Financements innovants – taxes sur les transactions financières: 30 Mrd euros par an

LA VIDEO INITIALE A ETE SUPPRIMEE PAR L’AUTEUR


Financements innovants pour le développement :
Toutes les vidéos montrant des personnalités (Sarkozy, Kouchner…) ont été supprimées.

Avec l’émission de droits de tirage spéciaux (DTS) supplémentaires par le FMI, la notion de financements innovants désigne aujourd’hui les mécanismes générant des ressources additionnelles à l’Aide Publique au Développement (APD) traditionnelle.

Tout démarre au sommet de Monterrey (Mexique) en 2002, conférence réunie sous les auspices des Nations-Unies. Michel Camdessus, ancien directeur général du FMI – « Sherpa » français chargé de préparer en liaison avec les Africains le Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (NEPAD)- a estimé qu’il ne fallait pas la rater, car ce serait un échec pour les deux réunions suivantes (sommet du G8 au Canada en juin et le sommet mondial sur le développement durable).

Groupe pilote sur les contributions internationales de solidarité en faveur du développement.
La France assure le secrétariat permanent de ce groupe qui revendique 58 pays-membres.
De nombreuses organisations non-gouvernementales sont également membres de ce Groupe pilote, parmi lesquelles : ABONG, Acción, Coordination Sud, CONGAD, CONCORD, ACF – Action contre la faim, Act Up Paris, AIDES, Altermonde, Attac, Care, Citizens’ Coalition for Economic Justice (CCEJ), CCFD, Mani Tese, Development Initiatives, Forum de la Jeunesse Issue des Migrations (FOJIM ), Halifax-initiative, Kulima, The North-South Institute, Results Japan, Stamp out Poverty, Synergies Africaines, Tax Justice Network, Ubuntu, World Economy, Ecology & Development

Mécanismes innovants :

L’initiative de Chirac en 2005 de taxation des billets d’avion .
En juin 2009, la taxe aurait déjà rapporté 1 milliard de dollars, selon Douste Blazy fortement impliqué dans la promotion des financements innovants aux Nations Unies.

La Facilité internationale de financement pour la vaccination (IFFIm) lancée fin 2006 devait lever 4 milliards de dollars sur les marchés financiers.

La Garantie d’achats futurs (AMC) visant à accélérer le développement de nouveaux vaccins doit atteindre 1,5 milliards de dollars, payables sur une durée de 12 ans.

D’autres initiatives sont en cours et mobilisent les acteurs du développement innovant :
la lutte contre l’évasion fiscale et les flux financiers illicites, la canalisation des transferts des migrants vers l’investissement productif ou social dans leur pays d’origine, la lutte contre le changement climatique en réservant au développement une partie des revenus tirés de la mise aux enchères des crédits carbone, les taxes sur les transactions financières et les transactions de change devant rapporter 30 milliards d’euros par an, les contributions volontaires de solidarité, la solidarité numérique nourrissent en particulier leurs travaux.

L’exploration du sujet nous éclaire sur la stratégie globale et sur ses objectifs.
Malheureusement aucune information financière ne filtre (recettes perçues, utilisation des fonds, résultats chiffrés). Aucune information quant aux statuts de cet organisme et à la rémunération de ses membres dont les ONG etc.

Ces financements s’adressent aux pays pauvres, essentiellement à l’Afrique.
Bien qu’en voie de paupérisation alarmante, la population des pays européens dont la France, n’est pas éligible aux financements innovants.

Les Financements Innovants et la Finance Islamique
Recours au vieil argument : “au-delà de la philanthropie et de la responsabilité sociale, les Financements innovants sont porteurs d’opportunités économiques à long terme sans précédent”.
Mais de quelles opportunités parle-t-on précisément? Au profit de qui exactement? Un forum est prévu en 2010 en coopération avec l’ISESCO, Organisation islamique pour l’Éducation, les Sciences et la Culture basée à Rabat (Maroc), où Nicolas Sarkozy a choisi de se reposer quelques jours.

Sur le thème des financements innovants, lire également:
Développement innovant : lutter contre l’évasion fiscale
Sarkozy à Copenhague – l’Union Méditerranéenne en filigrane

Documents extraits des archives
Intervention de Anne-Marie Idrac – Secrétaire d’État en charge du Commerce extérieur –
lors de la Conférence internationale “Solidarité et Mondialisation”(fév.2006)

La Conférence sur les financements innovants du développement (mai 2009)
§-7. Les pays membres sont invités à réduire de manière significative et quantifiable le coût des transferts des migrants et à améliorer leur effet sur le développement des pays bénéficiaires, y compris au travers d’institutions de microcrédit.

Share

Développement innovant : lutter contre l’évasion fiscale

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=UeiKPuMJbhc]

La lutte contre l’évasion fiscale s’inscrit dans la stratégie du développement innovant
Moins d’une semaine plus tard, le journal de 20h révèle que d’après un récent rapport du Conseil des prélèvements obligatoires, les plus puissants groupes français échappent en partie au fisc : ils payent en proportion 2 fois moins d’impôts que les petites entreprises.
Les PME de moins de 10 salariés paient en moyenne 30 % de leurs bénéfices tandis que les entreprises du CAC 40 n’en paient que 8 %. Pour en arriver là, les entreprises utilisent les paradis fiscaux. Au final, personne ne sait réellement ce que ces sociétés déclarent véritablement sur le sol français. Une certitude, le manque à gagner serait de 10 milliards d’euros par an.

Mais que l’Etat Français vienne ou non à bout de l’évasion fiscale,
cela ne rapporte rien au peuple de France car la lutte contre l’évasion fiscale finance exclusivement les programmes contre la misère mondiale et les ONG qui y participent.

Sur le thème des financements innovants, lire également:
La France assure la promotion des financements innovants

Dépenses à venir : projet de « financement innovant »
quote-part annuelle sur 10 milliards au profit de l’Afrique.
Sarkozy parle de 100 milliards à partir de 2020 .

Sarkozy à Copenhague – l’Union Méditerranéenne en filigrane

________________________________________

Tolérance zéro affichée par le ministre du budget.

Antoine (Hervé Falciani, de son vrai nom)a volé un listing HSBC Suisse contenant environ 10 noms de clients français qu’il a remis à l’administration fiscale française, officiellement sans contrepartie (rémunération).

Selon Éric Woerth, les noms qui y figurent font partie de la liste des « fraudeurs » recherchés par le fisc (les 3 000 contribuables ayant déposé 3 milliards d’euros dans les banques suisses).
Le Ministre estime que toutes les méthodes de recouvrement sont légitimes. La Suisse ne semble pas l’entendre de cette oreille et menace de suspendre sa collaboration avec les autorités françaises. Il est vrai que le procédé laisse à désirer.

À la question de savoir où en est l’enquête sur les 3 000 « fraudeurs », le ministre du budget répond que 1 400 noms seraient en cours de traitement et pourraient rapporter 500 millions d’euros (ce qui permettrait, par exemple de financer le RSA etc.).

Share

Tomsk – des déchets nucléaires bien encombrants

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=pSXf6Op7dwc&hl=fr_FR&fs=1&rel=0&color1=0x5d1719&color2=0xcd311b]

Il y a quelques mois, Arte diffusait une enquête sur « le cauchemar des déchets nucléaires ». Il s’agit d’une enquête très intéressante qui nous mène des États-Unis à la Russie, en passant bien entendu par la France. On s’aperçoit que même des pays « avancés » comme les États-Unis, recourent à des méthodes plutôt frustes en réponse à un problème aussi grave.
A propos des technologies du nucléaire, l’astro-physicien Hubert Reeves émet des réserves qui devraient faire réfléchir.

Le documentaire nous rappelle également qu’en 1957 la catastrophe de Tchernobyl a été précédée d’un accident non moins considérable, mais tenu secret, en connivence avec les Occidentaux (la CIA). Il s’agit de Tcheliabinsk. Pour des raisons de droits d’auteur, nous nous abstenons de diffuser ce reportage. L’intégralité du documentaire est commercialisée par Arte.

Toutefois, nous avons souhaité mettre en ligne quelques extraits du reportage sur Tomsk car il met en évidence le cynisme de l’Union Européenne et plus précisément de la France : les pays émergents, dont la Russie, sont sommés de se plier aux injonctions de la “communauté internationale” (alias la gouvernance mondiale) en matière d’environnement. L’Union Européenne, et donc la France (vice versa), s’affranchissent de leurs devoirs les plus élémentaires dans une contribution au stockage et au traitement de leurs propres déchets nucléaires, pour la survie des populations locales et de l’environnement. Qu’il y ait des administrations régionales corrompues en Russie, ne dispense pas EDF (et donc de l’État Français, membre de l’Union Européenne) de ses responsabilités.

D’autant que les régions françaises ne sont pas exemptes de critiques en matière de corruption, même si le phénomène est moins visible.

La France est présente dans la région de Tomsk, par le biais de la région Lorraine (protocole d’accord de coopération technologique dans les domaines de l’innovation, de la science et de la formation). N’a-t-on trouvé aucun thème de coopération dans le domaine du traitement des déchets nucléaires ? N’y a-t-il aucun « pôle de compétitivité » français à même de promouvoir ou de participer à un programme ambitieux ? (la France se posant comme un acteur majeur dans le nucléaire et la Russie étant un acteur non moins respectable).

En opposition à l’obscurantisme de Greenpeace et des écologistes, dont l’idéal est la décroissance et la régression, ne serait-il pas plus avisé de rassembler et dynamiser les compétences, là où elles se trouvent?

Share

Handschar – la Waffen-SS en Bosnie

Hitler : “Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, le monde aurait changé de face. Puisque le monde était déjà condamné à l’influence judaïque (et son sous-produit le christianisme est une chose si insipide !), il aurait mieux valu que l’islam triomphe. Cette religion récompense l’héroïsme, promet au guerrier les joies du septième ciel… Animé d’un esprit semblable, les Germains auraient conquis le monde. Ils en ont été empêchés par le christianisme”

Le documentaire évoque la tentation nazie de certains Musulmans,
sur fonds de tensions au Proche Orient, entres Juifs et Arabes.

Les deux messages radiophoniques du Grand Mufti Amin al-Hussein, diffusés en 1942, fournissent quelques éléments de réponse sur cette alliance [lire en fin d’article].

Dans son documentaire intitulé «la croix gammée et le turban», Heinrich Billstein évoque la figure controversée de Amin al-Hussein, ancien Grand Mufti de Jérusalem, lequel collabora avec les Nazis tout en étant l’un des grands défenseurs de la cause panarabe. Heinrich Billstein s’inspire du livre de Martin Cüppers et Klaus-Michael Mallman publié en 2006 sous le titre « Halbmond und Hakenkreuz – Das Dritte Reich, die Araber und Palästin », ouvrage traduit tout récemment sous le titre « le croissant fertile et la croix gammée ».

Le documentaire apporte un éclairage sur les premières tensions au Proche Orient, entres Juifs et Arabes.
Le Grand Mufti en a tiré parti.

Dans le respect des droits d’auteur, nous nous sommes limités à quelques extraits relatifs à la 13 e division de montagne de la Waffen-SS Handschar (en bosnien, Handžar) , de sa fondation en 1943 en Bosnie avec pour mission d’anéantir la résistance des Partisans de Tito, jusqu’à sa défaite finale en 1945 à Berlin.

Accès à la version originale et intégrale “la tentation nazie du Grand Mufti”, sur le site d’Arte.

Le mélange Nazisme – Islam peut supprendre à première vue.
Pourtant, de son côté, Hitler est sans ambiguité, lorsqu’en 1942 il déclare :“Si à Poitiers Charles Martel avait été battu, le monde aurait changé de face. Puisque le monde était déjà condamné à l’influence judaïque (et son sous-produit le christianisme est une chose si insipide !), il aurait mieux valu que l’islam triomphe. Cette religion récompense l’héroïsme, promet au guerrier les joies du septième ciel… Animé d’un esprit semblable, les Germains auraient conquis le monde. Ils en ont été empêchés par le christianisme” (Hätte bei Poitiers nicht Karl Martell gesiegt : Haben wir schon die jüdische Welt auf uns genommen – das Christentum ist so etwas Fades-, hätten wir viel eher noch den Mohammedanismus übernommen, diese Lehre der Belohnung des Heldentums: der Kämpfer allein hat den siebenten Himmel ! Die Germanen hätten die Welt damit erobert, nur durch das Christentum sind wir davon gehalten worden).

________________________________________

The Jewish Enemy (Nazi propaganda during world war II and the Holocaust) 2006 – Jeffrey Herf

Pour Hitler la « juiverie mondiale » était pour quelque chose dans la défaite de l’Allemagne dans la Première Guerre mondiale mais aussi dans la Révolution bolchevique, l’inflation de l’après-guerre en Allemagne et la crise économique de 1929.

Tout en invoquant la menace que faisaient planer les Juifs sur l’Allemagne nazie, Hitler se préparait à lancer la guerre pour le Lebensraum à l’est. Une telle action militaire offrirait à l’Allemagne des matières premières et des vivres qui la mettraient à l’abri d’un blocus anglo-américain et jetterait les bases de l’offensive suivante pour la domination du monde…

Les deux messages radiophoniques suivants ont été extraits de l’oeuvre traduite en français:
L’ennemi juif – Traduction française par Pierre-Emmanuel Dauzat – Calmann-Levy 2011

________________________________________

The Grand Mufti Amin Al-Husseini
The Grand Mufti Amin Al-Husseini

Le 11 novembre 1942, le grand mufti de Jérusalem, al-Hussein,
s’adressa « aux Arabes » sur le thème de la valeur du martyre.

Quand éclata la Seconde Guerre mondiale, les Arabes combattaient depuis vingt ans « les Anglais, et les Juifs qui se sont toujours cachés derrière eux ». Les peuples arabes avaient versé du « sang noble » pour la liberté et l’indépendance de la Palestine, de l’Égypte, de la Syrie, de l’Irak et de la péninsule arabe. « Le sang versé des martyrs est l’eau de la vie. Il a réveillé l’héroïsme arabe, comme l’eau réveille la terre sèche. La mort du martyr est l’arbre protecteur dans l’ombre duquel des plantes merveilleuses fleurissent à nouveau. »

L’objectif de la « politique anglo-juive »
était de diviser la Palestine et de dominer le reste des pays arabes.

« Nous les Arabes, [poursuivait al-Hussein] qui avons combattu les Anglais, nous devons clairement rejoindre les puissances de l’Axe et leurs alliés dans la lutte commune contre l’ennemi commun. Agir ainsi signifie pour nous poursuivre le combat que nous avons livré seuls depuis vingt ans. Aujourd’hui, les puissants ennemis de nos ennemis sont de notre côté. »

Mais si l’Angleterre et ses alliés, « qu’à Dieu ne plaise », devaient gagner la guerre, « Israël dominerait le monde entier, la patrie arabe essuierait un coup sacrilège, et les pays arabes seraient déchirés et transformés en colonies juives ». Si l’Angleterre et ses alliés étaient vaincus, c’en serait fini du « danger juif » pour les pays arabes. Des millions d’Arabes seraient libérés et des millions d’autres musulmans sauvés. La défaite de l’Union soviétique libérerait aussi des millions d’autres musulmans qui souffrent sous le régime soviétique. « Soumise à la volonté juive », l’Amérique n’avait rien à offrir aux Arabes. Pour al-Husseini, des considérations tactiques à court terme face aux ennemis communs et des affinités idéologiques de fond invitaient les Arabes à soutenir les nazis. [Amin al Husseini Nr 42 Rundfunkrede an die Araber]

Deux semaines plus tard, le 26 novembre 1942, depuis Berlin, al- Husseini prononça
sur les ondes de la radio allemande un nouveau discours en arabe à destination de l’Afrique du Nord.

La force de l’influence juive en Amérique
est devenue flagrante dans cette guerre.

Juifs et capitalistes ont poussé les États-Unis à élargir ce conflit, afin d’étendre leur influence à de nouvelles régions riches. Les Nord-Africains savent fort bien le malheur qu’ils doivent aux Juifs. Ils savent que les Juifs sont les combattants d’avant-garde de l’impérialisme qui maltraite depuis si longtemps l’Afrique du Nord. Ils [les Nord-Africains] savent aussi combien les Juifs ont servi les impérialistes en qualité d’espions et d’agents et comment ils cherchent les ressources énergé-tiques des territoires nord-africains pour étendre leur richesse. […]

L’intervention américaine en Afrique du Nord renforce le pouvoir des Juifs, accroît leur influence et double leurs méfaits. L’Amérique est le plus grand agent des Juifs et les juifs sont les maîtres de l’Amérique. [Amin al Husseini Nr 45a Rundfunkrede an die Nordafrikaner]

Europe :protectionnisme ou libre-échange?

[dailymotion id=x8cg85]

Opposition de 2 théories : celle du libre-échange (Christian Saint-Étienne) contre celle du protectionnisme européen (Emmanuel Todd).

Contrairement à Emanuel Todd, Christian Saint-Étienne ne pense pas que la crise soit un effet du libre échange. Il rappelle que la crise a débuté en automne de 2008 et que c’est au contraire grâce au libre-échange que des pays comme la Chine et l’Inde ont réussi à se sortir de la pauvreté au cours des 5 années précédant 2008.

Emmanuel Todd rétorque que, dans un premier temps, des pays comme la Chine ont mené une politique d’exportation à tout craint qui leur a permis de décoller. Cette politique s’est nourrie de la destruction de l’appareil industriel des pays développés, provoquant une baisse des revenus, une baisse de la consommation, donc une baisse de la demande, qui maintenant agit et repart en boomerang sur la Chine. La Chine, qui exporte 35 à 40 % de son PIB en période de contraction de la demande mondiale, est menacée de faillite et d’explosion sociale.

Les Etats-Unis sont le « pays le plus libéral du monde »

Emanuel Todd rappelle qu’avec un déficit commercial de 800 milliards USD, les USA ont fait le choix du libre-échange et qu’ils financent leurs importations en utilisant les flux financiers « sur le dos de la planète ». Si les USA voulaient revenir au protectionnisme, ils auraient plus de mal que l’Europe qui, grâce à son appareil industriel encore intact, arrive à équilibrer ses échanges extérieurs. L’Europe est redevenue le centre de gravité industriel et technologique du monde. Le passage des Etats-Unis au protectionnisme entraînerait des baisses du niveau de vie car « ils se nourrissent sans produire ».

Les Etats-Unis savent être protectionnistes dans certains domaines

Christian Saint-Étienne admet un protectionnisme aux USA, mais dans ce cas, il est inspiré par une « politique stratégique » pour les domaines clés (la défense, l’aéronautique etc.). Le problème, selon lui, c’est que l’Europe est le seul espace sans politique stratégique (contrairement aux USA, à la Chine, à l’Inde). Christian Saint-Étienne suggère un libre-échange avec des règles, qui imposeraient un protectionnisme à l’Asie sur la base des normes d’environnement et de droits sociaux.

L’Allemagne pratique un protectionniste implicite

Christian Saint-Étienne pense que les Allemands ont tout misé sur l’export vers l’Asie, quitte à geler les salaires. Emmanuel Todd ajoute que l’Allemagne tire profit de la zone euro et impose un protectionnisme implicite pour gagner des parts de marché sur la France et l’Italie qui ne font pas de la désinflation compétitive. Menaçons l’Allemagne d’en finir avec l’euro si elle persiste.
Une politique protectionniste requiert deux ans pour sa mise en œuvre.

Protectionnisme de plusieurs pays : risque d’implosion de l’Europe

Christian Saint-Étienne reconnaît un danger d’implosion de l’Europe et de l’euro : l’Union Européenne qui représente 1/5 de l’économie mondiale, n’a pas de vision stratégique intégrée.
Nous avons une monnaie commune entre 16 pays sans politique économique commune.

Share

Anne Lauvergeon déraille au Women’s Forum 2009

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=cLZD7xV582Y&hl=fr&fs=1&rel=0&color1=0x2b405b&color2=0x6b8ab6]

“A compétence égale, on choisira la femme ou on choisira la personne venant de … eh bien… autre chose que le mâle blanc… pour être claire”….

Il y a près d’une semaine, nous avions mis en ligne sur YouTube cette vidéo assez révélatrice de l’ambiguité de la discrimination positive.
Une semaine plus tard, on accuse l’Extrême Droite: qualifier de raciste et discriminatoire l’expression “autre chose que le mâle blanc”, “c’est un procès d’intention fait on valoir à Areva”.

Et la Gauche dans tout cela? Anne Lauvergeon aurait-elle exprimé tout haut ce que la Gauche pense tout bas?

Les peuples déçus de l’Union Européenne

Les populations des nouveaux membres commenceraient-ils à regretter l’adhésion de leur pays à l’Union Européenne?

Un récent sondage de Eurobarometer-71 témoigne de la déception des Lettons vis-àvis de l’Union Européenne : seul 1/4 de la population de la Lettonie juge positive l’appartenance du pays à la Union Européenne (UE) ; c’est l’indice le plus bas de toute l’Union européenne

23 % des interrogés désapprouvent l’appartenance de leur pays à l’UE (la Grande-Bretagne atteint un taux supérieur d’europessimistes ; le taux est comparable à celui de la Hongrie). 49 % des Lettons ne se prononcent pas sur la question.

55 % des Lettons pensent que leur pays n’a rien gagné à adhérer à l’UE, 38 % pensent au contraire que leur pays y a gagné, et 7 % ne savent pas. En moyenne dans l’UE, 56% que penseraient que leur pays a gagné à adhérer à l’Union.

cela reste à prouver : une fois au sein de l’Union Européenne, la liberté de pensée se trouvant réduite. Le faible taux de participation aux élections est révélateur.

En Estonie 78 % de la population et en Lituanie 71 % seraient satisfaits.

Lorsque l’on parle avec les habitants de ces pays, ces chiffres semblent quelque peu exagérés

Le chef de la représentation de l’Union Européenne en Lettonie, Iveta Shultsa, a expliqué les chiffres de la Lettonie par la crise économique (agence de presse LETA).

Le sondage porte sur plus de 1000 personnes.

Le sondage «Eurobarometer 71» révèle qu’en Lettonie les taux de méfiance sont parmi les plus élevés de toute l’Union Européenne : 93 % de la population se méfie des formations politiques, 91 % du parlement et 88% du gouvernement. Seuls 5 % des Lettons font confiance aux partis, 6 % au parlement et 10 % au gouvernement.

60 % n’ont pas confiance en la Justice – c’est le 6ème indicateur le plus bas au sein de l’UE. 78 % des Lettons trouvent que le pays ne se développe pas dans la bonne direction.

Au sein de l’UE une telle réponse représenterait en moyenne 50 % des habitants.

Nouvelle flambée des prix du sucre : simple réplique sismique?

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=R2RUi_xiRmk]

Le séisme économique est-il vraiment sous le contrôle de chacun des grands de ce monde et sommes nous prémunis contre de nouvelles vagues spéculatives? La globalisation et le prétendu Nouvel Ordre Mondial relèveraient-ils finalement du fantasme? Unis face à la crise économique, nos dirigeants seraient de taille à porter le coup de grâce à ces forces occultes.

Pourtant, cette semaine, les médias se font l’écho d’une nouvelle alerte : “le sucre s’enflamme”. En pleine convalescence, nous nous sentons à nouveau vulnérables.

La faiblesse des stocks et la mauvaise récolte indienne portent les cours du sucre vers des sommets. Tant à Londres qu’à New York, les cours du sucre sont au plus haut depuis près de 29 ans. Sur le Liffe, la tonne de sucre raffiné a touché aujourd’hui 589,90 dollars, tandis que sur l’InterContinental Exchange (ICE), la livre de sucre roux se négocie au-dessus de 23 cents.

Le marché du sucre est animé par des spéculations sur un déficit probable cette année.

Voici l’explication technique qui ressort d’une compilation d’articles et de communiqués de sources diverses parmi lesquelles Usine Nouvelle et Reuters.

L’Inde, deuxième producteur derrière le Brésil, a en effet vu 40% de sa production s’effondrer à cause d’une mousson pas assez pluvieuse en juillet 2008. L’Inde est en même temps le plus gros consommateur mondial, devant les Etats-Unis, avec une consommation estimée à 24 millions de tonnes, ce qui en fera un importateur net pour la première fois depuis la campagne 2005-2006.

Selon la revue spécialisée Public Ledger, l’Inde doit mettre en place un programme d’importations détaxées jusqu’en mars 2010, s’élevant à 2,9 millions de tonnes de sucre brut et 125.000 tonnes de sucre raffiné. Cela reste malgré tout insuffisant pour éviter une chute des stocks. Au cours des six derniers mois, les prix du sucre en Inde se sont appréciés de près de 40 %.

Certains experts craignent que les prix du sucre ne dépassent les 25 cents la livre sur l’ICE.

Plusieurs compagnies agroalimentaires, dont General Mills, Kraft Food et ConAgra Foods, se sont regroupées pour demander au gouvernement fédéral des Etats-Unis d’augmenter les quotas d’importation de sucre après que les stocks du pays soient tombés à un plus bas de 34 ans.

Le Brésil lui-même a été handicapé par l’excès de pluie alors que le phénomène climatique El Nino pourrait faire chuter davantage la production vers la fin de l’année.

Devons nous prendre ce diagnostic pour argent comptant?

Biennale de Moscou 2009 – « contre l’exclusion »

La 3ème Biennale de Moscou se déroulera du 24 au 28 septembre 2009.
Le site n’a pas encore été choisi.

Commissaire de cette exposition, Jean-Hubert Martin a dirigé plusieurs grands musées, dont le Centre Pompidou, le Museum Kunst Palast de Düsseldorf et le Kunsthalle de Berne et a organisé la Biennale de Venise Arttempo exposition en 2007. Il s’intéresse de longue date aux cultures exotiques. Il a dirigé le Musée National des Arts d’Afrique et d’Océanie, et la Biennale de Lyon en 2000, intitulée «partage d’exotisme».

«Contre l’exclusion», titre quelque peu inattendu pour une biennale.
Jean-Hubert Martin s’explique sur le nom de la Biennale de Moscou :

«Contre l’exclusion» doit exprimer son caractère ouvert et international.

Titre vraisemblablement cogité, en totale harmonie avec le programme de globalisation et d’assimilation des cultures.

Il s’agit d’un travail non standard et d’une orientation artistique, peu connue en Russie. Pas de thème pour cette biennale pour ne pas limiter le nombre de participants.

De fait, on y verra un grand nombre d’œuvres d’Afrique subsaharienne, d’Asie centrale, d’Océanie et de Nouvelle-Zélande. Martin a exprimé son désir de montrer, même en Russie, l’art aborigène d’Australie, qui, à son avis, est beaucoup plus actuel et politique qu’il n’y paraît.

A-t-on envisagé, en retour, d’organiser une biennale « contre l’exclusion », en Afrique subsaharienne, pour faire profiter ces peuples d’une orientation artistique, peu connue chez eux (à savoir la culture européenne)? Ce serait la moindre des choses.

Les organisateurs n’ont pas encore révélé les noms des artistes qui participeront à la Biennale de Moscou, mais on connaît déjà le nom de deux d’entre eux :

Jeff Koons

Ancien trader à Wall Street, Jeff Koons compte Bernard Madoff parmi ses admirateurs, et peut-être collectionneurs.

et Damien Hirst.

Le Figaro du 05-09-2008 nous rapporte que longtemps ce fils du prolétariat anglais, amateur de billard et de bière, ponctuait ses interviews de «shit» et de «fuck» en guise de virgules. Cet ancien bad boy est aujourd’hui l’un des artistes les plus chers du monde.
Que retiendra-t-on de sa réussite : art, « shit » ou business ?

Globalisation : le dépecage du tissu industriel francais

[dailymotion id=x91zsm]

Que l’on soit de droite ou de gauche, on ne peut que saluer la clairvoyance de Jean-Luc Mélenchon
dont l’analyse illustre efficacement les méfaits de la globalisation en France.

Interviewé par J. J. Bourdin sur RMC le 21 avril 2009, Jean Luc Mélenchon évoque le dépeçage du tissu industriel français et dénonce l’inaction du gouvernement qui “gesticule mais ne fait rien”.

Sur l’Europe, il rappelle le double discours des sociaux libéraux qui prônent verbalement une politique de gauche et participent au démantèlement des services publics comme l’Electricité.

Dans sa campagne pour les européennes 2009, le président du Parti de Gauche fustige l’absence concertée de débat autour de projets engageant l’avenir des Européens :

ALERTE:
“au mépris total de la démocratie, le marché Transatlantique prévu pour 2014, se met en place à l’insu des citoyens européens que l’on se garde bien de consulter.”