Ça se dispute : Askolovitch malmène un Zemmour trop approximatif sur l’Europe

Ça se dispute du 02-05-2014: Claude Askolovitch démonte le discours anti-Bruxelles d’Eric Zemmour
dont les thèses se retrouvent dans les discours de Marine Le Pen.

Zemmour rappelle que le plan de 51 milliards d’économies était déjà prévu chez Jean-Marc Ayrault. Il ne s’agit pas donc pas d’un plan Valls. Zemmour parle d’un plan « bruxellois »

Askolovitch lui rétorque que ce plan n’est pas écrit à Bruxelles. Il n’est pas écrit par des technocrates bruxellois. Ce plan s’inscrit dans une norme, il s’inscrit dans les engagements de la France, il est écrit par des gens du Trésor, les politiques français. Il ne s’agit donc en aucun cas d’un plan bruxellois. Ce sont les déficits français qui imposent un plan d’économies

Pour Zemmour, il y a un problème de déficit parce qu’il y a un problème de compétitivité. Il y a un problème de compétitivité parce qu’on nous impose des « elle normes bruxelloises », entre l’euro et la politique de la concurrence.

Askolovitch lui demande ce que c’est qu’une « norme bruxelloise ». Les normes ne sont pas inventées par des technocrates bruxellois. Ce sont des accords entre états, entre gouvernements (gouvernement français, gouvernement allemand).

Quant à la compétitivité, c’est également un problème de l’industrie française. Cela vient de nous. Askolovitch pose la question : est-ce que, à un moment donné, ce pays, le nôtre, a une part de responsabilité dans ce qui lui arrive, indépendamment de la méchanceté environnante ?

Brillante démonstration des limites de la pensée des antieuropéens.
Moment salutaire de pédagogie, à la veille des Européennes


________________________________________

i>Tele Ça se dispute 02-05-2014
Scission au PS? Les 41 frondeurs peuvent-ils bloquer Valls?
Claude Askolovitch évoque l’assiette au beurre qui nourrit les notables du PS. La social-démocratie française ne vit que de son pouvoir local.

i>Tele Ça se dispute 02-05-2014
Alstom – l’Etat peut-il tout?
Claude Askolovitch note l’agitation de Martin Bouygues pour la reprise de SFR et son silence dans l’Affaire Alstom (Bouygues est actionnaire à 39%)

________________________________________

TEMPERONS NOTRE ENTHOUSIASME

Claude Askolovitch semble plus rigoureux en matière de politique que dans le traitement de questions sociétales (mariage gay, islamophobie). Voir les 2 vidéos ci-dessous pour s’en convaincre:

Eric Zemmour et Claude Askolovitch débattent sur la Manif Pour Tous

Caroline Fourest et Claude Askolovitch débattent de l’islamophobie

Abattoirs bretons : les médias s’en prennent aux intérimaires roumains et polonais

France 3 Bretagne – “Des intérimaires roumains employés par Gad à Josselin (56)”
Reportage publié le 23/10/2013 | mis à jour le 28/10/2013

Les médias français semblent très frileux en matière de libre circulation intra-communautaire.

“Pendant que près de 900 salariés de Gad redoutent de perdre leur emplois à Lampaul-Guimiliau, Saint-Martin-des-Champs ou Saint-Nazaire, l’entreprise embauche des intérimaires roumains à Josselin, dans le Morbihan. Une tendance à l’emploi de main d’œuvre étrangère, de plus en plus forte en France.”

Pourtant, ces “travailleurs détachés” constituent une main d’œuvre qualifiée
qui ne coûte rien à la collectivité française, contrairement à l’immigration.

Les agences roumaines d’interim financent le transport et les logements des travailleurs roumains. La différence se fait sur les charges sociales. Selon un représentant d’une agence d’intérim roumaine joint au téléphone : “Pour un euro de salaire versé, avec les charges patronales cela correspond à 1,8 euros en Roumanie, 2,1 en France”.

________________________________________

Désaccord européen sur le statut des “travailleurs détachés” [Le Monde 15-10-2013]

“La mobilité des travailleurs est génératrice de fraude, elle est autorisée mais donne lieu à un nombre considérable d’abus”, a rappelé mardi Michel Sapin, le ministre français du travail, jugeant la situation “extrêmement dommageable pour les salariés” qui ne bénéficient pas des conditions de travail auxquelles ils ont droit, que ce soit le salaire ou les horaires. Les Pays-Bas, le Luxembourg, la Belgique et l’Allemagne sont sur la même ligne et veulent renforcer la responsabilité des entreprises co-contractantes ainsi que des sous-traitants.

Mais certains Etats membres des anciens pays de l’Est craignent qu’un renforcement des moyens de contrôle n’aille à l’encontre de la libre circulation des travailleurs. Le Royaume-Uni, de son côté, n’est pas favorable à un surcroît de réglementation. Le dossier sera évoqué lors de la prochaine réunion des ministres européens du travail en décembre, qui sera “une réunion de la dernière chance”, selon le ministre français.

________________________________________

Paradoxalement, ces mêmes Bretons semblent s’être accommodés de l’immigration africaine.

Abattoirs bretons : des Maliens musulmans à la chaîne porcine
France-24 2009 – battage médiatique autour d’un modèle «d’immigration réussie »

Agni Parthene – chef d’oeuvre du monastère de St. Nectarios of Aegina en Grèce

Agni Parthene
Agni Parthene (grec moderne Αγνή Παρθένε,« O Vierge Pure » ) est un hymne non liturgique composé en grec par saint Nectaire d’Egine (St. Nectarios of Aegina) au XIXe siècle.

La présente playlist, propose cinq parmi les meilleures interprétations

Greek – Divna Ljubojevic (Serbia)
Old Church Slavonic – Valaam Brethren Choir (Russia)
Greek – Simonopetra Monastery (Greece)
English – Boston Byzantine Choir (United States)
Arabic – St. Nectarios of Aegina (Greece)

L’approche de Noël nous invite à honorer l’apport culturel de la religion chrétienne en Europe
et le rayonnement de la Grèce perpétué grâce à la ferveur de ses monastères orthodoxes.

Au sein de l’Union européenne, certains cercles (lobbys) exogènes
s’activent à saboter cet héritage à coup de “multiculturalisme”.

A propos d’Agni Parthene: selon la tradition, la Vierge Marie apparut à Saint Nectaire dans le monastère de St. Nectarios of Aegina en Grèce et lui demanda de prendre note, sur un papier, d’une hymne particulière, que les anges pouvaient lui chanter : il s’agissait d’ “Agni Parthene”. Le papier original peut encore être vu, sur une table dans la chambre de son monastère. La mélodie originale de cette hymne fut composée par un hymnographe athonite qui eut une vision de la Vierge lui demandant de composer cette œuvre.

L’enregistrement des moines du Monastère de Simonopetra
contribua à la popularité de l’œuvre.

BALTOPS 2012 – débarquement de troupes de l’OTAN sur les plages lituaniennes

BALTOPS 2012, qui s’est tenue du 1er au 16 juin, a été organisée et conduite par les forces Navales Américaines sous commandement européen (US Naval Forces Europe), écrit Globaldefense.net. Elle a été menée dans les eaux territoriales de l’Allemagne, la Pologne, la Lituanie et l’Estonie, mobilisant 27 navires de guerre, 30 avions et des forces terrestres.

BALTOPS 2012 est un prélude aux manoeuvres de l’OTAN baptisées
“Jazz Steadfast 2013”, qui doivent se dérouler dans les États baltes et la Pologne et préparer les troupes de l’OTAN à intervenir dans n’importe quel territoire de l’Alliance.

Le 11 juin pour la première fois dans l’histoire de la Lituanie les forces alliées ont mené une opération de débarquement sur les plages lituaniennes, dans le cadre des manoeuvres multinationales BALTOPS 2012. Sept membres de l’OTAN ont participé aux exercices : la Lituanie, l’Estonie, les U.S.A., la Lettonie, la Pologne, les Pays-Bas et l’Allemagne.

Les opérations de débarquement

La présidente lituanienne a assisté en personne à l’exercice militaire multinational, dans le district de Klaipeda, rapporte ELTA. L’exercice vise, avec les manœuvres de débarquement, à préparer les forces à se défendre et vaincre les menaces étrangères, à renforcer la coopération en cas de crise dans la région, et à assurer la sécurité de la région de la Baltique. Selon un scénario fictif le Conseil des Nations Unies a donné son mandat pour une opération d’embargo sur les armes, le blocage d’actes de piraterie, l’assistance dans la lutte contre le terrorisme etc.
Des exercices de coordination ont accompagné les opérations de débarquement.

Pour ses organisateurs, BALTOPS 2012 s’inscrit pleinement dans les engagements pris les Etats, lors des Sommets de l’OTAN à Lisbonne et à Chicago pour assurer la défense avec un entraînement régulier, des exercices et des plans de défense.

________________________________________

BALTOPS 2012, held from June 1-16, was organized and led by the United States Naval forces in the European Command (U.S. Naval Forces Europe), writes globaldefense.net. It was conducted in the territorial waters of Germany, Poland, Lithuania, and Estonia, involving a total of 27 warships, 30 aircraft and ground forces.

On June 11 for the first time in the history of Lithuania the allied forces conducted a naval landing operation on the Lithuanian seacoast as part of the multinational exercise BALTOPS 2012.
The operation included air and naval assets and military personnel from seven NATO members – Lithuania, Estonia, U.S.A., Latvia, Poland, the Netherlands and Germany.

BALTOPS 2012 appears as a preamble to the NATO’s next event, Jazz Steadfast 2013, to be held in the Baltic States and Poland, and to contribute to the ability of NATO troops to act in any territory of the Alliance.

The sea landing operations

Lithuanian President was on hand to observe the multinational exercise in the district of Klaipeda, reports ELTA. The exercise aims, through the sea landing maneuvers, to prepare forces to defend themselves and defeat the foreign threats, to strengthen cooperation if a critical situation in the region occurs, and ensure the security of the Baltic region. According to a fictional scenario the Council of the United Nations mandates an operation aimed at an embargo on arms movement, blockade of piracy, assistance in counter-terrorism actions etc..

Coordination exercises accompanied the landing operations.

According to its organizers, BALTOPS 2012 is a concrete proof that the states are sticking to the provisions that came into force during the NATO Summit in Lisbon and Chicago in defense with regular training, exercises and defense planning.

Accès à l’emploi dans l’Espace Economique Européen: certains Européens en sont exclus

[wpvideo udozRmhM]

Travailler dans l’Union Européenne: mode d’emploi | euronews, U talk.

La Commission va publier un document recensant ses propositions pour relancer l’emploi. Baisse des charges salariales, libre circulation de la main-d’œuvre ou smic différencié par pays sont au menu
[Lire article du Figaro du 16-04-2012]

A priori, rien de choquant à des mesures qui obligent chacun des membres à recruter en priorité les ressortissants d’autres pays membres (qui sont européens eux-mêmes).
C’est précisément le sens de la création de cette Union européenne.

Malheureusement, la France s’ingénie à saboter l’Europe.
Dans un climat de connivence, la gauche et la droite attribuent plus de droit à l’embauche à un Africain (au sens continental du terme), devenu automatiquement « citoyen européen » par le subterfuge du « droit du sol », qu’à un Roumain ou un Bulgare, Européens de plein droit.

Car les ressortissants de la Roumanie et de la Bulgarie sont soumis à d’humiliantes mesures restrictives jusqu‘à la fin 2013. Neuf pays, dont la France “pays des droits de l’homme” s’opposent à la fin de ces restrictions.

________________________________________

TRAVAILLER DANS L’UNION EUROPEENNE: MODE D’EMPLOI | EURONEWS, U TALK

Question d’un jeune Polonais:
“J’aimerais aller à Londres travailler. Ai-je besoin d’un permis de travail pour travailler au Royaume-Uni? Qui peut m’aider à trouver un travail à Londres?”

Réponse d’Europe Direct:
“Tout citoyen de l’Union Européenne peut travailler librement dans tous les pays de l’Union Européenne et dans les pays de l’Espace Economique Européen: Islande, Lichtenstein, Norvège et Suisse.

En tant que citoyen européen, pas besoin d’un permis de travail pour travailler dans un autre pays de l’Union Européenne. Mesures restrictives temporaires jusqu‘à la fin 2013 pour les travailleurs bulgares et roumains.

Si vous n’avez pas encore de travail, vous avez un certain nombre de droits.
1- vous pouvez recevoir la même assistance que les citoyens britanniques de la part de l’agence pour l’emploi.
2- vous pouvez rester assez longtemps au Royaume-Uni pour chercher un travail, postuler à un emploi et être recruté
3-vous pouvez chercher un emploi dans un autre pays membre de l’Union Européenne.

Si vous avez besoin d’aide pour trouver un travail à l‘étranger, EURES est un portail de l’UE dédié à la mobilité professionnelle, c’est aussi un réseau de conseillers pouvant vous aider à résoudre des formalités à l‘étranger.

Les pays de l’Union Européenne réservent encore certaines professions à leurs ressortissants, mais seulement si ces postes sont liés à la sauvegarde des intérêts généraux et à l’exercice de l’autorité publique. Typiquement, les postes concernés sont dans la police, les forces armées, la diplomatie, la justice et les services des impôts.

Mais si ces postes n’impliquent pas l’exercice de l’autorité publique,
ils ne peuvent pas être reservés aux nationaux.” Copyright © 2012 euronews

________________________________________

LES ETUDIANTS AFRICAINS BENEFICIENT DE DROITS SPECIFIQUES

Depuis 2007, l’Union européenne a fourni plus de 50 millions d’euros pour aider les étudiants africains étudier dans l’UE (subventions du Programme Erasmus Mondus) et 40 millions d’euros pour aider les étudiants africains étudier dans d’autres pays africains. Enfin, l’UE aide les chercheurs africains par le programme Marie Curie Actions. Enfin, mise en place d’un nouveau Programme : Erasmus Pour Tous dont les étudiants africains pourront bénéficier.

S’ensuit un simulâcre de polémique en France sur le retour des étudiants étrangers dans leur pays d’origine. Une bonne partie de la classe politique française (gauche droite) s’y oppose.
La droite s’arrange pour ménager les étudiants africains.

[Lire précédent article
Afrique : une aide au développement critiquable sous tous les aspects
].

En délocalisant au Maroc, Renault s’affranchit des mesures anti-dumping

http://youtu.be/uZ21T9JHIWM

L’inauguration à Tanger (Maroc) de l’usine Renault – 6 000 emploi à terme
(Renault dont l’Etat est actionnaire à 15% ) vient à point nommé pour démontrer les limites des taxes anti-dumping prônées à droite comme à gauche. Ces taxes sélectives pénalisent avant tout la Chine et certains autres pays émergents.

Interrogé le 12 février à Europe 1, Eric Besson, Ministre de l’industrie a rappelé que le choix de Renault de se porter acquéreur de Dacia datait de la présidence de Louis Schweitzer, sous un gouvernement socialiste. “Pas la peine d’imputer à (l’actuel PDG) Carlos Ghosn et au gouvernement actuel des décisions qui remontent au temps du gouvernement de Lionel Jospin”, a-t-il dit.

L’Usine Nouvelle [fév-2012] : “Non, RENAULT ne délocalise pas au Maroc”

“Les DACIA n’ont jamais été produites en France”.
“Au pire peut-on parler d’une délocalisation de la Roumanie vers le Maroc… La question est plutôt de savoir pourquoi le groupe n’a pas souhaité augmenter les capacités de production de Pitesti, le site historique de Dacia. Les raisons sont limpides : le salaire moyen au Maroc est deux fois moins élevé qu’en Roumanie, et le gouvernement marocain a accordé au constructeur d’importantes aides fiscales, parmi lesquelles une aide à l’installation à hauteur de 10 % du coût de l’usine et une exonération d’impôts pendant cinq ans”.

“Quant à se demander si Renault n’aurait pas dû « relocaliser » Dacia en France, c’est un non-sens économique. La marque roumaine est positionnée sur le low cost et aucun constructeur ne peut produire du low cost en France”.

“La France n’est pas le marché-cible de DACIA” (sic)

________________________________________

Violations des Droits de l’Homme au Maroc :

Amina Al Filali,16 ans, a été obligée par la loi à épouser celui qui l’avait violée
La loi marocaine considère la mineure violée comme une criminelle
bien qu’elle soit victime de la violence
. La jeune fille s’est suicidée.
[Lire l’article du Figaro du 15-03-2012]

Un jeune Marocain condamné à 1 an de prison ferme pour avoir publié une caricature de Mohamed VI – Aucune réaction officielle de la commauté internationale

________________________________________

Les délocalisations au Maghreb permettent de contourner légalement les taxes antidumping.

La taxation des importations, supposée sanctionner le dumping social
et enrayer les délocalisations, ne concerne pas le Maghreb.
L’Union européenne se félicite même du dialogue avec
l’Union du Maghreb arabe (UMA) et encourage cette dernière
à poursuivre les efforts d’intégration sous-régionale.

Immigration: aucun engagement n’est exigé en contrepartie des avantages consentis.

A l’usine de Tanger, l’ouvrier marocain sera payé 250 euros par mois.
Pour les demandeurs d’emploi marocains, le choix est clair : rester à travailler pour 250 euros mensuels ou tenter de décrocher le SMIC en France. Beaucoup d’entre eux sont évidemment tentés par l’aventure. La délocalisation désorganise notre marché de l’emploi: pertes d’emplois en France et afflux de demandeurs d’emploi marocains, dont on se garde bien d’imputer le coût social à d’aide publique au développement (APD) dédiée au Maroc… peut-être en compensation du cadeau fiscal (l’usine de Tanger est en zone franche, ce qui dispense Renault de payer l’impôt sur les sociétés pendant 5 ans)

________________________________________

Le 13 octobre 2008, le Maroc s’est vu reconnaître
le statut avancé dans sa coopération avec l’Union européenne.

[Déclaration de l’Union européenne sur le statut avancé d’association UE-Maroc]

Dans une allocution à l’ambassade de France au Maroc, Anne-Marie Idrac avait déclaré :
«La France se réjouit profondément que ce statut ait vu le jour sous sa présidence de l’Union européenne. Si nous avons porté ce dossier durant notre présidence, c’est parce qu’il y avait là un souhait conjoint des deux pays.
[…] »

Anne-Marie Idrac poursuit:« En quoi consiste le statut avancé ?
[…] C’est, d’abord, la réponse de l’Union européenne à un voeu exprimé par le Roi Mohammed VI au début de son règne en l’an 2000 : aller au-delà de l’accord d’Association signé en 1996 et, pour cela, instaurer une relation qui soit plus que l’association et moins que l’adhésion […] »

« En matière industrielle, l’ouverture réciproque est quasi-totale :
les produits marocains entrent sans quotas ni droits de douane dans le marché européen et le Maroc assure la réciproque à l’Union européenne. Cette ouverture mutuelle a fait ses preuves. Quand je visite des entreprises au Maroc, quand je vois les créations d’emplois de qualité dans l’industrie (110 000), je me dis que votre pays a bien fait de choisir la voie de l’audace et celle du rapprochement avec l’Union européenne. »

« Le Maroc s’est imposé comme le premier bénéficiaire des fonds européens.
L’acquis est également considérable en matière de coopération. L’Union européenne mène une politique d’aide et de coopération qui s’est longtemps appelée le programme MEDA et s’appelle aujourd’hui la Politique européenne de voisinage. Dans cette coopération, le Maroc s’est hissé au premier rang. »

[Lire l’intégralité de l’allocution d’Anne-Marie Idrac]

________________________________________

La Cour des Comptes dénonce les dérives de l’aide au développement

Une tutelle brouillonne
Le contrôle de l’Agence Française de développement est aussi sévèrement critiqué, avec pas moins de trois ministères de tutelle (Affaires Etrangères, Finances et Outre mer). “La tutelle manque de cohérence, oscillant depuis plusieurs années entre distance excessive et ingérence”, souligne le rapport.

Autre lacune, la France a du mal à hiérarchiser les priorités géographiques de son aide. “Une accumulation de priorités géographiques s’oppose à la recherche initiale de concentration géographique”, écrit la Cour. Ainsi, les “pays les moins avancés” (PMA), jugés prioritaires, ont vu leur part dans l’aide bilatérale passer de 38% en 1990 à 16% en 2009. Dans les vingt premiers bénéficiaires, figurent seulement cinq des 14 pays “prioritaires” (Sénégal, Mali, Burkina Faso, Madagascar, et Guinée), aux côtés de pays émergents (Indonésie, Turquie) et de pays (Chine, Maroc, Tunisie), où les frais d’écolage (dans les lycées français), comptabilisés dans l’APD, sont très importants.

Gaspillage dans les projets locaux
La Cour des Comptes dénonce les dérives des réseaux locaux, qui mettent en œuvre l’aide. Exemple édifiant, au Maroc, notre aide bilatérale relève à la fois du SCAC, le Service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade (44 personnes), du service économique régional (14 personnes), de l’AFD (18 personnes) mais aussi des “effectifs affectés à la coopération culturelle, financière (ministère des finances), policière (SCTIP), judiciaire (magistrat de liaison), sociale (conseiller social) et militaire (attaché de défense)”.

[Lire article de Challenges du 30-11-2011].

________________________________________

Sarkozy lance les travaux du TGV marocain | un succès ambigu pour nos exportations

Liste des bénéficiaires de l’APD établie par le CAD

Attentats en Norvège : un premier coup de semonce contre le multiculturalisme

Multiculturalisme :

Tout va-t-il si bien en Norvège ?
En fin de compte, cette tragédie ne serait l’oeuvre que d’un marginal…
et une chanson d’enfants (My rainbow race) suffirait à masquer la vérité ?
Chanson de Pete Seeger reprise par Lillebjørn Nilsen

________________________________________

VIDÉO – Unr bande-annonce d’un film sur le massacre d’Utoya en Norvège circule sur le Net depuis fin septembre. La classe politique et les familles des 69 victimes exigent son retrait mais le producteur américain refuse.

________________________________________

La culture et la civilisation européennes sont en pleine régression.
La tuerie d’Anders Breivik s’apparente à un véritable acte de résistance contre le multiculturalisme

Anders Breivik
Anders Breivik

Download : Anders Behring Breivik – Manifesto

Pour certains, l’avènement d’une nouvelle ère de civilisation
est un phénomène irréversible et naturel.

D’autres s’en inquiètent et s’opposent désespérément
à la construction de minarets et au port du hijab.

Enfin, il y a ceux qui, à l’instar d’Anders Breivik, ne voient aucune issue, hormis une riposte sanglante contre les ultra-libéraux
qui piétinent les valeurs chrétiennes.

Multiculturalisme et politique d’immigration d’une Europe à l’agonie:
Anders Breivik “appuie où cela fait mal”.

La conscience et le mode de vie des Européens ont été impitoyablement malmenés,
au cours de la dernière décennie.

Ainsi, lorsque l’Europe a été envahie par des vagues d’immigrés aux traditions culturelles différentes, s’appropriant des biens qu’ils n’ont pas créés eux-mêmes, et qui souvent ne souhaitent pas se soumettre aux lois et règles locales, cela a provoqué une colère refoulée, chez de nombreux Norvégiens «de souche».

“La pression a monté, au point de faire sauter le couvercle et laisser surgir un Breivik».
Le terroriste n’a laissé que peu de choix aux Européens : refuser de traiter les racines du mal et se retrouver confrontés à de “nouveaux Breivik,” ou opter pour un remède progressif et en finir avec les illusions de la politique d’immigration et du politiquement correct.

Oui, le crime de Breivik est monstrueux et inhumain.
Mais cela ne signifie pas pour autant que le problème soit inexistant.
.
C’est en tout cas l’avis du Directeur de l’Institut des pays de la CEI, Konstantin Zatouline dans son interview à la Komsomolskaïa Pravda [28-07-2011].

Novembre 2012
Norvège : Breivik se plaint de conditions de détention “contraires aux droits de l’Homme”

________________________________________

On a pensé recourir à l’immigration pour augmenter le capital génétique des Norvégiens

Konstantin Zatouline poursuit:

“Dans la paisible et sportive Norvège des années 60, les autorités ont supprimé les barrières à l’immigration pour les citoyens du Moyen-Orient pour, au sens propre du terme, régénérer le sang du peuple norvégien.
La population vivait alors très repliée sur elle-même, et les mariages croisés contribuaient au développement de maladies héréditaires.
C’est alors que de prétendus scientifiques ont décidé d’améliorer le capital génétique des Norvégiens par le biais de l’immigration en encourageant les garçons du sud “au sang-chaud” à épouser les jeunes norvégiennes, jugées plus apathiques.
Mais les garçons du Sud ont amené toutes leurs familles avec eux.
C’est ainsi que dans le centre d’Oslo, on a vu apparaître tout un quartier pakistanais”.

A notre avis [NdlR], ce dernier point appelle toutes les réserves :
le croisement des populations fait référence
à des manipulations courantes dans l’élevage de bovins, d’ovins etc.
Est-il bien certain que nos populations européennes
aspirent à être manipulées comme du bétail ou des espèces végétales ?

________________________________________

LA TUERIE D’ANDERS BREIVIK S’APPARENTE A UNE VERITABLE DECLARATION DE GUERRE

http://youtu.be/WgHZbd97R7c

Un jour, la Norvège devra rendre des comptes sur sa politique suicidaire

Cet hommage appuyé du Premier Ministre norvégien à la grande mosquée d’Oslo
confirme, si besoin était, l’analyse développée précédemment.

La décence eût été que le Premier Ministre assume sa part de responsabilité
et présente les excuses de son gouvernement au peuple norvégien,
pour l’avoir sacrifié aux intérêts de la mondialisation, au prix de dommages collatéraux.

________________________________________

ARCHIVES RATGEMINI

Hitler en 1942, à propos de la Victoire de Charles Martel à Poitiers: “il aurait mieux valu que l’islam triomphe”.

Allemagne : une politique d’immigration suicidaire

Pays-Bas: Geert Wilders, poursuivi pour s’être exprimé contre l’islam

Le Danemark contre Schengen, a remis en place des contrôles à ses frontières.

Protection des droits des homosexuels : un préalable pour l’admission à l’U.E.

Première Gay pride pour Prague
“Elle était l’une des dernières grandes capitales à ne pas avoir eu sa Gay Pride” [Euronews].

Selon un scénario bien rôdé [cf. la gay pride de Budapest],
les ambassades de 13 pays ont apporté leur soutien à cette manifestation

Les ambassades d’Allemagne, d’Autriche, de Belgique, du Canada, du Danemark, d’Espagne, d’Estonie, des Etats Unis, de Norvège, des Pays Bas, du Royaume Uni, de Suède et de Suisse, ont publié une déclaration commune dans laquelle elles expriment leur «soutien» et leur «solidarité avec les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres” de la République Tchèque.

________________________________________

[dailymotion id=xk1hx5]

U-Talk Europe – La protection des droits des Lesbiennes Gays Bisexuels et Trans
est l’un des préalables à l’accession de la Serbie à l’Union européenne

“U-Talk est une émission interactive hebdomadaire qui vous donne la possibilité de poser toutes les questions qui vous tiennent à cœur ou vous viennent à l’esprit sur l’Europe, son fonctionnement, ses défis, ses polémiques… Pour vous répondre, nous présenterons un sujet ou nous ferons appel à un expert ad hoc… Si vous le souhaitez, vous aussi, poser une question, rendez-vous sur euronews.net/u-talk ”

Question de Marko originaire de Serbie :

“La protection des droits des gays et lesbiennes devrait-elle être une condition
pour l’accession de la Serbie à l’Union Européenne ?”

Réponse de Juris Lavrikovs, responsable de la communication à l’ILGA
(International Lesbian and Gay Association) Europe
(Juris Lavrikovs est originaire de Lettonie :

“[…] pour faire court, ma réponse à Marko est oui… La protection des droits des Lesbiennes Gays Bisexuels et Trans dans l’Union européenne est assurément l’une des exigences” [de l’Union Européenne].

“Mais pour apporter une réponse plus détaillée, je dirais que, fondamentalement, l’Union européenne dispose d’un ensemble de critères pour tous les pays qui veulent adhérer à l’Union européenne, à savoir les “critères de Copenhague”, et l’un d’entre eux est la stabilité des institutions garantissant la démocratie, la primauté du droit, des droits de l’homme, du respect et de la protection des minorités”.

“Les Lesbiennes Gays Bisexuels et Trans ne sont pas directement mentionnés comme tels
dans les critères” [de Copenhague],

mais Juris Lavrikovs estime que, dans la mesure ou le respect des droits de l’homme et des minorités y est mentionné, cela vaut pour les homosexuels, les handicapés, les personnes d’origines religieuses ou ethniques différentes, etc.”

L’Union européenne scrute chaque pays candidat à l’adhésion
et dresse chaque année un rapport d‘évaluation appelé “Progress reports”.

L’ILGA Europe, en collaboration avec ses membres en Serbie, a travaillé très dur pour s’assurer que les droits des homosexuels soient reconnus et mentionnés dans ces états des lieux. Et par exemple, le dernier rapport de 2011 sur la Serbie mentionne notamment que des progrès ont été réalisés en ce qui concerne la liberté de réunion.
Le Gouvernement serbe a notamment pris l’engagement et donné l’assurance que la première marche des gays et lesbiennes se tienne sous protection policière renforcée. La Commission européenne a aussi salué la Serbie pour l’introduction d’une très bonne loi anti-discrimination.

Cependant, dans ce même rapport l’Ilga précise que la législation à elle seule ne suffit pas,
et s’est dite “préoccupée” par l’attitude très négative du public [serbe].

“La Commission invite donc le gouvernement serbe à s’assurer de la mise en oeuvre de programmes éducatifs et de mécanismes pour les victimes de discrimination, pour que celles-ci puissent réellement bénéficier de l’actuelle loi anti-discrimination.”

________________________________________

ARCHIVES RATGEMINI

Manuels scolaires : on ne naît pas homme ou femme, on le devient

Lettonie : les russophones, exclus de la citoyenneté lettone

Lettonie : lutte contre la corruption et l’oligarchie – mise en garde d’agences de notation

Mise en garde de l’agence internationale de notation Standard & Poor,
quant à l’impact d’un remaniement gouvernemental sur la notation du pays

La Lettonie veut en finir avec la corruption et le pouvoir des oligarques.
A l’initiative de l’ancien président letton, Valdis Zatlers, un référendum a été organisé ce 23 juillet 2011: “pour ou contre la dissolution de votre parlement”

Résultats: une majorité de lettons s’est prononcée en faveur de législatives anticipées en septembre (à noter que c’est le Parlement qui élit le Président)
Les résultats officiels seront annoncés le 26 Juillet.

Selon l’agence internationale de notation Standard & Poor, le référendum sur la question de dissoudre le parlement du pays n’a pas d’impact immédiat sur la notation souveraine de la Lettonie, mais si le nouveau gouvernement devait s’éloigner de la consolidation budgétaire, cela pourrait présenter un risque pour la notation du pays [Dow Jones Newswires reports].

Le 20 décembre, le Parlement avait donné son approbation finale au budget 2011, lequel inclut un programme d’austérité d’une extrême rigueur, mais semble en retrait sur les réformes structurelles réclamées par les bailleurs de fonds internationaux. La Lettonie veut réduire son déficit budgétaire à 3 pour cent du produit intérieur brut d’ici 2012 et adhérer à l’euro en 2014.

Le 14 avril, La Lettonie et le FMI ont convenu des objectifs économiques dans le cadre du plan de sauvetage, permettant au pays d’intégrer la zone euro en 2014. [ReutersTimeline – Latvia heads for new elections]

________________________________________

Exclus de la citoyenneté lettone, les russophones ne sont pas conviés aux élections.

La population de la Lettonie est de 2,3 millions d’habitants.
Le droit de vote est accordé à 1,6 millions d’électeurs.

Selon ITAR TASS,
les 345 000 russophones, privés du passeport letton, ne sont pas invités à prendre part au référendum.

Depuis l’effondrement de l’ancienne Union soviétique en 1991, les russophones ont été privés de la plupart de leurs droits politiques, dont le droit de vote aux élections municipales et législatives, aux élections au Parlement européen, et la participation aux référendums nationaux.

________________________________________

Lire article du Monde 02-10-2010 : Les Lettons votent à l’ombre du FMI et des oligarques

La Lituanie pourchasse les fantômes du KGB

La Lituanie est en colère après la libération par l’Autriche d’un ancien officier du KGB..

D’après Vilnius, Vienne a ignoré “la solidarité européenne “en relâchant
Mikhaïl Golovatov recherché pour son implication dans le massacre de 14 victimes, commis dans la capitale lituanienne en 1991…

Le vice-procureur général de Lituanie Andrius Nevera estime que
“les actions des institutions autrichiennes qui ont libéré Mikhaïl Golovatov constituent une violation grossière des législations européenne et internationale.”

________________________________________

Les dirigeants lituaniens poursuivent la traque des fantômes du KGB
pour faire oublier l’échec de l’enrôlement de leur peuple dans l’Union européenne, tout en se gardant bien d’évoquer leur contribution aux exactions de l’OTAN (Afghanistan, Balkans etc.).

Les pays de l’Est n’ont pas tous tiré le même profit de cette adhésion,
hormis, nous dit-on, la Pologne qui serait un exemple de réussite économique depuis son intégration dans l’Union européenne, . Parmi les nouveaux entrants, les Pays Baltes,
ex-républiques soviétiques, avaient alors un niveau d’excellence. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, sauf, avec certaines réserves, l’Estonie, dont la parenté et la proximité avec la Finlande ont tiré ce pays vers le haut.

L’implication des Pays Baltes dans les opérations de l’OTAN.
Par leur adhésion et leur contribution, les Pays baltes cautionnent les exactions de l’OTAN dans les Balkans (Bosnie, Serbie, Kosovo) et en Afghanistan où ils ont détaché des troupes. Mais cela ne semble pas poser de cas de conscience à leurs dirigeants.
Ces dirigeants ont toujours donné la priorité à l’admission de leur pays à l’OTAN plutôt qu’à l’Union européenne, soucieux de régler de vieux comptes avec leur passé.
Les diasporas, souvent basées aux Etats-Unis, y sont peut-être pour quelque-chose.

L’avenir des Pays baltes, et donc de la Lituanie, est plutôt sombre,
sans réel lien de cause à effet avec avec l’héritage soviétique.
Leurs dirigeants se raccrochent à un nationalisme dépassé, accordant une importance surréaliste à des langues si peu adaptées à la mondialisation.
On déplore, encore à l’heure actuelle, une discrimination envers les populations russophones, très mollement dénoncée par l’Union Européenne.

Une grande partie de la jeunesse pense n’avoir plus d’avenir dans le pays. La jeunesse active s’exile pour aller travailler « sans filet » dans certains pays de l’Union européenne avec des salaires «low-cost ». Beaucoup de ceux qui restent au pays, sont au chômage. Ces chômeurs et ces exilés ne contribuent donc pas au financement des misérables pensions de retraites de leurs aînés restés dans leur pays. De surcroît, beaucoup d’entreprises font faillite. Seules les banques suédoises prolifèrent, annonçant une crise à plus ou moins long terme. Ce n’est plus de 14 victimes, dont il s’agira.

Dans ce contexte, le jugement d’un ancien officier du KGB
est certainement la dernière des préoccupations de la population actuelle
.
L’Union européenne est complice de la faillite programmée des nouveaux entrants…

Y aura-t-il un tribunal pénal international ?

Et puis, il y a la Grèce, le Portugal, l’Irlande, l’Espagne et bientôt l’Italie ou la France…

________________________________________

ARCHIVES DE RATGEMINI

Europe de l’Est : des lendemains qui déchantent

Lituanie: Union Soviétique – Union Européenne