Lorsque le Sage pointe du doigt Daesh, l’imbécile ne regarde plus le doigt, mais regarde Daesh…

Qui n’a subi la fable de l’inévitable Sage qui montre la lune du doigt à l’imbécile, cet imbécile qui regarde le doigt au lieu de regarder la lune ? Mais attention, aujourd’hui, lorsque l’on pointe du doigt “l’Islam radical”, l’imbécile ne regarde plus le doigt, mais regarde “l’Islam radical”, tandis que son pays fait l’objet d’une mise à sac en règle…

La France est en de bien mauvaises mains, et cela ne date pas d’aujourd’hui. Le révisionnisme historique, le détournement des « valeurs de la république », la manipulation de l’actualité. Tout cela remonte à la seconde guerre « mondiale ». On se devait de rejeter Pétain, car il avait trahi la France. Mais alors, que penser de nos dirigeants actuels (opposition incluse) ? Travaillent-ils pour la France ?
On constatera que plus aucun courant politique ne parle de l’immigration africaine, sauf pour s’apitoyer sur les naufrages. Par contre, on garde un œil sur les Européens de l’Est et notamment les roms.

Un crime contre l’humanité est perpétué devant nos yeux par les représentants de « l’État de droit » et de la « République ». Plus question de morale, ni d’identité, ni de pureté des races… Bien au contraire. La diversité et le renversement des valeurs sont devenus les seuls objectifs.

La propagande nous dit que nous sommes en guerre.
L’ennemi désigné c’est Daesh alias “l’Islam radical”.

Comme on pouvait s’y attendre, les attentats les plus improbables sont attribués à Daesh. On découvre que chacun des terroristes abattus (c’est la tradition) disposait de tout un arsenal (ils ont apparemment libre accès aux armes). Parmi eux, on compte beaucoup de Français de papier.

Et si Daesh était un leurre ? Qui serait donc notre ennemi ?

1- Les victimes de l’agression armée de la coalition ?
En fait de libération, on a ruiné des pays, massacré des familles etc.
Alors, ces terroristes ne seraient-il pas plutôt des résistants ?
Dans ce cas, nous devrions livrer les dirigeants de la coalition (quelques Français dans le lot) aux mains d’une CPI renforcée.

2- Les prisonniers libérés des geôles de l’État agressé par la “coalition” ?
La France a toujours su choisir ses amis parmi la pègre internationale.
3- Le futur délinquant à qui on a appris à s’approprier son pays d’accueil
et qui considère les Français comme une population servile.
C’est contre ces deux catégories qu’il faut faire bloc. Or, on s’aperçoit qu’il n’y a pas réellement d’état urgence et qu’il n’y a pas un ennemi précis. Plus grave : en pleine « guerre » il est tout à fait irresponsable d’avoir maintenu des festivités telles que :
la COP 21, « Nuit debout », la « Gay Pride », l’Euro 2016, le Tour de France, Paris plage, festivals divers etc.».

4- Reste une catégorie qui prolifère : les fous, les déséquilibrés, les cas psychologiques
on peut se demander si l’internement résoudrait la question ou bien si ce sont précisément des thérapies qui ont suscité et aggravé ces présumés troubles psychologiques.

Quel que soit l’ennemi, si, comme le prétendent François Hollande, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve etc. nous sommes réellement en guerre
1- pourquoi l’armée française est-elle éparpillée – et donc neutralisée – depuis Sarkozy et surtout François Hollande à l’étranger ? Que font nos troupes au Mali, en Centrafrique etc. ?
2- Pourquoi expose-t-on la vie de la population en maintenant des rassemblements à haut risque (14 juillet, euro 2016, tour de France, Paris plage, jusqu’à la provocation – Gay Pride étrangement épargnée par “l’Islam radical”).
3- Pourquoi les troupes qui sont restées sur le territoire français et les effectifs policiers sont-ils mobilisés au-delà de l’endurance humaine ?
4- Pourquoi les Français devraient-ils rester désarmés et s’en tenir au rôle de martyrs, face à un ennemi armé jusqu’aux dents, qui s’est juré de leur faire la peau ?

Quelle est la vérité ? François Hollande et ses collaborateurs ont-ils pour mission de garantir la bonne exécution d’un programme ? Pendant ce temps, Sarkozy, Juppé et autres LR s’impatientent au portillon pour laisser leur empreinte dans l’histoire.

Expulser tout étranger condamné pour violences : une idée qui embarrasse Manuel Valls…

Manuel Valls commence à paniquer : en mettant en cause le gouvernement, le préfet, le travail du procureur, ceux qui «incarnent et représentent» l’État, on met en cause l’État de droit et on s’attaque à la république… C’est dangereux pour les fondements de l’État | Par ses outrances, une partie de l’opposition est en plein dans la «Trumpisation »… Trump incarne la haine

Apolline de Malherbe (voir vidéo Bourdin direct) attaque de front : «… Manuel Valls vous êtes le premier ministre d’un pays qui doute. Il y a eu l’horreur et maintenant il y a le doute. Il y a le doute sur vous, il y a le doute sur le gouvernement, il y a le doute sur le ministre de l’intérieur, le doute sur l’efficacité du pays ».

« Une policière municipale de Nice raconte avoir été soumise à la pression du ministère de l’intérieur, pour influencer son rapport sur la présence de policiers nationaux, le soir du 14 juillet. Bernard Cazeneuve porte plainte… Alors, qui ment ? »
Mais pourquoi faudrait-il mentir demande Valls?… cette idée du complot, de la remise en cause du préfet, du ministre de l’intérieur, du procureur… La polémique politique vise à déstabiliser…

«Madame Malherbe, ne mélangez pas tout et ne mettez pas tout au même niveau, ça je ne le supporte plus…
Un ministre de l’intérieur et une policière municipale ?»

« Le doute n’est pas possible face au terrorisme… Le terrorisme cherche à nous diviser… il faut laisser la justice travailler dans la sérénité ».
« Nous devons faire bloc ». Mais, pour Manuel Valls, il s’agit surtout de faire bloc autour du président, de son gouvernement et de ses parlementaires. Lorsqu’il parle de faire bloc contre « l’ennemi », il reste dans l’abstrait.

À propos, qui est donc cet ennemi ?

1- Les victimes de l’agression armée de la coalition ?
En fait de libération, on a ruiné des pays, massacré des familles etc.
Alors, ces terroristes ne seraient-il pas plutôt des résistants ?
Dans ce cas, nous devrions livrer les dirigeants de la coalition (quelques Français dans le lot) aux mains d’une CPI renforcée.

2- Les prisonniers libérés des geôles de l’État agressé par la “coalition” ?
La France a toujours su choisir ses amis parmi la pègre internationale.
3- Le futur délinquant à qui on a appris à s’approprier son pays d’accueil
et qui considère les Français comme une population servile.
C’est contre ces deux catégories qu’il faut faire bloc. Or, on s’aperçoit qu’il n’y a pas réellement d’état urgence et qu’il n’y a pas un ennemi précis. Plus grave : en pleine « guerre » il est tout à fait irresponsable d’avoir maintenu des festivités telles que :
la COP 21, « Nuit debout », la « Gay Pride », l’Euro 2016, le Tour de France, Paris plage, festivals divers etc.».

4- Reste une catégorie qui prolifère : les fous, les déséquilibrés, les cas psychologiques
on peut se demander si l’internement résoudrait la question ou bien si ce sont précisément des thérapies qui ont suscité et aggravé ces présumés troubles psychologiques.

Enfin, contrairement à Gilbert Collard qui exprimait l’opinion pleine de bon sens du FN : “tout étranger qui commet une infraction de violence, quelle que soit la nature de la violence, je l’expulse”

«Expulser tous les étrangers condamnés pour violences ?» Manuel Valls est plutôt embarrassé par une telle idée…… «Et les binationaux ? » lance-t-il en désespoir de cause. A court d’arguments « Et quand il s’agira d’un Français, qu’est-ce qu’on fera ? C’est une solution de facilité»
Visiblement, cela contrecarrerait le plan d’immigration massive mijoté par toute une classe politique qui se querelle pour de simples questions d’alternance.

Gilbert Collard : “tout étranger qui commet une infraction de violence, quelle que soit la nature de la violence, je l’expulse”

« On n’a pas à tolérer sur le territoire des hommes et des femmes qui bénéficient des largesses de notre pays et qui commettent des infractions car ce sont eux qui sont les facteurs d’amalgame. À partir du moment où on prend la décision d’expulser tous ceux qui commettent une infraction, on sait que ceux qui restent sont respectables. »

Ce 21 juillet 2016, Gilbert Collard est reçu par Apolline de Malherbe (voir vidéo BFM – Bourdin direct).

Gilbert Collard. Parcours un peu déroutant (environ 28 ans au PS, de 1964 à 1992 avant de rejoindre le Rassemblement Bleu Marine en 2012). Hormis son aversion envers Jean-Marie Le Pen (Jean-Marie Le Pen «nous emmerde»), il faut reconnaître qu’aujourd’hui il tient son rôle au RBM. Reconnaissons-lui également un certain charisme (avocat). Maintenant, que penser de son implication politique ? On peut toujours craindre, qu’au moment venu, il cède au chant de certaines sirènes.

Gilbert Collard vient de voter pour la prolongation de l’état d’urgence, tout en se montrant réservé sur la capacité du gouvernement à le faire respecter (les caillassages de véhicules, les nuits debout, un véhicule de police incendié, les incidents à Marseille pendant l’Euro 2016, les désordres partout, les manifestations). Il estime que le maintien des fan-zones était un non-sens dans un état d’urgence. On les a maintenues, ça s’est bien passé, au prix d’un déploiement de policiers dont on paye les conséquences aujourd’hui, car on ne peut pas à la fois épuiser les policiers et les mobiliser, lorsqu’il y a un rassemblement comme à Nice.

Gilbert Collard préconise l’introduction d’une catégorie « T » (dédiée au terrorisme) au fichier « S », lequel est ingérable en l’état actuel car il englobe beaucoup trop de choses.

Gilbert Collard ne partage pas le point de vue de Laurent Wauquiez qui préconise d’enfermer un individu sous prétexte qu’il est fiché « S », dans la mesure où l’on n’a pas de conditions judiciaires du fichage. Il précise même qu’il est un des rares, à la tribune de l’assemblée, à avoir demandé à Manuel Valls, dans le cadre de l’État d’urgence, de laisser le contrôle – au nom de l’État de droit – à l’autorité judiciaire. Fin de non-recevoir.

En revanche, tout étranger qui commet une infraction de violence, quelle que soit la nature de la violence, je l’expulse. » On n’a pas à tolérer sur le territoire des hommes et des femmes qui bénéficient des largesses de notre pays et qui commettent des infractions car ce sont eux qui sont les facteurs d’amalgame. À partir du moment où on prend la décision d’expulser tous ceux qui commettent une infraction, on sait que ceux qui restent (en France) sont respectables.

Certains élus, comme le député LR, Georges Fenech, préconisent l’ouverture d’un Guantanamo à la française, pour y enfermer de manière préventive ceux qui reviennent de Syrie et d’Irak. Guantanamo est une initiative « hors-la-loi ». Gilbert Collard est prêt à soutenir cette proposition sous certaines conditions.

C’est alors que, de manière inattendue, il nous fait un inquiétant petit rappel d’histoire : les « lois scélérates » (au nombre de trois) ont été votées en 1893 – 1894 pour en finir avec les mouvements anarchistes, responsables de nombreux attentats. La gauche et notamment Léon Blum avaient parlé de « lois scélérates ». Pour Gilbert Collard, la IIIe République n’a pas eu peur de voter ces lois contre les mouvements anarchistes qu’elle a réussi à éradiquer. Dès que la situation a été rétablie, ces lois auraient été abrogées [toujours est-il que la troisième loi scélérate de juillet 1894 n’a été abolie que sous François Mitterrand en 1992].
S’inspirant de cet exemple, Gilbert Collard estime qu’il nous faut avoir le courage de créer un espace légal pour enfermer ceux qui reviennent de Syrie et d’Irak.

En admettant la similitude entre les attentats anarchistes et les attentats islamistes, n’oublions pas que les anarchistes cherchaient à déstabiliser le pouvoir en attaquant directement ses détenteurs. Ce n’est pas le cas des “islamistes radicaux” qui s’en prennent aux innocents désarmés.

Quoiqu’il en soit, on ne saurait tourner en dérision les propos de Léon Blum qui estimait que ces lois « abrogent les garanties conférées à la presse en ce qu’elles permettent la saisie et l’arrestation préventive ; elles violent une des règles de notre droit public en ce qu’elles défèrent des délits d’opinion à la justice correctionnelle ; elles violent les principes du droit pénal en ce qu’elles permettent de déclarer complices et associés d’un crime des individus qui n’y ont pas directement et matériellement participé ; elles blessent l’humanité en ce qu’elles peuvent punir des travaux forcés une amitié ou une confidence, et de la relégation un article de journal. »… On devrait plutôt s’inquiéter des dégats collatéraux de ces lois et de la dérive totalitaire qui s’installe en ce XXIe siècle.

Pour Alain Juppé, c’est l’État islamiste (Daech) et l’islamisme radical qui nous ont déclaré la guerre

C’est l’islamisme radical qui nous a déclaré la guerre |l’Europe doit être avant tout une Europe de la défense | La France n’est pas un pays de race blanche. Il faut respecter la « diversité » |Il faut faire respecter la Shoah dans les établissements scolaires |Le Travail détaché est un système de dumping social qui doit être remis en cause : à travail égal, salaire égal et cotisations sociales du pays hôte

 Apolline de Malherbe recevait Alain Juppé, maire de Bordeaux et candidat à la primaire de la droite, dans “Bourdin Direct” sur BFMTV et RMC, en ce 19 juillet 2016. (voir vidéo)

En 20 minutes, Alain Juppé a réussi l’exploit de faire quatre fois référence à son livre : « Pour un État fort ».

Pour Alain Juppé, c’est l’État islamiste (Daech) et l’islamisme radical qui nous ont déclaré la guerre. [même s’il n’en a pas été question dans l’interview, il ne faudrait pas oublier pour autant que Juppé laisse le souvenir d’un ministre des affaires étrangères sous Sarkozy, à l’ombre de BHL sur la Libye. Autrement dit, l’intervention en Libye n’était pas une erreur et l’assassinat de Kadhafi était légitime. Rappelons pourtant, qu’au même titre que Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi aura été un rempart dissuasif contre les islamistes, et qu’Alain Juppé a milité pour une intervention française en Syrie afin de destituer Bachar El-Assad, autre rempart contre les islamistes].

De cette interview, on retiendra que l’Europe doit être avant tout une Europe de la défense. Probablement un auxiliaire dévoué de l’OTAN.

Alain Juppé développe le concept d’une « identité heureuse ».
La France n’est pas un pays de race blanche. Il faut respecter la « diversité ».

Au programme de 2017 :
la création de 10 000 prisons, ne plus tolérer la contestation de la Shoah dans les établissements scolaires, pénaliser la consultation régulière de sites djihadistes etc. … Et les Français dans tout ça ?

Enfin, un internaute pose la question : pourquoi Juppé est-t-il parti à la retraite à 57 ans et demi ? Parce que c’était légal, répond Alain Juppé. [le cumul des mandats, le cumul des retraites, le cumul emploi-retraite… Tout cela est apparemment légal dans la fonction publique]

À propos du travail détaché, Alain Juppé s’est récemment exprimé :

Ce système doit  être remis en cause. A travail égal, salaire égal et cotisations sociales du pays hôte, cela me semble une mesure de bon sens” [le travail détaché s’apparenterait à du dumping social. Mais, à l’inverse, Alain Juppé inciterait-il les expatriés français à cotiser aux taux pratiqués dans les pays hôtes (chantiers dans les pays incriminés ? Qu’en pensent les expatriés ? A contrario, est-il normal de faire supporter à des pays défavorisés le surcoût de nos charges sociales ?

En réalité, le travail détaché contrecarre sérieusement le plan d’immigration sociale intensive de l’Europe, essentiellement alimenté par le continent africain]

 

La France est-elle vraiment en guerre ?

… ou bien la France n’a-t-elle cessé de vivre sous occupation étrangère depuis 1940 ? Nicolas Sarkozy vient de déclarer « Nous sommes en guerre, une guerre totale. Nos ennemis n’ont pas de tabous, pas de frontières, pas de principes. Donc, ça sera eux ou nous »… Qui ça « eux » ? Pour Sarkozy, pas de place pour le doute : c’est le chiffon rouge agité devant son nez, à savoir Daech.
Pourtant, on ne peut s’empêcher d’évoquer le troublant portrait-robot dressé en 2012 par François Hollande : « Mon véritable adversaire, il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la Finance ». Il est vrai que, depuis, Hollande n’est jamais revenu sur le sujet.

La France est-elle vraiment en guerre… ou bien n’a-t-elle cessé de vivre sous occupation étrangère depuis 1940 ? Avec un certain recul, il semble qu’en 1945, un occupant en ait chassé un autre.

2016, l’état d’urgence a été proclamé puis prolongé. Nos sirènes sont restées muettes afin de ne pas alarmer la population du territoire français. Un état d’urgence dans toute sa normalité. Les ordres sont servilement exécutés, au prix de quelques contradictions :

la COP 21, « Nuit debout », la « Gay Pride », l’Euro 2016, le Tour de France, Paris plage etc. bénéficient de l’agrément des « autorités ».
Par contre, les « artistes controversés » sont résolument interdits et les manifestations ont vocation à être filtrées.

La précampagne présidentielle 2017 est sous contrôle :
aucun dérapage à signaler. Les thèmes y sont orchestrés.

L’Europe

  • encore tout récemment, il était de bon ton de vilipender les Roms. Officiellement, rien à voir avec la haine, de même que le lynchage médiatique de cette population n’a rien de « nauséabond ». On l’a bien compris, derrière les Roms se cache la véritable cible, à savoir l’Europe de l’Est (Roumanie, Bulgarie, Hongrie, Slovaquie…)… dans le projet inachevé de désagrégation de l’Europe continentale.
  • en France, une majorité de parlementaires se dresse contre le « sang impur » des « travailleurs détachés » (polonais, roumains et autres) qui viennent jusque dans nos bras voler le pain de notre immigration pourrie, tout en véhiculant le concept « nauséabond » de famille européenne. Travail, Famille, Identité, voilà qui irrite au plus haut point les collaborateurs (l’intégralité de notre classe politique) au projet de nouvel ordre mondial. Les citoyens qui se hasarderaient à un peu trop de clairvoyance se verraient discrédités au nom de la sempiternelle « théorie du complot ». Argument fallacieux car le complot se définit comme un dessein secret, concerté entre plusieurs personnes, avec l’intention de nuire à l’autorité d’une institution, éventuellement d’attenter à sa sûreté. La notion de complot implique l’anonymat. Or il s’avère que nous sommes bien régis par une « Société Anonyme », destructrice de l’État de droit.

L’islamisme

  • Ils sont bien loin les « égarements » de certains petits courageux contre la « Finance » [ 2012, dans un hangar du Bourget ] Tous sont rentrés dans le rang : désormais, l’ennemi juré c’est l’Islam (dernière poche de résistance contre l’Ordre Mondial). Bien évidemment, on ne va pas déclarer une guerre frontale à l’Islam. La perfidie restant la marque de fabrique multimillénaire de cette « Société Anonyme », on jette en pâture un ennemi factice (le chiffon rouge) : l’islamisme, dont on a prévu de se débarrasser à terme (la seconde guerre prétendument « mondiale » a en réalité visé le continent euro-asiatique légitimant la pire des épurations de l’histoire (60 millions de Soviétiques et d’Asiatiques, 9 millions d’Allemands et 5 millions de Juifs…). Comparativement, très peu de pertes en Amérique et en Afrique. La France et le Royaume-Uni ont été également épargnés en pertes humaines. Une abominable guerre sans fin (Vietnam, Corée etc.), (Bosnie-Herzégovine, Serbie-Kosovo etc.), (Afghanistan, Irak, Syrie etc.). Une guerre qui se perpétue au XXIe siècle sous diverses formes de destruction et de déstabilisation (Afghanistan, Irak, Libye, printemps arabes, Syrie etc.), (Union européenne, Russie, Ukraine etc).
  • Surgi de nulle part, l’islamisme a apporté son soutien militaire à la croisade US en Afghanistan, menée contre l’Union soviétique. En contrepartie, l’OTAN a redistribué les cartes en Bosnie-Herzégovine, puis en Serbie (Kosovo), a porté le coup fatal aux derniers bastions arabes anti islamistes (Irak, Libye), a délibérément brouillé le mouvement des « printemps arabes », a favorisé l’infiltration de l’Europe par l’organisation d’une invasion « pacifique » de réfugiés dont certains (aux dires de Fabius) « ont fait du bon travail » en Syrie.
  • Dans cette attaque en règle, on ne nous parle que de religions… Mais en réalité, que reste-t-il de ces religions ? Hormis les chrétiens orthodoxes qui sont très minoritaires, l’Eglise catholique s’est sabordée de l’intérieur depuis Jean XXIII, jusqu’à Jean-Paul II ; après l’intermède de Benoît XVI, François a repris le flambeau. A en croire « La Controverse de Sion » The Controversy of Zion, de Douglas Reed, il semblerait que les sionistes soient les pires ennemis de la religion Judaïque; de même les islamistes sont les pires ennemis des Musulmans, sans pour autant avoir les moyens militaires et financiers d’une ambition aussi globale. Enfin, il y a ce magma qualifié d’évangélique, chargé d’uniformiser, en toute discrétion, les populations du monde soumises à l’Ordre Mondial. Pas plus que le sionisme, la nébuleuse évangélique n’a de problème avec la Finance… Elle semble même en partager le contrôle.
[Cet article est une ébauche. L’actualité ne manquera pas d’en valider les orientations]
Le Figaro : Les images marquantes de la première journée d’évacuation du camp de Calais

migrants_1

migrants_2

Rien à voir avec l’invasion allemande de la seconde guerre mondiale: le déferlement de déserteurs du travail et de la guerre dans les villages français marque une offensive contre la civilisation occidentale.
L’appartenance de ces populations à l’Islam ne saute pas aux yeux. Qui donc rabat (finance) ces hordes d’Afrique subsaharienne sur l’Europe?

Une colonisation fondée sur la bâtardisation de l’espèce humaine, la négation de sa culture et de son histoire, jusqu’à imposer l’esclavage comme nouveau modèle de civilisation. Au profit de ces éternels ennemis de l’Europe.

Une telle colonisation demande énormément d’argent. De l’argent, il y en a chez ceux qui « aiment leur prochain plus qu’eux-mêmes » (les philanthropes tels que Bill Gates etc.), et puis il y a toujours les mêmes « anonymes » qui infestent la Finance (marchés, banques), les mafias etc. Tout un monde qui entend marquer l’humanité de son empreinte.

11 Novembre 1918 une victoire délibérément dénaturée par le traité de Versailles

 

Hitler - François Delpla
Non seulement le traité de Versailles (28 juin 1919) réduit drastiquement les dimensions, les moyens et le champ d’action de l’armée allemande mais, surtout, il déclare l’Allemagne responsable du déclenchement de la guerre – un axiome dont découle l’imposition de lourdes réparations1. Si le fond est humiliant, la forme est à l’avenant. Non seulement il s’agit d’un Diktat, imposé sous la menace d’une reprise des combats alors qu’entre-temps on a soigneusement détruit les armes allemandes, mais la conférence de la paix s’est ouverte le 18 janvier, jour anniversaire de la proclamation de l’Empire allemand dans la galerie des Glaces à Versailles, et le traité est signé dans cette même galerie, cinq ans jour pour jour après l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo : les vainqueurs ont l’air d’insinuer que le monde germanique aurait dû accepter passivement le meurtre du prince héritier d’Autriche (Ian Kershaw, Hitler, tome 1 : 1889-1936). Le traité de Versailles donne à Hitler l’exemple des cérémonials vengeurs et du jeu sur le symbolisme des dates. Ces coïncidences ont été mises en lumière par l’historien Joachim Fest.
[…] Rappelons quelques clauses du traité qui vont jouer un certain rôle : l’armée allemande est réduite à 100 000 hommes recrutés pour des engagements de longue durée, donc le service militaire est interdit ; elle ne doit pas s’approcher à moins de 50 kilomètres du Rhin, sur sa rive droite (clause dite de « démilitarisation de la Rhénanie ») ; l’Allemagne ne doit ni fabriquer ni posséder de chars ou d’avions de combat ; sa marine doit être adaptée à une simple mission de garde côtière ; des régions voisines de peuplement allemand sont séparées du Reich avec interdiction explicite de se réunir à lui : l’Autriche, les Sudètes, Dantzig et son « corridor » ; la Sarre est détachée pour au moins quinze ans, au titre des « réparations » ; un certain nombre de régions occidentales sont militairement occupées par les Alliés.

Extrait d’”Hitler” ouvrage de François Delpla – normalien, agrégé d’histoire – publié en 1999. Il s’agit d’une biographie loin des clichés. L’Histoire est livrée sans commentaire superflu. Libre à chacun de tirer ses conclusions.

Dirty Corner : nouvelle agression culturelle au château de Versailles

« Dirty Corner », symbole d’une nouvelle forme d’art dégénéré, exposé au château de Versailles, est plus connu sous le nom de « vagin de la reine » (Kapoor nie en être l’auteur, tout en qualifiant son œuvre de « très sexuelle » (le terme « trivial » serait plus approprié) […]

Anish Kapoor Le vagin de la Reine
« Dirty Corner », la plus imposante des œuvres du sculpteur Anish Kapoor installées dans le parc du château de Versailles (une trompe d’acier à la connotation sexuelle évidente), a été – selon la presse – « vandalisée » par des jets de peinture jaune et des graffitis antisémites. Cette œuvre, qui s’inscrit dans un nouveau courant d’art dégénéré, est souvent qualifiée dans la presse de « vagin de la reine » (formule que Kapoor affirme n’avoir jamais employée, bien qu’il ait lui-même expressément qualifié son œuvre de « très sexuelle » [le terme “trivial” serait plus approprié]), cette oeuvre ne constitue-t-elle pas un acte de vandalisme envers l’un des joyaux de la civilisation française ?

L’installation et le démontage de cet ouvrage qui évoque plutôt l’évacuation des eaux usées, nécessite l’intervention de brigades de manutention et du matériel de levage. Mais qu’Anish Kapoor ne se tracasse pas : la collectivité prend tous les frais à sa charge y compris le stationnement et la remise en état du parc. Pas question non plus de réparation financière du préjudice moral et culturel infligé à la nation française.

Non, Anish Kapoor avait entendu dire que le fisc français choyait les artistes et collectionneurs cosmopolites. Donc, à l’instar de ses prédécesseurs (Koons etc.), Anish Kapoor est venu se refaire une santé financière.

Le Figaro a choisi son camp en titrant, ce 07/09/2015: Œuvre d’Anish Kapoor dégradée – la presse étrangère réagit : «Honte sur la France»

Pour mémoire, les deux derniers présidents de l’Etablissement public du château :
– hier, Jean-Jacques Aillagon (proche de la famille Chirac et de François Pinaud) expositions Jeff Koons, Takashi Murakami etc.
– depuis 2011 Catherine Pégard (nommée par Sarkozy).

________________________________________

Dans son ouvrage « l’Art et la Philosophie » Bernard-Henri Lévy développe l’idée qu’il faudrait « disjoindre l’art de l’esthétique ». Selon BHL, l’art aurait été pris en otage il y a un siècle et demi par une discipline importante qui est l’Esthétique (la beauté, la théorie du sensible)…
S’agit-il du retour en force d’une forme « d’art dégénéré » ?

[MISE A JOUR du 07/09/2015]

________________________________________
LVMH participe au programme de restauration du Grand Versailles
Gageons que l’opération sera rentable, car le mécène Bernard Arnault est loin d’être candide:
en 2005, il a su se séparer de la maison Christian Lacroix, fleuron de la mode française en raison d’un désaccord de stratégie de développement et de résultats jugés insuffisants.

________________________________________

PRESENTATION DE TAKASHI MURAKAMI

Takashi Murakami est apparu sur la scène de l’art contemporain international en 1991
Né à Tokyo en 1962, Takashi Murakami se fait remarquer en 1991, grâce à l’exposition « Takashi, Tamiya ». Diplômé de peinture traditionnelle japonaise de l’université des Beaux Arts et de la Musique de Tokyo, Murakami bénéficie en 1994 d’une bourse de l’Asian Cultural Council et participe au P.S.1 International Studio Program à New York, où il établit alors son atelier. L’année suivante, il retourne au Japon et fonde l’Hiropon Factory (rebaptisé Kaikai Kiki), studio de production qui lui permet de mener ses propres recherches et de soutenir le travail de plusieurs jeunes artistes nippons.

Le travail de Takashi Murakami décline tous les modes d’expression contemporains, de la performance à la sculpture et à la peinture monumentales, en passant par le merchandising le plus primaire. Son travail exploite les thèmes des « mass media » et de la culture pop, notamment la veine manga, revisités et détournés dans des œuvres ludiques, aux accents parfois « porno-pop ». Le style de ses peintures, les « Superflats » (néo-pop japonais), se caractérise par des aplats de couleurs et des images graphiques dérivées des dessins de mangas. il revendique l’héritage de Warhol et du pop art américain, tout en analysant la manière dont l’art japonais peut trouver une autonomie face au modèle occidental.

L’artiste est surtout connu pour ses sculptures monumentales en fibre de verre de personnages de dessins animés érotisés, et ses ballons gonflables à l’effigie de son personnage Dob.

Quelques œuvres majeures :
•Mr Dob (1997)
•My Lonesome Cowboy (1998)
•Jellyfish eyes (2001)
•Tan Tan Bo Puking – a.k.a. Gero Tan (2002)
•Double Helix Reversal (installation, New York, Rockefeller Center, 2003)
[source : Arts Fluctuat]

Takashi Murakami est représenté en France par la galerie Emmanuel Perrotin, Paris.

________________________________________

[MISE A JOUR LE 01-10-2010]

Pour Marc-Edouard Nabe,
“Cloaca” de Wim Delvoye (machine à fabriquer des excréments sur le modèle d’un tube digestif) symbolise à merveille “l’oeuvre contemporaine-type”.

“Ce soir ou Jamais” du 27-09-2010. Emission de Frédéric Taddei sur France-3.
Autres participants : Jean-Jacques Aillagon, Laurent Fabius.
________________________________________

ARCHIVES

Sculptures monumentales de l’artiste Bernar Venet dans les jardins du Palais de Versailles

Lire également l’article sur la Biennale de Moscou 2009 « contre l’exclusion »
avec une vidéo sur l’œuvre de Jeff Koons, précédent scandale à Versailles.
L’œuvre de Takashi Murakami est souvent associée à celle de Jeff Koons.

Car c’est déjà sous l’impulsion de Jean-Jacques Aillagon que
Jeff Koons avait pu exposer ses sculptures au Château de Versailles en 2008

Bangladesh │ où en sont les objectifs du Millénaire pour le développement (Onu)?

Mise à jour le 24 avril 2015 de l’article publié le 1er mai 2013

Le groupe de textile italien Benetton (United Colors of Benetton) était jusqu’à présent accusé de ne pas vouloir participer au fonds d’indemnisation mis en place huit mois après le drame qui a fait 1.138 victimes. Il devra verser 1 million d’euros aux victimes. Le cabinet d’experts PwC avait réalisé pour Benetton son estimation en se basant sur un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT) préconisant 40 millions de dollars pour le fonds d’indemnisation

Source: Rana Plaza : Benetton versera un million d’euros aux victimes

De son côté, Groupe Auchan a décidé de contribuer à hauteur de 1,5 million de dollars au Rana Plaza Donor’s Trust Fund, fond mis en place sous l’égide de l’OIT, l’organisation internationale du travail
Source:
Rana Plaza: Auchan versera 1,5 million de dollars à un fonds d’indemnisation

Commerce : ce que le Rana Plaza a changé

Après le drame du Rana Plaza, le débat demeure vif sur les responsabilités des multinationales en matière sociétale et environnementale. Les industriels s’inquiètent d’éventuels freins à la compétitivité si une loi sanctionne davantage le défaut de vigilance sur les sous-traitants. Mais certains n’ont pas attendu la loi pour prendre les devants.

Source: Commerce : ce que le Rana Plaza a changé

Recherche de survivants dans l'effondrement du bâtiment au Bangladesh [NBCNews.com]
Recherche de survivants dans l’effondrement du bâtiment au Bangladesh [NBCNews.com]

Le bilan du pire accident industriel au Bangladesh le 23 avril 2013 à Dacca, 1.138 personnes sont mortes et plus de 2.000 autres ont été blessées dans l’effondrement de l’immeuble Rana Plaza, qui abritait des ateliers de confection travaillant pour de nombreux groupes étrangers, dont Benetton.

La colère grimpe. [ Le Monde du 9 mai 2013 ]
pourtant, le Bangladesh n’aura eu droit qu’à de simples articles de presse et quelques reportages TV superficiels.

Profondément indécente, la visite appuyée de Valérie Trierweiler au Mali
La France, au travers de grandes marques de l’habillement, dont la responsabilité est engagée dans les récentes catastrophes du Bangladesh aurait été bien inspirée de dépécher sur place Valérie Trierweiler, car c’est au Bangladesh que se trouvent les vraies victimes, car c’est au Bangladesh que se trouvent les esclaves d’aujourd’hui.

Tout autant coupable, le silence de François Hollande à l’égard des victimes du Bangladesh.

Il préfère recevoir avec tous les honneurs, le Président du Mali à l’Elysée.
François Hollande a promis 250 millions d’euros, au profit de la population noire du Mali. Pour quelles contreparties ? (d’autant que Bill Gate a récemment soutiré de l’argent à la France, au profit de cette même Afrique). En outre, des bailleurs de fonds internationaux se sont joints à hauteur de 3 milliards en faveur du Mali.

Cette nouvelle catastrophe du Bangladesh soulève de graves questions:
Théoriquement, le Bangladesh bénéficie d’aides publiques au développement, telles que le programme onusien du Millénaire pour le développement (OMD).

La mise aux normes de sécurité et environnementales de l’industrie manufacturière du Bangladesh ne figure-t-elle pas parmi les objectifs du Millénaire pour le développement ? Et dans ce cas, ne se trouve-t-on pas à financer deux fois un même projet ? C’est peu vraisemblable. Alors, où va le surplus ?

“Les huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) forment un plan approuvé par tous les pays du monde et par toutes les grandes institutions mondiales de développement. Date butoir du 31 décembre 2015”. [site officiel de l’ONU]

1. Réduire l’extrême pauvreté et la faim.
2. Assurer l’éducation primaire pour tous.
3. Promouvoir l’égalité et l’autonomisation des femmes.
4. Réduire la mortalité infantile.
5. Améliorer la santé maternelle.
6. Combattre les maladies
7. Assurer un environnement humain durable.
8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

A l’évidence, l’émancipation économique des pays les moins avancés (PMA) tels que le Bangladesh ne constitue pas un objectif prioritaire. Ce programme ne serait-il qu’un subterfuge?

Autre constat: on vit de plus en plus mal en Europe, mais également en Afrique.

Pourtant, l’Afrique est omniprésente dans les programmes d’aide…
alors, qu’en est-il dans les faits? Comment expliquer l’exode africain?

Le rapport d’activité de 2012 évoque le Bangladesh, sans trop de précisions.
Ce programme onusien est-il piloté par un organe indépendant?
Qui contrôle le circuit des flux financiers (dixaines de milliards d’euros)?
Qui coordonne l’exécution du programme ? L’anonymat est de rigueur.

Des mouvements de révolte ont précédé la tragédie du Bangladesh. Autant de signes avant-coureurs de la désagrégation d’un régime basé sur l’exploitation humaine, la manipulation, les conflits armés.
Les Objectifs du Millénaire pour le développement serviraient-ils d’alibi à des transactions douteuses ?

Dans ces conditions, l’idée de surtaxer les importations de marchandises fabriquées par une main-d’oeuvre restée au pays est tout à fait déplacée.

Il y va de l’intérêt de tous de donner les moyens aux populations de vivre dignement de leur travail, dans leur pays d’origine, plutôt que d’encourager financièrement la désertion vers les pays “développés”, pays eux même en proie au chômage.

________________________________________

L’industrie du textile embarrassée par le drame au Bangladesh [Figaro du 28-04-2013]

Seuls Primark et Mango ont admis travailler avec des ateliers du Rana Plaza, l’immeuble qui s’est effondré. Benetton, C&A, Carrefour et Wal-Mart sont également soupçonnés d’avoir des relations avec ces fournisseurs. Ce drame soulève à nouveau la question des conditions de travail de la main-d’œuvre à bas coût.

Bangladesh map
Bangladesh map

Les militants de Clean Clothes Campaign (CCC) ont réussi à pénétrer dans les ruines de «Rana Plaza, et ont trouvé les étiquettes et des documents conduisant à de grandes enseignes européennes: l’Espagnol Mango et le Britannique Primark. Sur leur site web, d’autres clients renommés tels le groupe européen C & A, l’Allemand KIK et le Canadien Wal-Mart. Ces marques ont été également impliquées dans l’incendie de l’usine Tazreen, non loin de Savar, où 112 travailleurs sont morts dans un incendie il y a cinq mois. L’Allemand KIK (textile discounter) a été également impliqué dans l’incendie d’Ali Enterprises au Pakistan, qui a fait 300 morts en septembre dernier.

Pour éviter que ces effondrements ne se reproduisent, la CCC invite les entreprises qui pratiquent le sourcing au Bangladesh à signer au plus vite le Bangladesh Fire and Building Safety Agreement.

La fondation Borloo dédiée au développement de l’Afrique – tout un travail de réseaux

«Le gouvernement et le président me soutiennent totalement ; le gouvernement finance, les réseaux diplomatiques sont à disposition. Vraiment, un soutien total, mais c’est fait discrètement»

Fallait-il avoir fait HEC pour délivrer un tel fatras d’idées?

En réalité, Jean-Louis Borloo est avocat. Il connaît bien la législation. Pas besoin de s’encombrer de valises compromettantes avec des allers-retours en Suisse, au risque de se faire épingler par le fisc. Les “financements innovants”, “avec l’aval (ou le label) de l’ONU” en font gamberger plus d’un.

Il lui suffit juste de créer sa Fondation sur fond d’aide au développement.
Le régime fiscal en est particulièrement attractif. Des revenus qui échappent « le plus légalement du monde » à l’impôt (avec possibilité d’étaler sur plusieurs exercices). Le créateur d’une Fondation, s’affranchit de toute obligation de « solidarité » envers ses compatriotes. Il peut à loisir opter pour le domaine de l’art et de la culture ou, comme Jean-Louis Borloo et – après son quinquennat raté – François Hollande, s’adonner à l’action « humanitaire ». D’autant plus que « l’aide » à l’Afrique est un bon filon (Bill Gates pourrait confirmer) car généreusement subventionnée (Borloo confirme: «Le gouvernement et le président me soutiennent totalement ; le gouvernement finance, les réseaux diplomatiques sont à disposition. Vraiment, un soutien total, mais c’est fait discrètement». Et puis le fisc vous épargne.

Malheureusement, dans ce conte à dormir debout, il y a comme un arrière goût : comme tout homme public, Jean-Louis Borloo a vécu au crochet des Français. En guise de remerciement, il va faire fructifier sa fortune (nos impôts) à l’étranger, avec ses amis… son réseau, sa confrérie… Ali Bongo, Denis Sassou N’Guesso etc. Sans parler de nos gouvernants, ni des fleurons de nos entreprises engagées en Afrique. Décidément, cette classe politique gauche/droite est réellement abjecte. Françafrique pour l’éternité.

Ratgemini comments Il s’agit d’un commentaire censuré par Le Figaro

________________________________________

Fondation Borloo

Hollande s’invite au lancement de la fondation de Borloo
[Le Figaro]

Invité d’Europe 1, l’ancien ministre Jean-Louis Borloo semble totalement remis de ses ennuis de santé. Loin de la politique nationale, il se consacre désormais au développement de l’Afrique par le biais de sa fondation pour l’énergie. Au micro de Jean-Pierre Elkabbach il assure: «Le gouvernement et le président me soutiennent totalement ; le gouvernement finance, les réseaux diplomatiques sont à disposition. Vraiment, un soutien total, mais c’est fait discrètement».

________________________________________

Lire : Afrique – une aide au développement critiquable sous tous les aspects

France Stratégie préoccupé par l’insertion économique des jeunes issus de l’immigration

Ce qui est choquant, ce n’est pas que le chômage touche des immigrés africains (pour la plupart sous qualifiés), mais qu’il continue à y avoir des immigrés hors Union Européenne, avec naturalisations à tour de bras, alors que la France ne remplit pas ses devoirs vis-à-vis des pays européens autrement plus qualifiés (priorité intracommunautaire).

Ce qui est choquant, c’est que cette immigration hors Union Européenne s’installe durablement au prix d’une politique sociale particulièrement complaisante (attribution de logements, couverture sociale etc.) confisquant l’épargne des Français. L’argument selon lequel « ils sont français », est irrecevable car sans naturalisation de complaisance, nombre d’entre eux ne seraient pas Français. Nous n’avons pas besoin de ces gens-là, économiquement, culturellement etc.

Ratgemini comments Ce commentaire a été censuré

________________________________________

FranceStratégie

Emploi: le parcours du combattant des jeunes issus de l’immigration [Le Figaro]