États-Unis : les Républicains seraient-ils embarrassés par les sorties de Donald Trump ?

A la convention démocrate à Philadelphie, un avocat musulman d’origine pakistanaise, qui a perdu son fils en Irak lors d’une opération militaire en 2004, s’exclame : «si cela avait été Donald Trump, mon fils n’aurait jamais pu être en Amérique». On pourrait lui rétorquer que dans ce cas, son fils ne serait peut-être pas mort inutilement au combat.

Comme à l’accoutumée, France 24 nous a concocté un petit reportage à peine orienté (voir la vidéo)
A l’exemple d’autres médias français, le bien nommé journal « l’Opinion » prend délibérément parti pour Hillary Clinton contre Donald Trump. Tout est bon pour manipuler l’opinion, y compris les grosses mises en scène dont les Américains, en l’occurrence les démocrates, raffolent.

Le journal français «l’Opinion» nous résume les faits à sa sauce : «le candidat du « Grand Old Party » (Donald Trump pour les non-initiés) continue d’alimenter la polémique qui l’oppose à la famille d’un soldat américain de confession musulmane décédé en Irak». «Donald Trump a critiqué les anciens combattants, une erreur stratégique dans une campagne disputée.»

En fait, Donald Trump a été interpellé par Khizr Khan lors de la dernière journée, le 28 juillet, de la convention démocrate à Philadelphie. Khizr Khan, c’est cet avocat musulman d’origine pakistanaise, qui a perdu son fils en Irak lors d’une opération militaire en 2004 (deux ans avant la mort de Saddam Hussein, deux ans avant la formation de l’Etat Islamique par le Conseil consultatif des Moudjahidines en Irak). Mais attention, ce n’est pas à son pays d’accueil (les États-Unis) qu’il en veut. En bon traître à ses semblables (les musulmans), il est fier d’avoir un fils qui a participé à un crime contre l’humanité, un crime contre d’autres musulmans.

De son côté, dénoncée pour son silence par Donald Trump, la mère se justifie par écrit :«En ne disant rien,tout le monde, tous les Américains ont ressenti ma douleur.//Lorsqu’il parle de l’Islam, Donald Trump est un ignorant».

Khizr Khanaurait déclare : «Si cela avait été Donald Trump, mon fils n’aurait jamais pu être en Amérique». On pourrait lui rétorquer que dans ce cas, son fils ne serait peut-être pas mort inutilement au combat.

Le journal «l’Opinion» estime que ce dernier week-end de juillet 2016 pourrait coûter cher à Donald Trump dans la course à la Maison-Blanche.

Source “L’Opinion”: États-Unis : les républicains embarrassés par les sorties de Donald Trump

Barack Obama s’en mêle: il a critiqué avec virulence le candidat républicain à sa succession, qu’il juge « terriblement mal préparé » à devenir président (c’est un peu ce que l’on reprochait à Obama en 2008.

Barack Obama a notamment rappelé les propos “très controversés” de Donald Trump à l’encontre des parents d’un capitaine musulman tué en Irak en 2004, invités de la convention d’investiture d’Hillary Clinton la semaine dernière. Le fait que M. Trump critique une famille « ayant fait des sacrifices extraordinaires pour ce pays (sic), le fait qu’il ne semble pas avoir les connaissances de base autour de sujets essentiels en Europe, au Moyen-Orient, en Asie, signifie qu’il est terriblement mal préparé pour ce poste », a-t-il asséné.

Source: “Le Monde”Barack Obama aux Républicains : « Pourquoi soutenez-vous encore Donald Trump ? »