort d’un ” rapport sur les atrocités commises par les musulmans oustachis ” rédigé par un administrateur allemand le 17 août 1941. On y lit que les musulmans se conduisaient en bourreaux si sanguinaires que même les nazis se sentaient mal à l’aise, dans la mesure où de tels agissements poussaient la population des campagnes, traditionnellement apolitique ou même anticommuniste, dans les bras des partisans. En voici un extrait :

« Ce ne sont en aucune façon des Serbes qui combattent l’État croate, ni des francs-tireurs, ni des communistes qui sont raflés, mais des citoyens lambda. Les Oustachis ont organisé des provocations qui ont abouti au soulèvement de Krupa, dont les 6 000 habitants sont à 60 % serbes et à 40 % musulmans – avec quelques Croates. En manière de représailles pour ce soulèvement, les musulmans ont massacrés tous les Serbes âgés de plus de 14 ans […] Les musulmans génèrent plus de rancœur en Krajina bosniaque que n’en ont jamais suscité les Turcs, qui ont toujours et sans répit oppressé les Infidèles. »

C’est donc en toute logique que la majorité des musulmans bosniaques a soutenu les empires centraux, Allemagne, Autriche-Hongrie et Turquie, lors de la Première Guerre mondiale, tandis que les Serbes étaient du côté de l’Entente franco-russo-britannique.
Avec l’écrasement de la Yougoslavie par l’Allemagne nazie au début de la Seconde Guerre mondiale, les anciens maîtres de la Bosnie se sont vu offrir l’occasion de renverser le cours de l’histoire.

Le degré d’influence du fascisme et du nazisme
sur les musulmans est sujet à controverse.

C’est ainsi qu’un journal musulman de Sarajevo, Ljiljan, écrira rétrospectivement : ” Dès le début des exactions commises par la junte oustachi envers la population serbe, la communauté bosniaque a pris ses distances vis-à-vis de la politique sanglante et criminelle du NDH (l’État croate fasciste).

Une aide décisive vint d’Amin al Husseini, grand mufti de Jérusalem.


Handschar (Handžar en Bosnien) – la Waffen-SS en Bosnie
[Notre article paru en 2009]

Le grand mufti avait dû fuir Jérusalem, déclaré persona non grata par la puissance mandataire pour avoir dirigé le soulèvement antijuif et antibritannique de 1936-1939.

Pour la première fois, grâce à la création de la division SS musulmane Handžar (désignant un sabre recourbé), le lien entre Islam et national-socialisme se fonde sur une base solide et visible de tous. En 1942 s’ouvre l’Institut musulman central à Berlin, afin de coordonner le travail de propagande. Himmler s’est donné beaucoup de peine pour que la division soit dirigée selon le principe du Coran. Il avait refusé plusieurs fois ce traitement de faveur aux unités chrétiennes. Il rejetait le christianisme en raison de son caractère trop mou. Par contre, l’espoir du paradis de Mahomet était propice aux vocations de héros, et donc à promouvoir avec la dernière énergie devant les Bosniaques.

Lors de l’instruction de la division Handžar,
un raté aux lourdes conséquences se produisit.

La division est envoyée dans le sud de la France pour son baptême du feu, en été 1943. Dans le même temps, les partisans de Tito déclenchent une offensive majeure en Bosnie et des dizaines de milliers de musulmans prennent la fuite: les hommes de la division voulaient rentrer chez eux pour faire rendre gorge à ces communistes sans foi ni loi. Ce n’est que fin février 1944 que la division Handžar regagne les Balkans. Elle est engagée dans les grandes manœuvres de nettoyage connu sous le nom de ” Kugelblitz “, en Bosnie centrale et orientale. À cette époque la troupe n’a aucune miséricorde à l’égard des partisans de Tito et se signale par sa cruauté.

[Article à suivre: « le terrorisme d’une ampleur effroyable]

11 Novembre 1918 une victoire délibérément dénaturée par le traité de Versailles

 

Hitler - François Delpla
Non seulement le traité de Versailles (28 juin 1919) réduit drastiquement les dimensions, les moyens et le champ d’action de l’armée allemande mais, surtout, il déclare l’Allemagne responsable du déclenchement de la guerre – un axiome dont découle l’imposition de lourdes réparations1. Si le fond est humiliant, la forme est à l’avenant. Non seulement il s’agit d’un Diktat, imposé sous la menace d’une reprise des combats alors qu’entre-temps on a soigneusement détruit les armes allemandes, mais la conférence de la paix s’est ouverte le 18 janvier, jour anniversaire de la proclamation de l’Empire allemand dans la galerie des Glaces à Versailles, et le traité est signé dans cette même galerie, cinq ans jour pour jour après l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo : les vainqueurs ont l’air d’insinuer que le monde germanique aurait dû accepter passivement le meurtre du prince héritier d’Autriche (Ian Kershaw, Hitler, tome 1 : 1889-1936). Le traité de Versailles donne à Hitler l’exemple des cérémonials vengeurs et du jeu sur le symbolisme des dates. Ces coïncidences ont été mises en lumière par l’historien Joachim Fest.
[…] Rappelons quelques clauses du traité qui vont jouer un certain rôle : l’armée allemande est réduite à 100 000 hommes recrutés pour des engagements de longue durée, donc le service militaire est interdit ; elle ne doit pas s’approcher à moins de 50 kilomètres du Rhin, sur sa rive droite (clause dite de « démilitarisation de la Rhénanie ») ; l’Allemagne ne doit ni fabriquer ni posséder de chars ou d’avions de combat ; sa marine doit être adaptée à une simple mission de garde côtière ; des régions voisines de peuplement allemand sont séparées du Reich avec interdiction explicite de se réunir à lui : l’Autriche, les Sudètes, Dantzig et son « corridor » ; la Sarre est détachée pour au moins quinze ans, au titre des « réparations » ; un certain nombre de régions occidentales sont militairement occupées par les Alliés.

Extrait d’”Hitler” ouvrage de François Delpla – normalien, agrégé d’histoire – publié en 1999. Il s’agit d’une biographie loin des clichés. L’Histoire est livrée sans commentaire superflu. Libre à chacun de tirer ses conclusions.

L’Anneau, ce mémorial 14-18 que l’architecte perçoit comme “une ronde enfantine”

Ratgemini comments

Commentaire dans le Figaro du 11-11-2014, à propos du “grand cercle des combattants disparus” mémorial “transnational” de la Première guerre mondiale, dont l’architecte Philippe Prost se plait à dire que «la forme de l’anneau, comme une ronde enfantine, est un symbole d’unité».

Il ne reste aucun survivant de la Première guerre mondiale en capacité de contredire la version officielle (déclenchement, déroulement et armistice).
La France se voit donc invitée à ériger un mémorial surchargé de noms et de nationalités (pris au hasard évidemment), relativisant une fois de plus le rôle et l’honneur de la France. Progressivement, le peuple français devient simple spectateur de commémorations (14 juillet, 8 mai, 11 novembre) dont on l’exclut progressivement. Le citoyen français est juste bon à financer (taxes et impôts) l’outil de propagande.

Le scénario de la Seconde guerre mondiale s’inspire lui aussi du concept « d’anneau de Babel » (référence à la tour du même nom).
Cet anneau aurait d’ailleurs pu être arc-en-ciel.

Comme si cela ne suffisait pas, l’architecte Philippe Prost ajoute :
«la forme de l’anneau, comme une ronde enfantine, est un symbole d’unité».
Conséquence de ces manipulations, ces deux conflits ne sont pas traités objectivement dans l’enseignement. La grille de lecture qui nous est imposée occulte les véritables causes de ces conflits et manipule le traitement de l’information sur le conflit lui-même, en conformité avec la vision doctrinaire de nos classes dirigeantes. La France compte beaucoup (trop) d’historiens, mais nous n’y gagnons pas en objectivité : l’histoire est revisitée sans réaction audible de ces historiens.

Pourtant, il existe d’autres versions de ces deux derniers conflits mondiaux. L’actualité nous montre que l’Histoire falsifiée se nourrit de la manipulation des informations de l’époque.

Plutôt qu’un monument de propagande, il aurait été plus avisé d’inaugurer un centre de réflexion permettant la confrontation d’idées sur les véritables causes du déclenchement de ces guerres, sur leur déroulement, sur les conditions de l’Armistice de 1918 etc. pour apporter un nouvel éclairage, au risque de contrarier certaines certitudes et d’impliquer de nouveaux responsables restés dans l’ombre… Cela nous permettrait de nous faire une opinion par nous-mêmes.

Nous pourrons alors légitimement prétendre parer à de nouvelles guerres mondiales.

________________________________________

A view shows the new war memorial at Notre Dame de Lorette, an elliptical ring engraved with the names of the 580,000 men who died in northern France during the First World War, in Ablain-Saint-Nazaire

[Le Figaro du 11 novembre 2014 14-18 : Extraits de l’article “le grand cercle des combattants disparus”]

François Hollande inaugure ce mardi dans le Pas-de-Calais un mémorial où figurent 600.000 noms, toutes nationalités confondues.
Original par son financement – 8 millions d’euros, largement portés par la région Nord-Pas-de-Calais et les collectivités territoriales.
Une saignée dans la colline, profonde comme une tranchée, introduit le visiteur au cœur d’une longue ellipse de béton – 328 mètres – qui s’embrasse d’un seul regard.
Huit dépouilles, sept Français et un Allemand, ont encore été retrouvées pendant le chantier, entre janvier et août dernier.

Vu de l’extérieur, l «Anneau de la mémoire» est un ruban gris qui jouxte la nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette, la plus vaste de France (20.000 tombes et huit ossuaires), avec sa basilique et sa tour Lanterne, érigées dans les années 1920.
Sur chacune de ces stèles sont inscrits les noms d’environ 1200 soldats des deux camps tués durant la Grande Guerre dans le Nord-Pas-de-Calais, soit près de 600.000 combattants, 579.606 exactement.

Le mémorial international que François Hollande inaugurera ce mardi, dans le cadre des commémorations du 11 Novembre, est inédit à plus d’un titre.
Avec les soldats des empires coloniaux, plus d’une trentaine de nations sont représentées: Inde, Afrique du Sud, Australie, Nouvelle-Zélande, mais aussi Vietnam, Laos et les divers pays d’Afrique d’où venaient les «Sénégalais» de l’armée française…
Côté français, il a fallu consulter une par une les fiches de 1,4 million de «morts pour la France», pour répertorier ceux tombés sur les champs de bataille de la Flandre française et de l’Artois.

Histoire de France : les fadaises de François Reynaert

L’ECRIVAIN JOURNALISTE FRANÇOIS REYNAERT VIENT DE PUBLIER :
“NOS ANCETRES LES GAULOIS ET AUTRES FADAISES”

LCI : “êtes-vous pour Napoléon ou pour Nelson ?”
F.R. : “je dois dire que j’ai une faiblesse pour l’Histoire anglaise”.

LCI : “êtes-vous pour Charles Martel ou pour Abd el Rahman ?”
F.R. : “quand Charles Martel se bat contre Abd el Rahman, je me dis que j’aime bien Abd el Rahman aussi.”

________________________________________

Avec le concours de François Reynaert,
le Nouvel Obs’ se propose de “revisiter” l’Histoire de France.

L’idée est de se débarrasser de tous les clichés que l’on nous transmet.
En opposition à l’Histoire de France qu’essayent de nous vendre Sarkozy, Guaino, Max Gallo, ma France est ouverte à l’Europe”.

“Je me pose la question comment les manuels étrangers abordent l’Histoire.
Par exemple, Clovis : pour les Français c’est le premier roi français tandis que pour les Allemands c’est le premier roi allemand”.

L’Histoire est excluante vis-à-vis des minorités et de la diversité :
– les Femmes sont toutes rabaissées au rôle de méchantes incompétentes.
– les Musulmans : il y a une présence musulmane au VIIIe siècle… On pense toujours qu’ils ont été chassés par Charles Martel à la bataille de Poitiers. En fait les Musulmans ont reculé et se sont retirés sur leurs terres qui étaient les terres du Languedoc”.

Nos ancêtres les Gaulois, alors qu’ils sont arrivés très tard dans notre Histoire. Louis XIV, par exemple, ne pensait pas du tout qu’il avait des ancêtres gaulois . La seule chose qui compte pour le Roi, c’est la filiation : de qui le Roi descend-il ? Et les généalogistes de Louis XIV se sont arrangés pour que Louis XIV remonte à Clovis”.

________________________________________

FRANÇOIS REYNAERT ACCORDE UNE INTERVIEW A LCI

cliquez ici pour voir la vidéo.

Si Jeanne-d’Arc avait perdu, cela aurait peut-être servi la langue et la culture françaises.

“Dans l’inconscient des Français, Jeanne-d’Arc boute les Anglais hors de France.
Mais en réalité, elle ne représente pas tous les Français. Il y a de nombreux Français qui sont contre elle. Si Jeanne-d’Arc avait perdu, la France et l’Angleterre seraient unies et cela aurait peut-être servi la langue et la culture française. Le monde aujourd’hui ne serait peut-être pas anglo-saxon, mais francophone.”
[François Reynaert penserait-t-il que Jeanne d’Arc méritait de finir sur un bûcher ?]

Révolution française : la République n’est pas totalitaire, contrairement à l’Union soviétique

“La Révolution française a été éclipsée par le phénomène de la terreur.
La différence entre Lénine et Robespierre, c’est que Lénine va instaurer un État totalitaire qui va durer 70 ans et qui ne s’effondrera que par des phénomènes extérieurs, alors que Robespierre n’a régné que pendant un temps très court au nom de la Convention. C’est cette même Convention qui va le démettre [le guillotiner], jugeant qu’il allait trop loin”. François Reynaert en tire la conclusion que “la République n’est pas totalitaire, puisqu’elle peut se renverser de l’intérieur”.

________________________________________

ARCHIVES RATGEMINI

Les scientifiques ont beau se défendre d’avoir jamais voulu normaliser l’espèce humaine…

« Si, demain, toute notre civilisation se trouvait détruite, l’Homme aurait tout à recommencer, il repartirait du même point d’où il est parti voilà quelques cent ou deux cent mille ans. Toute son œuvre, tout son labeur, toute sa souffrance passés lui compteraient pour rien, ils ne lui conféreraient aucune avance… La civilisation de l’Homme ne réside pas dans l’Homme, elle est dans les bibliothèques, dans les laboratoires, dans les musées et dans les codes »
Jean Rostand : Hérédité et racisme (1939)

Manuels scolaires; On ne naît pas femme : on le devient – La «déconstruction» du genre

Rien d’autre qu’un peu d’essence de Guerlain… Les races n’existent pas

Handschar – la Waffen-SS en Bosnie

Hitler : “Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, le monde aurait changé de face. Puisque le monde était déjà condamné à l’influence judaïque (et son sous-produit le christianisme est une chose si insipide !), il aurait mieux valu que l’islam triomphe. Cette religion récompense l’héroïsme, promet au guerrier les joies du septième ciel… Animé d’un esprit semblable, les Germains auraient conquis le monde. Ils en ont été empêchés par le christianisme”

Le documentaire évoque la tentation nazie de certains Musulmans,
sur fonds de tensions au Proche Orient, entres Juifs et Arabes.

Les deux messages radiophoniques du Grand Mufti Amin al-Hussein, diffusés en 1942, fournissent quelques éléments de réponse sur cette alliance [lire en fin d’article].

Dans son documentaire intitulé «la croix gammée et le turban», Heinrich Billstein évoque la figure controversée de Amin al-Hussein, ancien Grand Mufti de Jérusalem, lequel collabora avec les Nazis tout en étant l’un des grands défenseurs de la cause panarabe. Heinrich Billstein s’inspire du livre de Martin Cüppers et Klaus-Michael Mallman publié en 2006 sous le titre « Halbmond und Hakenkreuz – Das Dritte Reich, die Araber und Palästin », ouvrage traduit tout récemment sous le titre « le croissant fertile et la croix gammée ».

Le documentaire apporte un éclairage sur les premières tensions au Proche Orient, entres Juifs et Arabes.
Le Grand Mufti en a tiré parti.

Dans le respect des droits d’auteur, nous nous sommes limités à quelques extraits relatifs à la 13 e division de montagne de la Waffen-SS Handschar (en bosnien, Handžar) , de sa fondation en 1943 en Bosnie avec pour mission d’anéantir la résistance des Partisans de Tito, jusqu’à sa défaite finale en 1945 à Berlin.

Accès à la version originale et intégrale “la tentation nazie du Grand Mufti”, sur le site d’Arte.

Le mélange Nazisme – Islam peut supprendre à première vue.
Pourtant, de son côté, Hitler est sans ambiguité, lorsqu’en 1942 il déclare :“Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, le monde aurait changé de face. Puisque le monde était déjà condamné à l’influence judaïque (et son sous-produit le christianisme est une chose si insipide !), il aurait mieux valu que l’islam triomphe. Cette religion récompense l’héroïsme, promet au guerrier les joies du septième ciel… Animé d’un esprit semblable, les Germains auraient conquis le monde. Ils en ont été empêchés par le christianisme” (Hätte bei Poitiers nicht Karl Martell gesiegt : Haben wir schon die jüdische Welt auf uns genommen – das Christentum ist so etwas Fades-, hätten wir viel eher noch den Mohammedanismus übernommen, diese Lehre der Belohnung des Heldentums: der Kämpfer allein hat den siebenten Himmel ! Die Germanen hätten die Welt damit erobert, nur durch das Christentum sind wir davon gehalten worden).

________________________________________

The Jewish Enemy (Nazi propaganda during world war II and the Holocaust) 2006 – Jeffrey Herf

Pour Hitler la « juiverie mondiale » était pour quelque chose dans la défaite de l’Allemagne dans la Première Guerre mondiale mais aussi dans la Révolution bolchevique, l’inflation de l’après-guerre en Allemagne et la crise économique de 1929.

Tout en invoquant la menace que faisaient planer les Juifs sur l’Allemagne nazie, Hitler se préparait à lancer la guerre pour le Lebensraum à l’est. Une telle action militaire offrirait à l’Allemagne des matières premières et des vivres qui la mettraient à l’abri d’un blocus anglo-américain et jetterait les bases de l’offensive suivante pour la domination du monde…

Les deux messages radiophoniques suivants ont été extraits de l’oeuvre traduite en français:
L’ennemi juif – Traduction française par Pierre-Emmanuel Dauzat – Calmann-Levy 2011

________________________________________

The Grand Mufti Amin Al-Husseini
The Grand Mufti Amin Al-Husseini

Le 11 novembre 1942, le grand mufti de Jérusalem, al-Hussein,
s’adressa « aux Arabes » sur le thème de la valeur du martyre.

Quand éclata la Seconde Guerre mondiale, les Arabes combattaient depuis vingt ans « les Anglais, et les Juifs qui se sont toujours cachés derrière eux ». Les peuples arabes avaient versé du « sang noble » pour la liberté et l’indépendance de la Palestine, de l’Égypte, de la Syrie, de l’Irak et de la péninsule arabe. « Le sang versé des martyrs est l’eau de la vie. Il a réveillé l’héroïsme arabe, comme l’eau réveille la terre sèche. La mort du martyr est l’arbre protecteur dans l’ombre duquel des plantes merveilleuses fleurissent à nouveau. »

L’objectif de la « politique anglo-juive »
était de diviser la Palestine et de dominer le reste des pays arabes.

« Nous les Arabes, [poursuivait al-Hussein] qui avons combattu les Anglais, nous devons clairement rejoindre les puissances de l’Axe et leurs alliés dans la lutte commune contre l’ennemi commun. Agir ainsi signifie pour nous poursuivre le combat que nous avons livré seuls depuis vingt ans. Aujourd’hui, les puissants ennemis de nos ennemis sont de notre côté. »

Mais si l’Angleterre et ses alliés, « qu’à Dieu ne plaise », devaient gagner la guerre, « Israël dominerait le monde entier, la patrie arabe essuierait un coup sacrilège, et les pays arabes seraient déchirés et transformés en colonies juives ». Si l’Angleterre et ses alliés étaient vaincus, c’en serait fini du « danger juif » pour les pays arabes. Des millions d’Arabes seraient libérés et des millions d’autres musulmans sauvés. La défaite de l’Union soviétique libérerait aussi des millions d’autres musulmans qui souffrent sous le régime soviétique. « Soumise à la volonté juive », l’Amérique n’avait rien à offrir aux Arabes. Pour al-Husseini, des considérations tactiques à court terme face aux ennemis communs et des affinités idéologiques de fond invitaient les Arabes à soutenir les nazis. [Amin al Husseini Nr 42 Rundfunkrede an die Araber]

Deux semaines plus tard, le 26 novembre 1942, depuis Berlin, al- Husseini prononça
sur les ondes de la radio allemande un nouveau discours en arabe à destination de l’Afrique du Nord.

La force de l’influence juive en Amérique
est devenue flagrante dans cette guerre.

Juifs et capitalistes ont poussé les États-Unis à élargir ce conflit, afin d’étendre leur influence à de nouvelles régions riches. Les Nord-Africains savent fort bien le malheur qu’ils doivent aux Juifs. Ils savent que les Juifs sont les combattants d’avant-garde de l’impérialisme qui maltraite depuis si longtemps l’Afrique du Nord. Ils [les Nord-Africains] savent aussi combien les Juifs ont servi les impérialistes en qualité d’espions et d’agents et comment ils cherchent les ressources énergé-tiques des territoires nord-africains pour étendre leur richesse. […]

L’intervention américaine en Afrique du Nord renforce le pouvoir des Juifs, accroît leur influence et double leurs méfaits. L’Amérique est le plus grand agent des Juifs et les juifs sont les maîtres de l’Amérique. [Amin al Husseini Nr 45a Rundfunkrede an die Nordafrikaner]