Eric Zemmour : en finir avec la « religion des droits de l’individu tout-puissant »

une alternative anglo-saxonne aux droits de l’homme et du citoyen, « qui place l’individu au-dessus de tout », et par conséquent désintègre la société, la nation. Mais lorsqu’il prétend que cette alternative anglo-saxonne est le cheval de Troie de l’islam, Zemmour perd en crédibilité.

[16-09-2016] Jean-Jacques Bourdin reçoit Eric Zemmour pour son dernier ouvrage:
« Un quinquennat pour rien – Chroniques de la guerre de civilisations ».
Au fil du temps, Éric Zemmour affine son discours.(voir vidéo BFM – Bourdin direct).

Marine Le Pen serait-elle de gauche ? Zemmour confirme – à juste titre – que « Marine Le Pen a des réflexes de gauche ».

Zemmour poursuit : au Front National, « ils ont 25 ans de retard ». « Aujourd’hui la France ne se bat plus pour retrouver sa souveraineté, mais pour ne pas perdre son identité ». Hommage en passant aux « Corses de Sisco qui ont raison de défendre leur territoire et leur identité ».
« L’analyse de Marine Le Pen est surannée »
. Dans la vidéo, il explique avec brio la différence entre la souveraineté et l’identité, à partir de l’exemple de la Pologne. La démonstration est pertinente, malgré le recours à un État islamique fictif pour démontrer la plausibilité d’un regain de souveraineté s’accompagnant d’une perte d’identité.

Éric Zemmour dit avoir été informé de l’existence d’un plan qui prévoirait l’intervention de l’armée dans les banlieues, tout en s’empressant d’ajouter que de toute façon la décision finale reviendra aux politiques. Une intervention qui pourrait s’inspirer du modèle israélien dans la bande de Gaza. De fait, nous avons des banlieues qui sont littéralement « colonisées » :

Et Zemmour de déclarer « Quand des étrangers – et ils sont nombreux – qui vivent sur le territoire français, non seulement refusent de vivre comme les Français, mais imposent le mode de vie qu’ils avaient au pays, pour moi cela s’appelle des colonisateurs ». Tout en prenant un maximum de précautions oratoires, Éric Zemmour en conclut que l’on pourrait très bien envisager la libération des territoires colonisés.
Expliqué de la sorte, on serait tenté de donner raison à Zemmour. On aurait même envie de pousser le raisonnement jusqu’au bout : ne devrait donc pas parler de collusion des autorités françaises avec un ennemi identifié voire de « collaboration avec un occupant » ? A priori rien ne s’y oppose. Mais là où nos chemins divergent, c’est dans l’identification de l’ennemi/occupant.

S’agit-il vraiment de l’Islam ? La ficelle paraît un peu grosse.

C’est alors que Jean-Jacques Bourdin déverse un tombereau de « personnalités » du showbiz, volontairement noires ou maghrébines pour tenter de déstabiliser Éric Zemmour en répétant avec insistance : « sont-ils français comme vous et moi ? » Mission partiellement accomplie… Éric Zemmour n’avait évidemment pas le temps de faire le tri entre les binationaux, les exilés fiscaux (résidents sportifs aux USA, en Suisse etc.) et les éventuels bénéficiaires du « droit du sol » et du « rapprochement familial ». Jean-Jacques Bourdin a sciemment embourbé la fin de son émission dans des manœuvres partisanes.

La faiblesse d’Éric Zemmour, c’est de s’entêter pour une « assimilation à tout prix »… Fréquentes références à l’Empire Romain. Éric Zemmour oublie que la France n’est pas et n’a jamais été l’Empire Romain… La France, c’est cette ancienne province gauloise. Les vestiges de l’époque ne sont d’ailleurs pas gaulois, mais « gallo-romains ». Le siège d’Alésia illustre parfaitement la supériorité stratégique des Romains : Gaulois en surnombre face à l’organisation et au génie militaire des Romains appuyés par une stratégie militaire. Un épisode qui n’est pas sans rappeler la « Bataille de France » (1940), la plus grande défaite militaire française où les Français disposaient pourtant d’un matériel plus performant que celui de l’ennemi (SOMUA S35 et B1/B1 bis vs Panzer II, III et IV).

Il reste cependant des raisons de s’enorgueillir (Louis XIV, Napoléon etc.). Malheureusement, nos occupants actuels cherchent à estomper la mémoire de ces monarques et empereurs. En rejetant son passé, la France a capitulé. Mais cette révision de l’histoire n’est certainement pas l’œuvre de l’Islam.

Zemmour et une bonne partie de la droite semblent ignorer que l’Islam est ouvertement instrumentalisé depuis le 11 septembre 2001. L’Islam reste le dernier bastion de la résistance à la « mondialisation ».

Les Musulmans sont en quelque sorte les nouveaux Juifs de l’histoire. Toujours les mêmes forces à la manœuvre. La lumière sera-t-elle faite un jour sur toutes les parties prenantes du programme d’extermination des Juifs ?

Alors, à quelle assimilation Éric Zemmour nous invite-t-il ?
Une assimilation n’a de raison d’être que lorsqu’une culture est incontestablement plus avancée qu’une autre. Dans ces conditions, au nom de quoi les Chinois [à titre d’exemple], désireux de venir s’installer en France, devraient-ils renoncer à leur culture ? Impensable : le véritable multiculturalisme est une richesse : triste perspective que d’imaginer toute une nation qui devrait se soumettre à une culture en déclin, au nom de l’assimilation.

Il ne s’agit pas pour autant d’opter pour une « diversité » à la Frankenstein, qui ne serait qu’un infect compost de sous-cultures. Le déclin de la France vient précisément de ce subterfuge. Les sous-cultures sont artificiellement rehaussées au niveau de cultures séculaires, voire millénaires. Il en ressort une nation bâtarde, facilement manipulable, car privée d’un idéal commun. Enfin, cet afflux migratoire, prétendument inexorable, est destiné à porter le coup de grâce aux « vieilles » nations européennes. Nos dirigeants français sont directement impliqués.

________________________________________

Beaucoup de vérités dans cette interview de Jacob Cohen.
Juif antisioniste, auteur de «Le printemps des sayanim »

« Éric Zemmour a rejoint le camp sioniste le plus extrémiste. Dans la logique des sionistes et du lobby juif, il cherche à tétaniser les musulmans. Il ne faut pas que les musulmans relèvent la tête. Il faut qu’ils rasent les murs. Il faut même qu’ils aient honte de porter le voile, de nommer leurs enfants Mohamed ou Zora. En fait, le système tend à faire des musulmans des citoyens soumis qui courbent la tête, comme des colonisés. »